Beaux Livres

Habiter le désert

Editions Phaidon – Novembre 2018
Format relié – 250 x 290 mm
256 pages – 39,95€
Plus d’informations et de photographies sur le site de l’éditeur.

Contenu du livre :

Un somptueux recueil rassemblant d’incroyables maisons parfaitement intégrées dans leur milieu désertique.

Mystérieux, sublime et hostile, le désert attire les architectes, les propriétaires ou les voyageurs en quête d’isolement. Les 50 résidences présentées dans cet ouvrage ont été choisies pour la relation particulière qu’elles entretiennent avec cet environnement réputé inhospitalier. Chaque projet, illustré par de superbes photographies, répond à sa manière à cette question : comment vivre dans le désert au XXIe siècle ?

Avis personnel :

J’aime beaucoup tout ce qui est architecture et décoration d’intérieur, et si c’est regroupé dans un beau-livre, c’est parfait pour admirer ! J’avais repéré Habiter sur l’eau qui est sorti plus tôt dans l’année et Habiter le désert possède le même format et découpage intérieur. Le livre est ainsi divisé en trois parties : habitations avec vue sur le désert, au sein du désert et contre le désert. J’avoue ne pas vraiment avoir de distinction au fil de ma lecture. L’ouvrage se présente ainsi : chaque chapitre commence par une page sommaire à gauche avec une photographie en noir et blanc des résidences, avec son nom et celui de l’architecte, puis un court texte introductif sur la page de droite.

Les résidences sont ensuite présentées sur plusieurs double-pages. La première expose brièvement l’origine de l’habitation, les vues de l’artiste et les critères de création. Se trouvent aussi quelques références telles que la date de création et la localisation (en plus des noms de la résidence et de l’architecte). Ensuite, il y a une photographie par page (voire deux de temps à autre ou une pleine page) sur quatre à huit pages. Les habitations sont prises en photographie depuis l’extérieur sous différents angles, elles sont parfois perdues dans le paysage. J’ai été ravie de découvrir qu’il y avait aussi des photographies de l’intérieur avec des idées d’aménagement. Tout se ressemble beaucoup avec un style très épuré bien qu’il y ait parfois quelques collections d’art atypiques.

Le désert est un des rares endroits où l’on trouve à la fois des températures extrêmement chaudes et extrêmement froides dans une même journée. Ajoutez à cela le fait qu’il n’y a personne, aucun service public, et que vous êtes au milieu de nulle part, vous avez toutes les conditions pour créer une architecture innovante et autonome. – Dwell

La plupart des habitations se trouvent en Amérique, notamment aux Etats-Unis qui possèdent de grandes étendues désertiques. Ces immenses contrées arides occupent presque un tiers de la superficie de la Terre et malgré leur côté hostile, les hommes ne sont pas découragés pour les habiter. Vivre dans le désert, c’est d’abord parvenir à y survivre. C’est pour cela que les constructions sont bâties avec des matérieux résistants, venant souvent de la région même, et ayant des propriétés isolantes. La protection est aussi intégrée au design de l’architecture, avec par exemple des formes de toit particulières pour apporter de l’ombre.

Clique pour voir en plus grand.

Habiter dans le désert, c’est contempler un paysage aride et vide. En effet, il faut s’habituer à la solitude et au silence. Si certaines de ces architectures sont des maisons habitées ou des résidences secondaires, d’autres sont simplement des créations ou des résidences d’artiste. Ces dernières invitent souvent à la réflexion dans un confort très sommaire. Je ne me risquerais certainement pas à  tester la première qui regroupe plusieurs petites capsules se composant d’un matelas pas très long et de patères pour accrocher ses affaires. Il y a un contraste saisissant entre ces habitations proches de la nature et les grandes demeures luxueuses disposant toutes d’une piscine.

En résumé :

Un très beau-livre sur les possibilités de l’architecture en milieu désertique.