Card Captor Sakura [Tome 1] de CLAMP

Card Captor Sakura [Tome 1] de CLAMP

Pika Editions – 187 pages
Shojo (Magical Girl)
Intégrale en 12 tomes

Quand le sceau sera brisé
Sur ce monde s’abattra le fléau…

Synopsis :

Alors qu’elle feuillette un livre mystérieux, Sakura, jeune élève de CM1, disperse aux quatre vents des dizaines de cartes magiques, qu’elle va devoir essayer de récupérer au plus vite. Accompagnée de Kélo, un petit animal étrange, et de son amie Tomoyo, la jeune fille devra apprendre à maîtriser au mieux ses pouvoirs magiques. C’est que les esprits des cartes, enfin libres, sont peu enclins à se laisser capturer… Mais toute la détermination et l’ingéniosité de Sakura feront d’elle une vraie héroïne !

CLAMP :

Ce groupe de mangakas est composé de quatre auteurs féminines. Elles ont écrit de nombreuses oeuvres, très diverses dans leur longueur ou dans le thème abordé. Elles se remarquent par leur univers complexe et très vaste ainsi que par leurs personnages qui ne cessent d’évoluer. Leurs dessins sont extrêmement détaillés et tout simplement magnifiques.

Avis personnel :

Card Captor Sakura est une série que je regardais à la télévision dans mon enfance. J’en garde un très bon souvenir et je la re-visionnerai avec plaisir prochainement. Mais c’est avant tout un manga avec évidemment la même histoire. Sakura Kinomoto, une fillette en CM1, trouve dans sa bibliothèque un livre mystérieux qu’elle parvient à ouvrir. De celui-ci s’échappent des cartes magiques et une drôle de petite bestiole : Kelo (Kero dans le dessin animé). Il lui explique qu’il est le gardien protecteur des cartes et qu’elle doit désormais les retrouver et les capturer. Ainsi Sakura devient chasseuse de cartes ! Cela reste un shojo classique, avec une jeune fille qui possède des pouvoirs magiques, des amis qui l’aident, des combats assez invraisemblables mais la magie de CLAMP se ressent tout au long de la lecture.

Le premier tome ne fait pas le tour de tous les personnages, de nombreux autres, très intéressants et attachants apparaîtront. En attendant, regardons de plus près ceux de ce volume-ci. L’héroïne est une petite fille très douée en sport et pleine de vitalité. Faisant partie du club de majorette, elle est aussi douée en course, en gymnastique, en rollers…Son nom signifie « fleurs de cerisier » et les fleurs sont très présentes graphiquement (c’est un shojo en même temps). Elle a bon cœur et semble avoir la sympathie de tous ses camarades de classe. La narration à la première personne nous permet de nous attacher encore plus à elle. Côté famille, elle vit avec son père Fujitaka et son frère Tôya. Sa mère, Nadeshiko, est décédée quand elle avait trois ans mais elle apparaît sous la forme d’un fantôme aux yeux de Tôya. Elle est très belle et semble avoir été très aimante et protectrice envers sa famille. Son nom signifie « œillet ». Le père de Sakura apparaît comme la gentillesse incarnée, toujours souriant. Il est professeur d’archéologie et très pris par son travail. Quant à son frère, bien qu’il embête régulièrement Sakura, il reste très protecteur envers elle. Agé de 16 ans, il va au lycée situé à côté de l’école de sa sœur. Son expression est très neutre contrairement aux visages souriants des autres personnages.

Côté amis, Tomoyo est la meilleure amie parfaite. Elle a un  peu le comportement d’une mère avec Sakura, toujours bienveillante envers elle. Elle aime Sakura, en tant qu’amie c’est certain mais c’est flou s’il s’agit de plus que de l’amitié. Sa mère est à la tête d’une grande entreprise, de nombreux gardes du corps féminins l’accompagnent lors de ses sorties. Elle adore filmer, en particulier Sakura lorsque celle-ci tente de capturer les cartes. Très douée pour le chant, elle fait partie d’une chorale. Elle aime aussi créer des vêtements, elle en fabrique un pour chaque intervention de Sakura. Notre héroïne est aussi amoureuse de Yukito, le meilleur ami de son frère. Celui-ci mange plus que la normale à chaque repas (et fait même des repas supplémentaires). La relation qui l’unit à Tôya est très forte et un peu ambigüe. Pour finir, nous avons aussi Kelo, le gardien des cartes. Son véritable nom est Kerberos et il possède une forme beaucoup plus imposante qu’une petite peluche ressemblant à un lionceau avec des ailes mais Sakura ne possède pour le moment pas assez de cartes pour qu’il puisse se transformer. Il est très gourmand, surtout pour ce qui est des pâtisseries. Il prend son rôle de gardien au sérieux et s’inquiète pour Sakura qu’il aime beaucoup. Son accent est celui d’Osaka qui a été traduit comme un accent marseillais. Nous avons donc de nombreux « peuchère » et autres expressions lorsqu’il s’exprime.

Ce premier tome pose les bases de la série. Il y a déjà de nombreux personnages très attachants. L’amour et l’amitié sont au centre des relations et tout cela est un peu gentillet pour le moment. Cela se complexifiera au fil des tomes tout en gardant le même ton. On peut aussi parler des cartes de Clow qui sont toutes différentes, possédant un nom, une apparence et un pouvoir. Elles ont chacune leur caractère, certaines sont très calmes, d’autres sont plus têtues. Pour ce qui est des graphismes, ils sont très travaillés. Les dessins sont fins, les expressions mignonnes, les bulles correspondent aux situations, s’évaporant lorsque Sakura rêve par exemple. Les différentes tenues de Sakura peuvent faire penser à un cosplay tellement il y en a. Admirer des tenues est quelque chose que j’aime énormément et on peut dire que j’ai de quoi me satisfaire ici ! Chaque titre de chapitre nous présente Sakura dans une tenue différente, très étudiée. Différents thèmes sont abordés ; les sentiments restant le principal sujet.

En résumé :

Un scénario digne d’un shojo, plein de magie et d’action avec des personnages très attachants ainsi que des dessins magnifiques.

Challenge : Participation à mon challenge Découverte des mangas, au challenge CLAMP et au challenge Magie et Sorcellerie Littéraires.

Publicités

13 réflexions sur “Card Captor Sakura [Tome 1] de CLAMP

  1. pareil, je regardais l’anime sur la 6 XD
    pour kero/kelo, ça n’a pas vraiment d’importance… vu que pour le japonais, ça s’écrit « kero » et prononcé « kelo » XD

    j’aime bcp les dessins de ce mangaka (on voit leur évolution^^)

    • Ah!…chaque mercredi en rentrant de l’école, M6 Kids ! xD
      Je n’étais pas certaine que ça se prononçait ainsi pour Kero/Kelo mais il me semble que ça s’écrit tout de même « Kero ». o3o
      Je suis absolument fan de leur travail graphique. Etant quatre, elles alternent le dessinateur pour les séries mais on voit tout de même la progression. J’ai quelques préférences mais j’aime tous leurs dessins. ^^

  2. hum, je pense que les dessins des persos, c’est tj mokona ou truc du genre… qui s’en occupe!

    et une des toutes premières dans clamp qui est partie, fait ses propres mangas mnt, mais on ressent très fort le dessin style « clamp » (je pense qu’un de ces mangas à elle était sorti en france)

  3. Très bonne chronique, je suis complétement d’accord avec toi !

    Je regardais aussi à la tv quand j’étais petite, et j’ai lu les mangas. J’étais complètement fan, j’ai beaucoup de produits dérivés venant du Japon, comme le livre de Clamp (mais rose). A cinq ans, je me suis même fait couper les cheveux comme Sakura… Une vraie dingue 😛

  4. Comme beaucoup, je regardais la série en rentrant de l’école tous les mercredi après-midi en me cassant la voix à chanter « na na na na na »!
    Je n’ai jamais lu le manga, mais j’ai découvert beaucoup d’autres séries de CLAMP que j’adore.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s