Albums

La reine des fourmis a disparu

lareinedesfourmisadisparuAuteur : Fred Bernard
Illustrateur : François Roca
Éditions Albin Michel Jeunesse – 15 €
42 pages – Novembre 2016
Première publication en 1996

Synopsis :

« On a enlevé notre reine ! » Ce cri résonne dans ma tête comme dans celle de milliers de fourmis et dans les galeries de la fourmilière. Notre reine, notre mère à tous, a disparu dans l’épaisse forêt tropicale qui nous entoure. Autant chercher une aiguille dans une meule de foin, dira-t-on ! Et c’est moi, Mandibule de savon, qui suis chargé de l’enquête. Je suis à la fois détective et représentant de la loi de la jungle au sein de la tribu des fourmis rouges. Ma mission : mettre la patte sur celui et celle qui a enlevé notre très chère reine pendant la nuit.

Avis personnel :

La reine des fourmis a disparu ! Ou plutôt, elle a été enlevée ! Mandibule de Savon, en tant que détective et représentant de la loi de la jungle au sein de la tribu des fourmis rouges, est chargé de l’enquête. Secondé par un jeune assistant : Elytre de Lait, surnommé Elie, les voilà partis pour résoudre ce mystère avec un seul indice : un poil long et clair. A qui peut-il bien appartenir ? Ils interrogent divers animaux de la jungle, bravant moult dangers. Mandibule ne recule devant rien pour retrouver la reine, car la vie de la fourmilière en dépend. Elie l’admire beaucoup, un peu trouillard mais très savant, il le prend pour modèle.

Les fourmis travaillent inlassablement sans se poser de questions. Elles accumulent des milliers de vivres dans les réserves et des brindilles pour la construction de la fourmilière. Tout à coup, je remarque que certaines d’entre elles transportent d’étranges choses. Je m’élance et cours le long de la colonne, remontant le courant des ouvrières qui traînent des petits objets inconnus.

A la suite d’un nouvel indice, Mandibule et Elie sont amenés à sortir de la forêt. Ils s’aventurent en terre inconnue et découvrent des choses étranges qu’ils perçoivent comme menaçantes. Le monde des hommes est dépeint de manière effrayante pour les fourmis et il semble inhospitalier. Les marques de la civilisation humaine sont présentes à travers des déchets (mégots de cigarette, canettes jetées…) ou des traces de véhicule comparées à des cicatrices. Les choses nouvelles ressemblent à des monstres morts (un avion froid et menaçant) et le contact des hommes est désastreux pour les animaux.

J’avais complètement oublié qu’au contact des hommes, les animaux perdent peu à peu l’usage de la parole ! J’en profite pour expliquer à Elie comment un animal domestique relâché dans la nature est incapable de communiquer avec les autres animaux. Il se laisse bien souvent mourir de tristesse et de faim.

Les fourmis continuent leur enquête et découvrent des animaux captifs dans l’avion. S’envolant avec lui, ils arrivent dans un musée sinistre où les animaux sont étrangement silencieux. A travers cette enquête, l’album aborde divers sujets tels que la vie des animaux ou l’exploitation humaine. Tout un écosystème est menacé par la cupidité des hommes. Tout en étant critique de la civilisation, l’album met surtout en avant le format enquête qui permet de faire participer le lecteur qui élimine les coupables potentiels en même temps que les deux détectives. La narration est réalisée à la première personne avec Mandibule racontant leurs aventures. Le lexique utilisé est plutôt riche, avec des mots parfois compliqués pour les plus jeunes, et beaucoup de descriptions. Le ton est plutôt distancié, tout en étant humoristique.

Il m’avoue aussi que, sans moi à ses côtés, il serait mort de peur depuis longtemps. Il trouve que je suis un détective formidable. Il est très bien, ce petit !

Les illustrations prennent une page entière, voire une double-page lors de certaines révélations ou moments importants. Elles sont très réalistes, notamment en montrant la taille des fourmis par rapport à leur environnement. Elles ne prennent toujours qu’un petit morceau de l’image. Les points de vue changent aussi selon le propos raconté, avec notamment des plongées et contre-plongées très réussies.

En résumé :

Une enquête palpitante menée tambour battant par deux fourmis rouges que rien n’arrête !

Publicités

2 réflexions au sujet de “La reine des fourmis a disparu”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s