Novembre 2017

En novembre, j’ai lu 11 livres et 173 chapitres de BD asiatiques : 8 albums, 2 mangas, 1 roman ainsi que 173 chapitres de webtoon.

LIVRES LUS :

  • Webtoons :

Melo Holic de Aruani et Carnby [73 chapitres]

Le synopsis du drama me tentait bien mais comme j’avais quelques craintes sur le produit final, j’ai préféré découvrir le webtoon. Toutefois l’adaptation est assez libre puisqu’elle semble plutôt orientée comédie romantique tandis que l’histoire originale est plus un drame avec des éléments de romance, de comédie et de thriller. Les révélations finales sont le concept de base du drama ce qui change donc le ton. Dans le webtoon, le héros est doté d’un pouvoir : il peut lire les pensées des autres en touchant leur peau nue. Il n’apprécie pas ce pouvoir et ne l’utilise donc pas. Célibataire depuis longtemps, il ne comprend pas ce que c’est que l’amour jusqu’à ce qu’il rencontre une femme avec un mystérieux passé. Ils devront surmonter de nombreux obstacles pour pouvoir être heureux ensemble. Le webtoon peut être séparé en deux parties : leur rencontre jusqu’à aboutir à une relation et ensuite le développement de celle-ci au travers du mystère entourant la jeune femme. Le twist final est surprenant pour qui commence à lire le webtoon sans savoir à quoi s’attendre. Le webtoon est aussi plein de clichés cependant c’est souhaité par l’auteur qui les a détourné pour créer son histoire.

Roar Street Journal de Bonnie Pang [9 chapitres]

L’histoire a bien avancé depuis le début et j’aime beaucoup cet artiste et son univers.

My giant nerd boyfriend de Fishball [13 chapitres]

Toujours vraiment drôle !

A Budgie’s Life de Muffin Girl [12 chapitres]

Le graphisme est toujours magnifique et les histoires excellents !

Super Secret de eon [5 chapitres]

Ryan et Emma sont enfin ensemble ! \o/ Et ils sont adorables !

Life in Art College/Heropie de Ophelia Chiu [4 chapitres]

Le style graphique est toujours mignon mais ça m’intéresse moins maintenant.

I love Yoo de Quimchee [4 chapitres]

L’histoire évolue bien et les différents protagonistes sont intéressants. Je me demande quel va être le love interest de Yoo.

Girls Have a Blog de Sarah Bollinger & Tara Kurtzhals [2 chapitres]

Des strips toujours sympathiques !

Average Adventures of an Average Girl de lallirrr [4 chapitres]

C’est toujours drôle !

My Boo de Jeongseo [30 chapitres]

Ce webtoon a changé son rythme de parution avec beaucoup plus de chapitres désormais. L’histoire a donc beaucoup avancé et je l’aime beaucoup.

The Sound of Your Heart de Cho Seok [7 chapitres]

J’ai toujours du mal à accrocher…

1001 Reasons To Live de *Dean [4 chapitres]

De courtes images pour montrer des raisons de vivre.

Let’s Play de Mongie [6 chapitres]

Un nouveau webtoon qui s’annonce fort sympathique. J’aime beaucoup le style graphique.

  • Albums :

Ernesto de Didier Lévy & Gilles Rapaport [Album]

Une histoire simple pour faire comprendre aux enfants l’importance de se brosser les dents. Jojo le crocodile est obligé de ressortir sa brosse à dents lorsque Ernesto, son oiseau qui lui nettoie les dents, se volatilise. L’album est très coloré et les illustrations sont sommaires mais efficaces. Il présente aussi quelques touches d’humour.

Le train des souris de Haruo Yamashita & Kazuo Iwamura [Album]

J’adore cet album qui est parfait pour aborder la rentrée des classes. Lorsque ses petits ne veulent pas aller à l’école, Maman Souris a une idée géniale : elle invente une voie ferrée jusqu’à l’école. Ainsi il n’y a plus qu’à prendre le petit train. Tchou-tchou ! Le trajet leur réserve aussi quelques surprises. Les illustrations sont superbes, dans des tons pastels. Les expressions des souris et souriceaux sont très réalistes et amusantes pour le lecteur.

Grand Guili de Jean Leroy & Emmanuelle Eeckhout [Album]

Lorsqu’il est l’heure d’aller se coucher, Louis a toujours peur de rencontrer Grand Guili. La peur du noir et des monstres est symbolisée par ce personnage de Grand Guili et renforcée par des illustrations sombres qui donnent une ambiance angoissante. Toutefois cette crainte de départ est vite oubliée et transformée en rires avec les multiples chatouilles de la part de Grand Guili mais aussi de Petit Guili qui est bien décidé à se défendre !

Aldo de Magali Bonniol [Album]

Cet album regroupe trois différentes histoires avec les mêmes protagonistes : Aldo le lézard et son amie Josette la grenouille. Aldo prévoit de faire beaucoup de choses (prendre un bain de soleil, confectionner une tarte aux groseilles, faire une promenade) mais rien ne se passe jamais comme prévu. Heureusement, il y a Josette pour lui rendre sa bonne humeur. Avec elle, il suffit de profiter du moment présent. Les histoires sont simples tout comme les plaisirs que la vie offre et dont il faut jouir. Les illustrations mettent en avant les personnages avec une utilisation de couleurs douces tandis que les paysages sont simplifiés au minimum et sont majoritairement en noir et blanc.

Un ours à l’école de Jean-Luc Englebert [Album]

Un ourson trouve un drôle d’objet dans la forêt. Ne sachant pas que c’est un bonnet, il l’enfile. Oh surprise, des écoliers portent le même ! Pendant que sa maman prépare la tanière pour l’hiver, l’ourson se joint aux élèves pour une journée de classe. L’histoire est simple, douce et amusante tout comme les illustrations réalisées à l’aquarelle. C’est un album très mignon qui aborde la notion de différence et de tolérance sans mettre de mots dessus.

Moun de Rascal & Sophie [Album]

Lorsque Moun poussa son premier cri, la guerre ne se tut pas.

Merci Mila pour ce livre ! ♥ Cet album est superbe ! Moun est une petite fille abandonnée par ses parents dans l’espoir qu’elle ait une vie meilleure, loin de la guerre. Elle sera adoptée par une famille aimante. L’album traite donc du thème de l’adoption mais aussi de la construction de soi à travers la découverte de ses origines. Si Rascal a écrit le texte, Sophie en est l’inspiration puisque le récit est en partie autobiographique, cette dernière étant née en Corée et adoptée par une famille belge. Les illustrations sont très douces et accompagnent parfaitement le texte poétique.

Le jour du A de Jean-Luc Englebert [Album]

Il est temps pour Petit Croco d’apprendre à lire alors sa maîtresse lui enseigne la lettre A comme dans AbrAcAdAbrA, AnAnAs ou bien encore AlligAtor… AAAHHHH un AlligAtor ! Un album amusant sur le thème de l’apprentissage de la lecture.

La pomme rouge de Kazuo Iwamura [Album]

Natchan a apporté une belle pomme rouge pour la manger tranquillement en haut de la colline. Mais avant qu’elle ne puisse croquer dedans, celle-ci tombe et se met à rouler. Un lapin puis un écureuil tentent de l’arrêter mais chacun suit le même schéma répétitif et « roule, roule » jusqu’à ce qu’un ours les stoppe. Les voilà alors à partager cette belle pomme rouge qui s’avère délicieuse. Cet album mettant en valeur le partage est très poétique dans son texte court et simple ainsi que par ses illustrations. Celles-ci sont très douces, en noir (tirant vers le gris) et blanc. Seule la tâche rouge de la pomme ressort. Toutefois tout est estompé et les traits sont ronds donnant vraiment une impression de douceur.

  • Autres :

Chihayafuru [Tomes 21 et 22] de Yuki Suetsugu [Manga]

Relecture du tome précédent avant de découvrir le dernier sorti. Les sélections pour devenir le challenger du Maître sont toujours en cours et le Docteur Harada et Arata s’affrontent dans un duel épique. Le focus est moins sur Chihaya puisqu’elle ne joue aucun match officiel mais les autres personnages sont tous aussi intéressants dans leurs matchs de karuta. J’ai hâte de voir les matchs contre le Maître et la Queen.

Nightwork de Vincent Mondiot [Roman]

Patrick est un adolescent de 14 ans, gringalet et harcelé par les brutes du collège. Ce n’est pas mieux à la maison puisque sa mère a quelques problèmes psychologiques et passe ses nerfs sur lui. Heureusement qu’il y a son frère Abdel qui sort enfin de prison. Il oublie son quotidien grâce aux jeux vidéos et à celui qu’il imagine avec sa meilleure amie Mégane, en surpoids et d’origine cambodgienne, tout aussi humiliée que lui. Le cadre de l’histoire est assez sordide et la suite ne va pas aller en s’améliorant… Le narrateur est âgé de 21 ans lorsqu’il nous raconte son histoire. Il revient sept ans en arrière pour nous expliquer son choix. Il interpelle le lecteur et espère que celui-ci ne le juge pas sévèrement. Pour ma part, j’ai été très déçue de la révélation finale avec ce qu’a choisi de faire Patrick. Je ne pense pas que cela soit une solution pour qu’il échappe réellement à sa vie quotidienne. Écrire son passé à la manière d’une dissertation : présenter la situation initiale en introduisant les différents protagonistes et le cadre de l’histoire avant d’introduire l’élément perturbateur lui permet de mettre des mots sur son histoire telle une thérapie. Le narrateur fait plusieurs digressions avant de révéler ce qui va changer son futur à tout jamais. Quelques commentaires sur son présent sont apportés au fil du roman, pour notamment tenter d’expliquer son choix. La narration est fluide avec toutefois un vocabulaire peu approprié entre insultes et familiarité. L’auteur cite aussi peut-être un peu trop de jeux vidéos… Je me suis intéressée au sort de cet adolescent même si je ne m’y suis pas attachée et c’est une des raisons pour lesquelles son choix me rebute. Je me suis investie un tant soit peu émotionnellement dans ce récit, et tout ça, pour arriver à cette conclusion. I feel cheated. >o<

ACQUISITIONS ET PAL :

+ 52 / – 10

J’ai de quoi lire en albums jeunesse. 😀

PRÉVISIONS POUR DÉCEMBRE :

J’ai lu en novembre les deux premiers tomes de Terremer de Ursula K. Le Guin et je viens de commencer le troisième. Je compte aussi lire divers albums achetés ce mois-ci.

Publicités

Octobre 2017

En octobre, j’ai lu 16 livres et 114 chapitres de BD asiatiques : 8 albums, 2 beaux-livres, 4 romans, 1  BD, 1 comic ainsi que 114 chapitres de webtoon.

LIVRES LUS :

  • Webtoons :

Roar Street Journal de Bonnie Pang [8 chapitres]

J’aime toujours autant !

My giant nerd boyfriend de Fishball [12 chapitres]

C’est toujours aussi drôle !

A Budgie’s Life de Muffin Girl [15 chapitres]

Ces petites perruches sont mignonnes et le graphisme superbe !

Super Secret de eon [4 chapitres]

Ryan et Emma sont toujours aussi adorables !

Life in Art College/Heropie de Ophelia Chiu [5 chapitres]

De courtes illustrations toujours sympathiques !

I love Yoo de Quimchee [4 chapitres]

J’aime de plus en plus !

Miss Abbott and the Doctor de Maripaz Villar [1 chapitre]

Un seul petit chapitre mais il était excellent !

Girls Have a Blog de Sarah Bollinger & Tara Kurtzhals [4 chapitres]

Des strips toujours sympathiques !

Average Adventures of an Average Girl de lallirrr [5 chapitres]

Toujours drôle !

My Boo de Jeongseo [12 chapitres]

J’ai craqué pour une nouvelle histoire qui s’annonce bien sympathique ! J’aime bien le style graphique.

The Sound of Your Heart de Cho Seok [16 chapitres]

C’est un webtoon très connu et qui a été adapté en drama, j’étais donc curieuse de le découvrir. J’ai un peu de mal à me faire au style pour le moment.

1001 Reasons To Live de *Dean [28 chapitres]

Un artiste ayant tenté de se suicider montre différentes raisons de vivre à travers un court texte et des dessins.

  • Autres :

C’est moi le plus beau de Mario Ramos [Album]

Je ne me lasse jamais des albums de Mario Ramos et celui-ci est très drôle. Il utilise un loup vaniteux pour faire rire en faisant référence à de multiples contes jusqu’à l’apparition d’un dernier personnage qui n’a pas peur de lui.

Papa ! de Philippe Corentin [Album]

Un nouvel album de Philippe Corentin très chouette ! C’est l’heure de dormir. Un petit garçon se réveille soudainement et pousse un cri de terreur comme un être étrange à côté de lui ! Tous les deux crient au monstre et sont à tout de rôle réconfortés par leurs parents. Cet album me rappelle N’oublie pas de te laver les dents ! qui présente cette double lecture. L’histoire est drôle (testé et approuvé par des enfants !) tout en pouvant faire réfléchir sur la différence avec ce parallèle entre les deux histoires.

Plouk de Christel Desmoinaux [Album]

Un pingouin a peur de l’eau, ce qui n’est pas très pratique pour chercher à manger. Heureusement, il trouve un trou avec plein de poissons pêchés. Mais celui-ci n’est pas apparu tout seul comme la petite esquimaude le lui apprend… Les illustrations sont jolies et l’histoire est mignonne bien que simple. Elle plaira à des enfants pas trop grands.

Pop mange de toutes les couleurs de Christel Desmoinaux [Album]

Un chouette album mettant en avant le lexique des couleurs et des fruits.

Corée de Jade de Jean-Claude et Roland Michaud [Beau-livre]

Photographe professionnel, Jean-Claude Michaud a parcouru de nombreux pays avec sa femme Sabrina. Dans ce livre sur la Corée, c’est avec son frère médecin qu’il a fait ce voyage. C’est la Corée rurale et montagnarde des années 1970-1980 qui est montrée à travers diverses photographies de paysages ou de portraits d’artistes, de paysans ou de moines. Une introduction écrite par le photographe raconte quelques événements de leur voyage et les lieux merveilleux qu’ils ont découvert.

Une histoire et un câlin ! de Jean-Luc Englebert [Album]

Michel ne parvient pas à s’endormir. Il souhaite encore une histoire et un câlin mais ses parents ne sont pas d’accord. Fâché, Michel décide de ne pas se coucher et d’attendre. Heureusement, d’autres personnages viennent lui tenir compagnie (un loup, un hibou, une souris) et ils s’amusent ensemble en se contant des histoires. Une jolie lecture de coucher !

Qui a peur de Madame Lacriz ? de Marie-Aude Murail [Roman]

Solène a beaucoup trop de devoirs à faire ; elle n’a plus le temps de jouer et perd même le sommeil avec sa peur de redoubler. Le récit est plutôt réaliste – bien que l’enseignante soit caricaturée – et permet de comprendre le point de vue d’un enfant sur la question des devoirs.

Mille secrets de poussins de Claude Ponti [Album]

J’ai été ravie de trouver ce livre que je cherchais depuis longtemps, je suis fan de ces petits poussins ! Dans cet album tout aussi excellent que les autres créations de Ponti, le lecteur apprend plein de choses sur les poussins : d’où ils viennent, comment ils naissent, comment ils mangent, comment ils s’occupent, etc, et surtout qui est Blaise ! Il retrouve aussi avec plaisir d’autres personnages de l’univers de Ponti. Les illustrations sont comme à l’accoutumée pleine de détails et de références et le texte est savoureux.

Alphab’art : les lettres cachées dans l’art de Anne Guéry et Olivier Dussutour [Album]

Ce livre permet de découvrir 26 peintures et 26 artistes différents, de toutes les époques et de toutes les nationalités. Le lecteur pourra s’amuser à repérer les lettres dans chaque tableau. Si certaines sont évidentes, d’autres peuvent être ardues à visualiser. A la fin du livre, les réponses sont données ainsi que quelques brèves explications sur l’œuvre choisie.

ABC des monstres de Erich Ballinger [Roman]

Je découvre cet écrivain australien qui a écrit plusieurs livres pour la jeunesse mais dont peu semblent avoir été traduits en France. Dommage, j’aurais bien lu ABC des détectives qui est du même type que ce livre-ci. ABC des monstres fonctionne comme un dictionnaire, avec plusieurs entrées ayant un rapport avec les monstres. Le livre peut se lire comme un livre classique ou alors le lecteur peut choisir de lire seulement les articles qui l’intéressent. Pour cela, à la fin du livre, se trouve un index renvoyant aux articles concernés. A titre d’exemple, le monstrophile pourra apprendre plein de choses sur les monstres traditionnels tels que le vampire ou le loup-garou mais il découvrira aussi les monstres d’œuvres littéraires ou cinématographiques comme E.T. ou Chewbvacca et des monstres antiques tels le sphinx ou la chimère. Le roman possède aussi des entrées concernant des artistes (des interprètes notamment) ainsi que des astuces pour inventer des monstres. Le livre est donc plutôt complet et intéressera tout monstrophile ! Les articles sont écrits de manière intéressante (le public ne doit pas être trop jeune puisque le vocabulaire peut être assez ardu) et aussi avec humour sous couvert d’un certain sérieux scientifique.

Astérix et la Transitalique de Ferri et Conrad [BD]

Dans cette nouvelle histoire, Astérix et Obélix participent à une course visant à prouver la qualité des routes de l’empire romain. Évidemment, c’est un romain qui doit gagner ce qui entraîne tricheries et bagarres tout au long des étapes. L’histoire est plutôt stéréotypée et les surprises sont attendues mais j’avoue que cela ne m’a pas vraiment dérangé pour ce type de BD. L’humour est très présent, peut-être même trop, puisqu’il n’est pas toujours efficace. Bien que l’histoire soit simple, l’album reste plaisant à lire et les dessins sont très réussis.

Le roi est en danger de Claire Devarrieux [Roman]

Le jeune prince ne parvient pas à trouver d’épouse. Il aimerait bien trouver quelqu’un avec qui pouvoir discuter plutôt que quelqu’un qui sait cuisiner et coudre. Ses parents décident alors d’organiser un concours pour trouver sa moitié. Cependant, avant que celui-ci ne soit lancé, la guerre est déclarée. Une fillette se réfugie alors au château et elle va aider le prince à remporter la victoire. Les deux protagonistes sont sympathiques et vont utiliser leurs talents et la ruse pour gagner. Une petite lecture agréable !

Superman Red Son de Millar, Johnson et Plunkett [Comic]

Un peuple prêt a sacrifier un peu de liberté pour plus de sécurité finit par perdre les deux. – Benjamin Franklin

Que se passerait-il si Superman était arrivé sur Terre non pas en Amérique mais en Union Soviétique ? Voici le postulat de départ de cette histoire où Superman a les meilleures intentions possibles (aider l’humanité, protéger des crimes…) mais où ses opposants sont implacablement éliminés. Le manichéisme si évident est évité avec justesse et beaucoup de personnages de l’univers sont représentés avec une certaine similarité. Le scénario est maîtrisé et propose une réflexion sur l’opposition capitalisme et communisme. J’ai particulièrement apprécié les pages finales avec un dénouement surprenant… J’ai bien aimé le style graphique : les dessins possèdent des traits marqués et les couleurs peuvent être très prononcées dans des moments-clefs. Petit plus appréciable, l’édition d’Urban Comics présente en fin de volume des croquis de recherche sur les personnages, les couvertures et certaines scènes.

Natsarkékia et autres contes géorgiens de Kéthévane Davrichewy [Roman]

Je participe au défi « Réécriture de contes » chez DEEDR et ce livre-ci était pile dans le thème ! La Géorgie est un petit pays sur la côte de la mer Noire dans le Caucase, situé à la fois en Europe de l’Est et en Asie. Les histoires de ce recueil sont inspirées des contes géorgiens les plus populaires. On retrouve des rois, des princesses, des danseurs, des paysans…comme dans nos contes populaires mais aussi d’autres figures comme les dévis qui sont des géants (s’apparentant à nos ogres). Certaines histoires rappellent les nôtres (Le Petit Poucet par exemple) mais la plupart sont des découvertes. On retrouve la forme classique d’un conte ainsi que ses caractéristiques. Petite particularité du conte géorgien qui commence toujours par cette phrase : « Il était une fois mais qui peut le savoir ? ». J’ai apprécié de découvrir tous ces contes et j’ai particulièrement aimé Ilangoura qui raconte l’histoire d’un homme, gardé dans une chambre par son père qui veut le préserver du malheur mais qui le coupe ainsi du bonheur, qui tombe amoureux de la lune et décide de la conquérir. J’ai aussi aimé la structure répétitive de La puce et la fourmi.

Souris, jolie souris, s’il-te-plaît, ne retourne pas dans la grange, elle me donnera du millet que j’apporterai à la poule qui me donnera un poulet que je donnerai au corbeau qui laissera tranquille le chêne qui me donnera des glands que je donnerai au cochon qui me donnera de la soie avec laquelle je tisserai une corde pour sauver mon amie la fourmi.

Les chasseurs de Paul Geraghty [Album]

Les illustrations de cet album sont magnifiques et très réalistes. J’adore le trait de l’auteur et l’utilisation des couleurs. Les dessins sont sur une page ou sur la double-page ce qui permet de montrer de sublimes paysages. L’histoire est simple et bien racontée. Une petite fille cherche du miel avec son grand-père mais elle s’égare en jouant aux chasseurs. Perdue, elle trouve un petit éléphant donc la mère a été tuée par des braconniers. Elle va alors l’aider à retrouver son troupeau.

Silence premier Roi de brouhaha de Christian Merveille, Dominique Maes et Bernard L’Hoir [Album]

À la mort du vieux roi, qui était aimé, tout le monde se demanda qui, à sa place, régnerait. Le « livre des lois » imposait d’élire le candidat qui ferait un bruit si grand qu’on l’entendrait dans tout le pays… L’album est accompagné d’un CD où l’histoire est racontée avec aussi quelques passages musicaux. Si l’histoire est destinée à tous, elle a été spécialement mise en scène en pensant aux malvoyants. Le texte est écrit en grands caractères avec quelques jeux sur l’écriture lorsqu’il y en a besoin (des mots accentués pour les coups de canon, des mots en italique pour les chansons, etc), les dessins sont simples et colorés. Un album sympathique !

ACQUISITIONS ET PAL :

+ 11 / – 9

Septembre 2017

En septembre, j’ai lu 10 livres et 50 chapitres de BD asiatiques : 4 romans, 6 albums ainsi que 50 chapitres de webtoon.

LIVRES LUS :

  • Webtoons :

Roar Street Journal de Bonnie Pang [6 chapitres]

Ce webtoon est toujours aussi parfait !

My giant nerd boyfriend de Fishball [5 chapitres]

Peu de chapitres ce mois-ci mais ils sont toujours plaisants.

A Budgie’s Life de Muffin Girl [12 chapitres]

J’aime beaucoup suivre les aventures de ces petites perruches.

Super Secret de eon [4 chapitres]

La nouvelle relation entre Emma et Ryan est plaisante à lire.

Life in Art College/Heropie de Ophelia Chiu [4 chapitres]

De courtes illustrations sympathiques !

I love Yoo de Quimchee [5 chapitres]

J’aime beaucoup l’histoire qui se développe et le style graphique. Les expressions des personnages sont très révélatrices.

Miss Abbott and the Doctor de Maripaz Villar [5 chapitres]

Que j’adore ce couple et cette histoire ! ♥

Girls Have a Blog de Sarah Bollinger & Tara Kurtzhals [5 chapitres]

Des strips intéressants et plaisants à lire !

Average Adventures of an Average Girl de lallirrr [4 chapitres]

Toujours drôle !

  • Autres :

Le grand gentil loup de Marc Cantin et Hervé Le Goff [Roman]

Ange, une petite fille qui n’a rien d’un ange, et un loup, doux comme un agneau, sont les héros de cette courte histoire. Lorsqu’Ange est bien décidée à se venger du loup (cf. Le petit chaperon rouge), elle s’en donne les moyens. Pauvre loup… Mais qui sera le dernier surpris ? Une histoire amusante !

20 contes des pourquoi de Régis Delpeuch et Michel Piquernal [Roman]

20 contes répondent de façon amusante aux questions que tu te poses comment pourquoi le singe a-t-il les fesses rouges ou pourquoi la vache fait-elle meuh !

Le maître chat d’après Charles Perrault et Benjamin Lacombe [Roman]

J’ai beaucoup apprécié les illustrations accompagnant ce conte comme ce dernier.

Plouf ! de Philippe Corentin [Album] [Chronique]

Un album que j’aime beaucoup faire découvrir à mes élèves.

Mademoiselle Sauve-qui-peut de Philippe Corentin [Album]

Je travaille sur les contes avec ma classe et comme cet album revisite de manière originale celui du Petit Chaperon Rouge, je l’ai choisi pour une lecture.

Roméo & Juliette de Mario Ramos [Album]

Une autre relecture d’une jolie histoire d’amitié.

Leçons de grec de Han Kang [Roman] [Chronique]

Un roman sur la rencontre inattendue entre deux êtres perdus qui va leur permettre de se reconstruire.

Moulin Rouge de Rascal & Louis Joos [Album]

J’aime beaucoup Le voyage d’Oregon des mêmes auteurs et cet album reprend le thème du voyage avec cette fois-ci un routier et son neveu comme protagonistes. Les illustrations peuvent parfois paraître grossières, elles sont souvent très esquissées avec quelques détails précis notamment le camion rouge. L’histoire est simple, racontant le périple des héros, entre discussions et rencontres.

Félicien le jardinier de Bénédicte Quinet et Gaëtan Évrard [Album]

Un album pour les enfants plus petits avec divers animaux de la ferme et leurs petits. L’histoire ne présente pas vraiment de morale puisque Félicien donne des légumes qu’il cultive mais que la gentillesse ne lui est pas retournée lorsqu’il a faim. L’album est gentillet et les illustrations sont mignonnes.

Catalogue de parents de Claude Ponti [Album]

Certains jours, on aimerait bien pouvoir changer de parents. Cet album en propose tout un assortiment, du plus formidable au plus épouvantable. Chaque famille commence par son nom, une illustration puis une description (caractère, physique) et est précisé ce à quoi les enfants peuvent s’attendre : des câlins, des voyages, des gâteaux, de l’ennui… Il y en a pour tous les goûts ! Claude Ponti aborde différents types de familles (couple traditionnel, familles recomposées, couple mixte, la monoparentalité…) tout comme différentes éducations (bien que certaines familles très méchantes ne donnent pas envie !) à travers une multitude de personnages extraordinaires. Son imaginaire est ici à son paroxysme.

ACQUISITIONS ET PAL :

+ 38 / – 3

   

Je pense que je peux abandonner l’idée de faire baisser ma PAL cette année…

« L’univers est une illusion ; vivre, c’est rêver. »

Leçons de grec de Han Kang

Si la neige est un silence qui descend du ciel, la pluie est peut-être de phrases interminables qui en tombent.
Des mots tombent sur les trottoirs, sur les terrasses des immeubles en béton, sur les flaques d’eau noires. Ils giclent.
Les mots de la langue maternelle enveloppés dans des gouttes de pluie noires.
Les traits tantôt ronds, tantôt droits, les points qui sont restés un bref moment.
Les virgules et les point d’interrogations qui se courbent.

leçonsdegrecEditions Le serpent à plumes
185 pages – 18€ – Août 2017
Traduction de Jeong Eun Jin et Jacques Batilliot

Quatrième de couverture :

Leçons de grec est le roman de la grâce retrouvée. Au cœur du livre, une femme et un homme. Elle a perdu sa voix, lui perd peu à peu la vue. Les blessures de ces personnages s’enracinent dans leur jeunesse et les ont coupés du monde.
À la faveur d’un incident, ils se rapprochent et, lentement, retrouvent le goût d’aller vers l’autre, le goût de communiquer. Plus loin que la résilience, une ode magnifique à la reconstruction des êtres par la plus célèbre des romancières coréennes, Han Kang.

Avis personnel :

J’étais curieuse de découvrir ce nouveau roman après avoir lu et apprécié La végétarienne il y a deux ans. Tout comme ce dernier, la couverture est très attirante : des fleurs de lotus sont représentées sur un fond rouge, et celle-ci s’explique lors de la lecture tout comme le titre.

Deux personnages sont au cœur du roman et les chapitres alternent les points de vue. Une femme a perdu l’usage de la parole. Elle a vécu plusieurs événements traumatisants mais elle a toujours eu un rapport particulier avec le langage. Si elle prend des leçons de grec, c’est pour s’intéresser à la construction même du langage, à travers son alphabet inconnu et sa grammaire difficile, et peut-être retrouver le courage de parler. Tout comme elle a en premier découvert le hangeul (l’alphabet coréen).

Aimant beaucoup la linguistique et les langues étrangères notamment le coréen, j’ai beaucoup apprécié les questionnements et remarques de l’héroïne sur le hangeul et le langage en général. Quelques mots coréens parsèment le roman pour expliquer la pensée et le goût de l’héroïne mais ils sont traduits tout comme les phrases en grec (mes études de grec sont tellement lointaines que je ne reconnaissais que l’alphabet !).

À l’époque où elle pouvait parler, sa voix était basse.
Ce n’était pas un problème de cordes vocales, ni de capacité pulmonaire. Elle n’aimait pas s’approprier l’espace. Chacun peut occuper l’espace physique qui correspond exactement au volume de son corps, mais la voix, elle, se déploie beaucoup plus. Elle n’avait pas envie de déployer sa présence.

Un homme perd lentement la vue. Il pensait ne rien voir depuis longtemps mais contre toute attente les années sont passées sans qu’il la perde entièrement. Ce n’est tout de même qu’une question de temps. Il souhaite se débrouiller tout seul et il retourne en Corée du Sud alors que sa famille est restée en Allemagne. Il est passionné de grec et subvient à ses besoins en donnant des cours à quelques groupes d’élèves.

Ces deux personnages sont sans cesse plongés dans leur passé. La femme aimerait retrouver son enfant dont elle a perdu la garde tandis que l’homme pense à son amour perdu. Ils semblent toutefois résignés sur leur sort. Dans la plus grande partie du roman, ils se côtoient sans réellement se parler. La femme assiste aux cours et l’homme enseigne. Ce n’est qu’à la faveur d’un accident qu’ils vont se retrouver seuls ensemble et être amenés à partager leurs peines pour pouvoir se reconstruire.

Son enfant avait sept ans.
Un dimanche matin où, pour une fois, elle avait tout son temps, elle a discuté avec lui et a fini par lui proposer d’inventer des noms à l’indienne. Enchanté, il a pris pour lui le nom de « Forêt brillante » et l’a gratifiée d’un autre. D’un ton sans réplique, comme s’il s’agissait là d’une évidence :
« Tristesse de la neige qui tombe en abondance.
– Hein ?
– C’est ton nom, maman. »
Elle n’a pas su répondre, se contentant de fixer les yeux clairs du gosse.

Les chapitres sont généralement assez courts ; s’ils sont plus longs, ils sont séparés par différentes temporalités. L’écriture est très épurée et poétique, le langage et la littérature y ont une grande place. Le rythme est plutôt lent puisque la véritable rencontre entre les deux personnages intervient dans les derniers chapitres, au dernier tiers du livre. La dernière partie est un peu plus confuse, faisant écho au ressenti des personnages.

En résumé :

Une rencontre inattendue entre deux êtres perdus racontée d’une jolie plume.

Commander ce livre ?