Anamnèse de Lady Star

Anamnèse de Lady Star de L. L. Kloetzer

anamnese-de-lady-starEditions Denoël – 455 Pages
Avril 2013 – 21,50 €

Quatrième de couverture :

Futur proche.

Un attentat à Islamabad a provoqué une pandémie terrifiante. Les trois quarts de la population mondiale ont disparu. L’arme utilisée : la bombe iconique. Les coupables ont été retrouvés, jugés et exécutés. Mais certains se sont échappés.

Parmi eux, une femme, leur inspiratrice, leur muse. Sa simple existence est un risque : tant qu’elle vit, la connaissance menant à la bombe reste accessible.
Elle a disparu, n’a laissé aucune trace, pas l’ombre d’une ombre. Des hommes disent pourtant l’avoir rencontrée : savants, soldats, terroristes, ermites… Ont-ils rêvé ?

Voici le récit d’une enquête, de l’Asie à l’Europe, des terres dévastées jusqu’aux sociétés hypertechnologiques de l’après-catastrophe. Un jeu de pistes, doublé d’une plongée dans les archives digitales de notre futur, avec le plus fou des enjeux : refermer la boîte de Pandore.

anamnese

Avis personnel :

C’est avec Anamnèse de Lady Star que je commence mon partenariat avec les éditions Denoël. Ce qui m’a tout d’abord attiré chez ce livre, c’est sa couverture. Elle est magnifique et très intrigante. Le créateur Stéphane Perger a vraiment réalisé un superbe travail ! Le synopsis avait aussi éveillé ma curiosité. Malheureusement, je n’ai pas accroché à ce livre, trop étrange, et j’ai fini par l’abandonner. C’est tellement rare, je me force généralement à finir les livres mais après trois semaines passées dessus, j’ai finalement arrêté. Peut-être le reprendrai-je un jour, surtout que j’ai lu beaucoup d’échos positifs dessus.

 En attendant, je ne vais pas vraiment pouvoir vous parler de ce livre. Le lecteur suit la recherche de Lady Star, créature extraterrestre, une Elohim, aux multiples facettes et identités. A travers différents lieux et témoignages, sa réalité se construit. Mais je n’ai pas été enthousiasmée par cette quête.

Ce livre aborde divers sujets et invite à réfléchir sur eux. Malgré le nombre peu conséquent de pages que j’ai lu, j’ai pu voir de nombreux sujets tels que la religion, le pouvoir des hautes sphères, l’argent, le terrorisme, les réseaux sociaux, la modernité… Bref, il y a matière à s’interroger !

En résumé :

Un livre français SF qui s’avère être une lecture exigeante.

Publicités

« Le monstre ? Il n’est jamais revenu. »

La sorcière d’avril et autres nouvelles de Ray Bradbury

sorciereavrilEditions Actes Sud Junior
Ecrits dans les années 50
Avril 2001 – 94 Pages – 11,50€
Illustrations de Gary Kelley

Quatrième de couverture :

Dans ce monde-là, les sorcières sont des jeunes filles qui rêvent de tomber amoureuses et d’aller danser, les hommes noirs échappés de la Terre vivent heureux sur Mars loin des hommes blancs, la brousse africaine a virtuellement envahi la chambre des enfants et les monstres marins émergent de l’eau pour faire écho aux sirènes des phares. Dans ce monde-là, les frontières entre le réel et l’imaginaire ont disparu, et le fantastique se mêle de poésie. Ce monde-là, c’est l’univers d’un maître de la science-fiction.

Avis personnel :

Ce recueil jeunesse est composé de quatre nouvelles de science-fiction. L’auteur envisage un autre monde, peuplé de créatures étranges, ou un avenir très destructeur.

La Sirène (The fog horn en VO) est la première nouvelle de ce recueil et ma favorite. L’histoire se passe dans un phare. La Sirène émet régulièrement un cri. Des profondeurs, un monstre millénaire l’entend et vient y répondre. L’atmosphère est plutôt angoissante. Cette nouvelle fait entre autre réfléchir sur la vie. J’ai aimé cette histoire et la façon dont elle est racontée.

C’est ça la vie, dit McDunn. Attendre toujours quelqu’un qui ne revient pas. Aimer toujours plus quelqu’un qui vous aime toujours moins. Et au bout d’un certain temps arriver à vouloir le tuer pour qu’il ne puisse plus vous faire souffrir.

Dans Comme on se retrouve (The other foot), les hommes noirs ont fui la Terre pour coloniser Mars où ils habitent enfin en paix. Mais une fusée s’approche d’eux… Comment se comporter face à cet homme blanc ? La date d’écriture de cette nouvelle est importante pour comprendre tous les événements de cette période : les noirs ayant des places réservées au cinéma, dans les bus, etc pour éviter le plus possible d’être mêlés aux blancs. Une nouvelle très intéressante pour réfléchir aux conditions sociales de cette période.

La brousse (The veldt) est une nouvelle bien étrange et dont la fin fait peur. Dans un futur technologique, les humains habitent dans des maisons et ont des appareils qui font tout à leur place : lacer ses chaussures, préparer à manger, etc. Dans cette nouvelle, une famille vit dans une de ces maisons. Si les parents se rendent peu à peu compte de la perte de leur liberté et veulent y remédier, les enfants ne sont pas prêts à tout abandonner. Ils n’ont guère d’affection pour leur parents et ont reporté cette amour sur leur pièce spéciale qui crée tout ce qu’ils imaginent. Si cela est censé n’être que de la fiction très proche de la réalité, quelle est la limite ?

La Sorcière du mois d’avril (The April witch) raconte l’histoire de Cecy, une sorte d’esprit qui peut vivre dans toutes sortes de choses (chien, feuille, goutte de pluie…). Elle prend possession du corps d’Ann car elle veut tomber amoureuse. Elle va alors à une soirée dansante avec Tom, épris d’Ann. Une histoire d’amour particulière.

J’ai adoré l’écriture de ces nouvelles. Tout est très poétique et philosophique. Ce recueil est classé jeunesse et il doit être très intéressant de l’étudier. Mais toute personne peut le lire pour son propre plaisir.

Un dernier mot sur les illustrations qui accompagnent le texte. Peu nombreuses, elles correspondent bien aux récits. Elles sont en pastel, j’ai beaucoup aimé leur rendu. Vous pouvez voir quelques créations dans la galerie de l’auteur pour les intéressés.

En résumé :

Des nouvelles très poétiques qui invitent le lecteur à réfléchir sur le monde.

« Le temps des explorations est revenu. »

Almoha ; Tome 1 : La muraille interdite de Serge Brussolo

Editions Milady – 442 Pages
Mai 2012 – 8 €
Série en deux tomes
Tome 2 : Le serment de feu à paraître

Quatrième de couverture :

Quelle est cette immense muraille qui coupe en deux le Royaume d’Almoha ?
Au nord règnent la famine, la boue, une pesanteur qui lamine les humains et les transforme en monstres pathétiques. Au sud, personne ne sait ce que dissimule le terrible rempart équatorial. Les légendes parlent d’un pays où tout n’est que richesse et beauté. Mais peut-on croire aux légendes ?
Nath, lui, vit au nord, sur la plaine boueuse. Entre les varans mangeurs d’hommes, la tyrannie des Sentinelles et les nuages pétrifiés, véritables icebergs volants qui s’abattent mortellement sur les cités, Nath se met en quête du paradis. Mais la muraille cache plus d’un secret… et plus d’une épouvante.

Avis personnel :

Serge Brussolo est un auteur français qui écrit depuis des années. Almoha est un univers qu’il a déjà exploré à plusieurs reprises dans Les sentinelles d’Almoha ou encore dans Sigrid et les mondes perdus qui sont deux séries destinées à la jeunesse. La version que j’ai pu découvrir grâce à la masse critique de Babelio n’est ni édulcorée ni incomplète, les éditions Milady ont choisi de publier une version fidèle aux manuscrits d’origine. Le ton est par ailleurs beaucoup plus adulte. La série sera un diptyque et ce premier tome comporte deux parties. La première partie présente l’univers particulier qu’est Almoha ainsi que les personnages principaux. Cela n’empêche pas le héros de vivre déjà de multiples aventures – ou mésaventures. Dans la deuxième partie, les protagonistes tentent d’atteindre la muraille et découvrent ce qu’il y a réellement derrière…

Nath n’avait aucune idée de ce qu’ils allaient devenir, ni de ce qu’il convenait de faire. Il songea qu’il aurait voulu être semblable à ces héros de roman qu’aucune catastrophe ne désoriente et qui disposent toujours d’un plan de rechange.

Almoha est une planète très différente de la Terre et pour que le lecteur la perçoive bien, l’auteur la compare souvent avec notre planète. Des décennies auparavant des colons en provenance de la Terre se sont installées sur Almoha. C’était au départ une planète au climat accueillant mais par la suite, elle a été victime d’une malédiction jetée par un sorcier exécuté. Comme ce sorcier condamné à l’écrasement par des pierres, la pesanteur écrase les gens. Il est impossible de s’élever dans les airs sans devenir fou puis mourir rapidement en raison du manque d’oxygène. Toutefois certaines potions existent mais seuls des chimistes/sorciers savent les préparer. La pesanteur a aussi affecté le climat : les nuages sont devenus durs et descendent sur les cités qu’ils rasent, la pluie se transforme en gravier, la terre est boueuse et il est difficile de trouver un sol sec. Du moins, c’est le côté Nord d’Almoha. Les deux hémisphères sont séparés par une muraille que peu de monde a vue et personne n’est revenu pour en témoigner. La légende dit qu’au Sud existe un paradis terrestre où l’on peut vivre et respirer librement.

Ce monde est peuplé d’étranges créatures comme des lézards qui se nourrissent de chair humaine. Il y a aussi les Têtes-Molles, ces humains qui se comportent comme des animaux. Des sorciers, des pirates, des démons, des fantômes, des aventuriers…que de monde ! Nath, le protagoniste, est un jeune homme qui a fui sa ville natale, Solterra, en quête de liberté. Finalement, après quelques mois, il retourne chez lui. Mais il est alors considéré comme un paria car il a cherché un ailleurs meilleur. Tout le monde est dans le même désespoir et personne ne peut tenter d’échapper à son destin misérable. Il lui est alors difficile de trouver un travail et un toit sans quoi il ne tiendra pas deux jours vivant. Courageux, il va se battre pour un avenir qu’il n’entrevoit pas. Les deux autres personnages importants sont Sigrid et Neb Orn. La première est une amie d’enfance de Nath, jeune femme forte et volontaire, elle n’a pas sa langue dans sa poche. Le héros fait la connaissance du second, harponneur de nuages, lors d’un voyage en bateau et ils vont se lier d’amitié. Homme d’âge moyen, il cache une certaine tendresse derrière son corps robuste.

J’ai été plongée dans l’histoire dès la première page, la lecture est plutôt rapide. La narration est dans un style courant tandis que différents types de registre (familier, courant, soutenu) sont présents dans les dialogues selon les personnages. Quantité de choses arrivent au héros et rares sont les bonnes nouvelles. Rien n’est épargné aux personnages : ils perdent des êtres chers, ils sont mutilés, ils souffrent…mais ils survivent. J’ai vraiment hâte de connaître la suite de leurs aventures !

En résumé :

Une série en deux tomes seulement où les héros vivent de nombreuses aventures et dont l’avenir semble bien incertain. Almoha est un univers particulier bien développé et aux possibilités infinies.

Commander ce livre ?

Doctor Who : L’armée oubliée de Brian Minchin

Doctor Who : L’armée oubliée de Brian Minchin

Titre original : The Forgotten Army
Editions Milady – 287 Pages
Janvier 2012 – 7 €
Traduction par Rosalie Guillaume

Quatrième de couverture :

Il y a très longtemps, une armée d’extraterrestres a atterri sur les étendues glacées de l’Arctique. Des milliers d’années plus tard, ils sont prêts à passer à l’attaque.

Le Docteur et Amy font face à un nouvel ennemi : les Vykoïdes. Armés jusqu’aux dents, ces terribles guerriers sont bien décidés à asservir l’humanité. Et lorsque Manhattan se retrouve isolé du reste du monde par un champ de force, Amy a vingt-quatre heures pour trouver le Docteur, sauver la ville… et peut-être le monde.

Avis personnel :

Tout d’abord, je tiens à remercier Livraddict et les éditions Milady pour ce partenariat.

Doctor Who est une série TV britannique produite par la BBC. Je n’ai encore jamais visionné un seul épisode mais ce n’est pas faute d’en avoir entendu parler ! C’est un univers qui m’intrigue et que je souhaitais donc découvrir. C’est chose faite grâce aux romans édités par Milady. A défaut de me convaincre entièrement pour les romans, ça m’a donné encore plus envie de voir la série ! Et puis, Steven Moffat en scénariste (il a écrit des épisodes de Sherlock !), ça suffit à convaincre. Trèves de bavardages, passons à la chronique de ce roman !

Il faut savoir que les romans publiés chez Milady commencent avec l’apparition du onzième Docteur. L’armée oubliée est le troisième paru. Suite à une erreur de partenariat, j’ai lu celui-ci sans avoir lu les premiers tomes. Je ne sais donc pas si les personnages sont présentés dans le premier tome mais je trouve qu’ils demeurent très mystérieux dans ce tome-ci.

Les personnages principaux de ce roman sont Amy Pond et le Docteur. Je trouve que l’Amy représentée ici est plutôt superficielle mais on s’attache à elle au fur et à mesure de la lecture. Livrée à elle-même, elle va tenir le rôle principal dans cette histoire. Courageuse, futée, pleine d’humour et de charme, Amy va montrer au Docteur qu’elle peut tout à fait s’en sortir sans lui. Mais ce duo est inséparable et la première chose qu’elle fait à peine séparée de lui, c’est de le rechercher ! Le Docteur est tel que je me l’imaginais avec un caractère imprévisible et plutôt loufoque. Ce Seigneur du Temps a foi en l’humanité et il est présent pour protéger toutes les espèces. Ce sont deux personnages très intéressants qui sont malheureusement peu développés. J’aurais aimé en savoir plus sur eux ! Les personnages secondaires sont là pour faire rire ou pour aider, enfin plutôt servir (Amy se montre très autoritaire !), nos héros dans diverses tâches.

J’ai été ravie de découvrir l’univers de Doctor Who avec le fameux TARDIS ou encore le tournevis sonique. Je suis entrée facilement dans cet univers qui est très bien amené et expliqué. Le début peut surprendre mais les choses s’éclaircissent très vite et le lecteur n’est pas perdu. De plus, il y a beaucoup d’humour ce qui rend la lecture très agréable. Le livre se lit rapidement, il est toutefois à regretter qu’il n’y ait pas plus de matière ou descriptions.

L’intrigue est simple mais sympathique. Un Mammouth est revenu à la vie et sème le désordre dans Manhattan. Une armée de minuscules êtres mais à la pointe de la technologie tente d’envahir cette ville pour faire des êtres humains leurs esclaves. Le  Docteur et Amy Pond tenteront de sauver le monde… J’ai apprécié comment les différents événements sont amenés ainsi que les différents points de vue. L’intrigue est traitée efficacement et l’action domine. Comment le Docteur résout le problème du dénouement m’a par ailleurs surprise.

En résumé :

Une première immersion dans l’univers de Doctor Who réussie ! Si le roman ne m’a pas totalement convaincue, l’histoire reste sympathique et les personnages sont très intéressants. Cela m’a donné envie d’en découvrir plus !

Commander ce livre ?

Challenge : Participation au challenge Magie et Sorcellerie LittérairesMon avancée.