Bilans

Bilan 2018

Cette année, j’ai explosé mon score de livres lus, en grande partie dû à ma réinscription à la médiathèque qui m’a permis d’emprunter plein de bandes dessinées et d’albums. A un album près, j’atteignais les 100 ! J’ai lu à peu près le même nombre de romans que d’habitude. En 2018, j’ai lu 232 livres et 1197 chapitres de BD asiatique : 53 BD, 99 albums, 35 mangas, 4 manwhas, 1 manhua, 32 romans, 5 beaux-livres, 1 essai, 1 livre humoristique, 1197 chapitres de webtoon.

Pour les statistiques détaillées :

  • Janvier : 7 livres + 123 chapitres de BD asiatique (1 BD, 4 albums, 1 manga, 1 roman, 123 chapitres de webtoon)
  • Février : 28 livres + 57 chapitres de BD asiatique (1 manga, 3 romans, 17 albums, 6 BD, 1 beau-livre, 57 chapitres de webtoon)
  • Mars : 21 livres + 55 chapitres de BD asiatique (8 BD, 2 mangas, 10 albums, 1 roman, 55 chapitres de webtoon)
  • Avril : 23 livres + 161 chapitres de BD asiatique (7 mangas, 6 albums, 3 romans, 6 BD, 1 essai, 161 chapitres de webtoon)
  • Mai : 33 livres + 141 chapitres de BD asiatique (11 albums, 1 beau-livre, 12 BD, 2 romans, 3 mangas, 4 manwhas, 141 chapitres de webtoon)
  • Juin : 23 livres + 75 chapitres de BD asiatique (4 romans, 11 albums, 7 BD, 1 manga, 75 chapitres de webtoon)
  • Juillet : 22 livres + 174 chapitres de BD asiatique (11 albums, 7 BD, 1 manhua, 1 manga, 2 romans, 174 chapitres de webtoon)
  • Août : 13 livres + 73 chapitres de BD asiatique (4 albums, 7 romans, 1 manga, 1 beau-livre, 73 chapitres de webtoon)
  • Septembre : 7 livres + 54 chapitres de BD asiatique (1 album, 3 romans, 1 livre humoristique, 1 BD, 54 chapitres de webtoon)
  • Octobre : 26 livres + 59 chapitres de BD asiatique (4 romans, 15 albums, 5 BD, 1 manga, 1 beau-livre, 59 chapitres de webtoon)
  • Novembre : 5 livres + 92 chapitres de BD asiatique (1 manga, 2 albums, 2 romans, 92 chapitres de webtoon)
  • Décembre : 24 livres + 133 chapitres de BD asiatique (3 romans, 7 albums, 1 beau-livre, 13 mangas ainsi que 133 chapitres de webtoon)

En ce qui concerne mes lectures favorites, je n’ai pas fait de choix dans ce qui est albums car il y en a trop que j’ai aimés ni dans les bandes dessinées car ce sont toujours les mêmes mangas qui reviennent et j’ai découvert plein de chouettes BD franco-belges aussi. ^^ Du coup, j’ai simplement sélectionné mes dix lectures romans les plus marquantes de l’année.

  • Ma très chère grande sœur de Gong Ji Young
  • Le Club des Incorrigibles Optimistes de Jean-Michel Guenassia
  • Sauveur & Fils de Marie-Aude Murail
  • Phaenomen de Erik L’Homme
  • La combe aux loups de Lauren Wolk
  • Black out de Brian Selznick
  • La passe-miroir de Christelle Dabos
  • Une pièce montée de Blandine Le Callet
  • Les délices de Tokyo de Durian Sukegawa
  • Les nouvelles vies de Flora et Max de Martin Page & Coline Pierré

Côté statistiques PAL, il aurait mieux valu que je ne compte pas. 😀 Il y a eu 142 entrées pour 68 sorties soit une augmentation de 74 livres… Par rapport au nombre total de livres lus, j’ai à peine lu 1/3 de livres provenant de ma bibliothèque… nous dirons que j’ai bien rentabilisé l’abonnement médiathèque ! 😀

Cette année, j’avais enfin fait les comptes dans les challenges de série pour me motiver à avancer. En ce qui concerne les romans, j’ai ajouté 7 nouvelles séries cette année, dont 1 terminée (Phaenomen) et 2 à jour. J’ai terminé 4 autres séries (Verte, Quatre filles et un jean, Le chat assassin, Chronique des rivages de l’Ouest) et j’en ai continué 1. Soit 16 terminées, 13 à continuer, 9 à terminer pour 29 à commencer. Pour les bandes dessinées, j’ai ajouté 13 nouvelles séries, j’en ai terminé 9 et je suis à jour dans 4. J’ai commencé 8 webtoons mais je suis à jour partout ou alors je les ai terminés ou arrêtés.

Pour 2019, je vise comme chaque année de diminuer ma PAL. 😀 Je souhaite atteindre les 0 pour les albums (42 en ce moment). Je veux aussi lire plus de mangas et continuer à terminer tes séries. Pour les romans, je vise 25 séries terminées si je n’en ajoute pas de nouvelle. Pour les mangas, ce sera de diminuer la liste à commencer (passer de 41 à 30) et celle à continuer (passer de 25 à 15). Je vais d’abord me pencher sur les séries dont il ne me reste plus qu’un tome et je pense aussi lire quelques cycles de fantasy.

Publicités
Bilans annuels

[Bilan 2018] Films

En 2018, j’ai regardé 55 films (dont 6 asiatiques) et 17 courts-métrages (Pixar). C’était une bonne année avec une moyenne d’environ 14,50 dans ma notation. J’ai acquis bien trop de DVD par rapport à ce que j’ai visionné.

J’ai sélectionné mes 15 films favoris de l’année.

Je n’ai rien prévu en 2019 si ce n’est de diminuer ma pile de DVD !

Bilans

Décembre 2018


En décembre, j’ai lu 24 livres et 133 chapitres de BD asiatiques : 3 romans, 7 albums, 1 beau-livre, 13 mangas ainsi que 133 chapitres de webtoon.

LIVRES LUS :

  • Webtoons :

Des strips drôles à lire :

  • My giant nerd boyfriend de Fishball [10 chapitres]
  • Just for kicks de Josie Fox [4 chapitres]
  • The Beehive de Lollibeepop [4 chapitres]
  • Murrz de Murrz [15 chapitres]
  • Budgie’s Life de Muffin Girl [14 chapitres]
  • IT Guy & ART Girl de Bonnie Pang [25 chapitres]

Des histoires très plaisantes à suivre :

  • Soara Academy de Muffin Girl [1 chapitre]
  • Let’s Play de Mongie [4 chapitres]
  • I love Yoo de Quimchee [4 chapitres]
  • Super Secret de eon [4 chapitres]
  • Miss Abbott and the Doctor de Maripaz Villar [5 chapitres]
  • True Beauty de Yaongyi [4 chapitres]
  • Age Matters de Enjelicious [39 chapitres]

.

  • Albums :

Le code de la route de Mario Ramos [Album]

Voici une nouvelle réadaptation du conte du Petit Chaperon Rouge dans cet album sans texte. Le récit suit la trame de l’histoire originale en ajoutant des panneaux de signalisation sur la route de la petite fille. Elle doit ainsi faire attention aux Trois ours, au Petit Poucet, etc., jusqu’au fameux panneau du Loup… Divers héros des contes sont ainsi vus avec plaisir. L’humour de Mario Ramos excelle à nouveau !

Patatras ! de Philippe Corentin [Album]

Le loup est bien grognon. Le lecteur le voit suivre des carottes menant au terrier des lapins qui sont bien cachés. En effet, il a faim et il est méchant. L’est-il vraiment ? Il est surtout triste que personne n’ait pensé à lui souhaiter son anniversaire. Le chute sympathique éclaire sur les premières images vues. La narration et les illustrations sont pleines d’humour.

Jules le chevalier agaçant de Geoffroy de Pennart [Album]

Cet album possède les mêmes personnages présents dans plusieurs des albums de Pennart que je me dois de lire prochainement. George est un bon vieux dragon qui ne peut rien refuser à Marie, sa princesse chérie. Même s’il sagit d’aider le chevalier Jules qu’il trouve très agaçant. Dans cette histoire, Julie et Marie souhaitent se marier et construire une nouvelle école dans le royaume. Seul petit problème : les caisses de l’Etat sont vides. Georges est bien forcé d’accompagner Jules à la recherche d’un trésor pour les renflouer. La confrontation des caractères de ces deux personnages très distincts est très drôle à lire. Ils vivent une aventure pleine d’humour !

Ours a une histoire à raconter de Philip C. Stead & Erin E. Stead [Album]

Titre lu dans le cadre du défi DEEDR de Noël. J’adore les illustrations de cet album ! *o* J’aime beaucoup la finesse des tracés, la technique de peinture et le rendu des couleurs. Cela donne une impression très douce. L’histoire est aussi bien jolie. L’hiver est presque là et Ours doit hiberner. Mais avant cela, il a une histoire à raconter. Il croise ses amis mais aucun n’a le temps de l’écouter car ils doivent eux aussi se préparer pour l’arrivé de l’hiver. Arrive alors le printemps, et cette fois-ci, tout le monde est prêt pour l’écouter ! A la nuit tombée, sous le ciel étoile, ils s’installent tous et sont prêts à entendre l’histoire d’Ours…

Orange pomme poire de Emily Gravett [Album]

Cet album joue avec quatre mots : orange, pomme, poire et Grégoire (un ours). Il les met en scène dans diverses situations amusantes, avec un jeu sur les couleurs, les formes ou les positions pour permettre d’acquérir les particularités de chacun. Il s’agit d’un imagier à la destination des plus jeunes lecteurs mais il peut bien sûr se lire et s’apprécier à tout âge. Le texte, très simple, est un reflet de l’illustration avec de la recherche sur la syntaxe et la ponctuation. Les dessins sont comme d’habitude superbes avec une réalisation à l’aquarelle.

Sortilèges de Emily Gravett [Album]

Ma liste des albums d’Emily Gravett restants à découvrir s’amoindrit de plus en plus. T.T Dans celui-ci, un petit crapaud vert trouve un livre de sortilèges. Comme il rêvait d’aventures, il joue avec les pages du livre en le déchirant et fabriquant sa propre réalité (construire un bateau, un déguisement…). Toutefois ce vieux livre pourrait lui faire atteindre un autre objectif : se transformer en prince charmant. Oups, tout est mélangé ! Il ne lui reste plus qu’à tester différentes formules magiques en recombinant les pages ! Sur une double page, celle de gauche figure le texte tandis que celle de droite la transformation. Les pages sont coupées en deux horizontalement ce qui permet au lecteur de tester toutes les combinaisons proposées comme il le souhaite. Vous avez toujours rêvé de voir un animal mi-lézard mi-colombe ? Cela est désormais possible grâce à cet album ! Lorsqu’il réussit finalement à se transformer en prince sexy et fort (avec un superbe tatouage sur les fesses !), une jolie princesse passe justement par là ! Un petit baiser…? Attention à bien lire les petits caractères des sortilèges ! Les pages de l’album sont en noires avec les dessins prenant la plupart de la place. Lorsque le crapaud se transforme, des étoiles dorées sont dessinées invitant la magie à se répandre.

Noël chez Papy Loup de Sylvie Auzary-Luton [Album]

Titre lu dans le cadre du défi DEEDR de Noël. Cet album était ma lecture de Noël de 2018. 😀 Les illustrations sont trop mignonnes tout comme le récit. Loulou est un louveteau très excité car c’est la veille de Noël. Il ne tient pas en place et veut à tout prix recevoir le cadeau du Père Noël. Après une looongue soirée, il attend encore le sommeil. Il décide alors d’aller à la rencontre du Père Noël mais en chemin, il se rend compte qu’il n’a pas accroché sa chaussette sur la cheminée… Aura-t-il des cadeaux ? Tout finit évidemment bien malgré un Loulou triste pendant un certain temps, et cette leçon n’aura servi à rien pour Loulou qui est toujours aussi impatient.

  • Romans :

Les nouvelles vies de Flora et Max de Martin Page & Coline Pierré [Roman]

Avant de me lancer dans ce livre, je ne savais pas que c’était une suite. Cela n’a pas vraiment gêné ma lecture mais par contre cela m’a donné envie de lire rapidement le premier tome (La folle rencontre de Flora et Max) ! Dans ce nouveau récit, Max et Flora sont « libres » parce qu’ils ne sont plus emprisonnés dans un lieu. Toutefois, ils restent toujours prisonniers de leurs angoisses. Ce n’est pas facile pour eux de fréquenter à nouveau d’autres personnes et d’affronter leurs peurs. Max et Flora se sentent différents des autres. Heureusement, ils peuvent compter l’un sur l’autre et sur leur entourage dont une maison de retraite peu ordinaire. Lorsque celle-ci se retrouve menacée de destruction pour construire un grand complexe commercial à la place, ils vont faire tout leur possible pour la sauver : pétitions, manifestations… Pas évident pour des personnes communiquant difficilement avec les autres. La narration alterne les deux protagonistes. Si le premier tome était une correspondance, celui-ci est un récit, avec parfois quelques courriels, SMS ou lettres. C’est une agréable lecture dont on ressort avec le sourire.

Le chat assassin s’en va et Le chat assassin tombe amoureux de Anne Fine [Roman]

En cette fin d’année, je termine enfin cette série ! C’est très enfantin mais aussi amusant de suivre les aventures de Tuffy.

  • Autres :

Habiter le désert [Beau-livre] [Chronique]

Un beau-livre sur les possibilités de l’architecture en milieu désertique.

Chihayafuru [Tome 26] de Yuki Suetsugu [Manga]

J’ai trouvé le début du manga un peu brusque puisqu’il y a plusieurs ellipses temporelles mais tout finit par se mettre en place. Le tome est centré sur Taichi. C’est un personnage que j’affectionne depuis le début de la série, certainement plus qu’Arata, en grande partie parce que j’ai l’impression de plus le connaître que ce dernier. Il a beaucoup changé depuis le début, notamment envers le karuta. Depuis quelques volumes, il se questionne de plus en plus sur la place de ce jeu dans sa vie. Il a des rêves de maître comme les autres mais la pression sociale qu’il subit quant à ses résultats scolaires et son avenir le font douter. Par ailleurs, Arata est un adversaire redoutable, à la fois lorsqu’il s’oppose à lui dans des matchs, mais aussi par la place qu’il prend dans le coeur de Chihaya. C’est pourtant aussi son ami même s’ils ne se côtoient plus vraiment. Et surtout, que faire de ses sentiments pour Chihaya ? Taichi l’aime sincèrement mais il apprécie aussi leur amitié stable. S’il lui avoue son amour, il prend le risque de la perdre car pourront-ils rester amis si elle ne partage pas ses sentiments ? Je ne sais pas ce qu’éprouve Chihaya pour lui. C’est évident qu’elle l’aime et qu’elle ne veut pas le perdre. Mais elle aime aussi Arata, tout en étant très admirative de lui. Donc est-ce qu’elle éprouve plus que de l’amitié pour Taichi…? La fin du tome va la forcer à prendre une décision cette fois-ci. Et j’ai hâte d’être en février pour lire le volume suivant !

Real Girl [Tomes 1 à 12] de Mao Nanami [Manga]

Une jolie romance entre un jeune garçon otaku qui n’a pas confiance en lui et une belle jeune fille à la réputation facile qui cache un lourd secret. Ils sortent rapidement ensemble et leur amour évolue tout au long de la série. D’autres personnes rejoignent peu à peu leur cercle et ils font une bande d’amis sympathique.

ACQUISITIONS ET PAL :

+ 16 / – 8

Les derniers albums de l’année !

Noël est passé avec plein de beaux livres ! *-* Et aussi des mangas avec la suite de Chihayafuru et le début de Gate 7.

Beaux Livres

Habiter le désert

Editions Phaidon – Novembre 2018
Format relié – 250 x 290 mm
256 pages – 39,95€
Plus d’informations et de photographies sur le site de l’éditeur.

Contenu du livre :

Un somptueux recueil rassemblant d’incroyables maisons parfaitement intégrées dans leur milieu désertique.

Mystérieux, sublime et hostile, le désert attire les architectes, les propriétaires ou les voyageurs en quête d’isolement. Les 50 résidences présentées dans cet ouvrage ont été choisies pour la relation particulière qu’elles entretiennent avec cet environnement réputé inhospitalier. Chaque projet, illustré par de superbes photographies, répond à sa manière à cette question : comment vivre dans le désert au XXIe siècle ?

Avis personnel :

J’aime beaucoup tout ce qui est architecture et décoration d’intérieur, et si c’est regroupé dans un beau-livre, c’est parfait pour admirer ! J’avais repéré Habiter sur l’eau qui est sorti plus tôt dans l’année et Habiter le désert possède le même format et découpage intérieur. Le livre est ainsi divisé en trois parties : habitations avec vue sur le désert, au sein du désert et contre le désert. J’avoue ne pas vraiment avoir de distinction au fil de ma lecture. L’ouvrage se présente ainsi : chaque chapitre commence par une page sommaire à gauche avec une photographie en noir et blanc des résidences, avec son nom et celui de l’architecte, puis un court texte introductif sur la page de droite.

Les résidences sont ensuite présentées sur plusieurs double-pages. La première expose brièvement l’origine de l’habitation, les vues de l’artiste et les critères de création. Se trouvent aussi quelques références telles que la date de création et la localisation (en plus des noms de la résidence et de l’architecte). Ensuite, il y a une photographie par page (voire deux de temps à autre ou une pleine page) sur quatre à huit pages. Les habitations sont prises en photographie depuis l’extérieur sous différents angles, elles sont parfois perdues dans le paysage. J’ai été ravie de découvrir qu’il y avait aussi des photographies de l’intérieur avec des idées d’aménagement. Tout se ressemble beaucoup avec un style très épuré bien qu’il y ait parfois quelques collections d’art atypiques.

Le désert est un des rares endroits où l’on trouve à la fois des températures extrêmement chaudes et extrêmement froides dans une même journée. Ajoutez à cela le fait qu’il n’y a personne, aucun service public, et que vous êtes au milieu de nulle part, vous avez toutes les conditions pour créer une architecture innovante et autonome. – Dwell

La plupart des habitations se trouvent en Amérique, notamment aux Etats-Unis qui possèdent de grandes étendues désertiques. Ces immenses contrées arides occupent presque un tiers de la superficie de la Terre et malgré leur côté hostile, les hommes ne sont pas découragés pour les habiter. Vivre dans le désert, c’est d’abord parvenir à y survivre. C’est pour cela que les constructions sont bâties avec des matérieux résistants, venant souvent de la région même, et ayant des propriétés isolantes. La protection est aussi intégrée au design de l’architecture, avec par exemple des formes de toit particulières pour apporter de l’ombre.

Clique pour voir en plus grand.

Habiter dans le désert, c’est contempler un paysage aride et vide. En effet, il faut s’habituer à la solitude et au silence. Si certaines de ces architectures sont des maisons habitées ou des résidences secondaires, d’autres sont simplement des créations ou des résidences d’artiste. Ces dernières invitent souvent à la réflexion dans un confort très sommaire. Je ne me risquerais certainement pas à  tester la première qui regroupe plusieurs petites capsules se composant d’un matelas pas très long et de patères pour accrocher ses affaires. Il y a un contraste saisissant entre ces habitations proches de la nature et les grandes demeures luxueuses disposant toutes d’une piscine.

En résumé :

Un très beau-livre sur les possibilités de l’architecture en milieu désertique.