« Pourquoi faut-il toujours que des choses aussi simples me semblent hors de portée ?

Spiritual Princess [Tome 1] de Nao Iwamoto

Titre original : Machi de Uwasa no Tengu no ko
Série terminée en 12 tomes
Editions Kazé – Shôjo
Editeur VO : Shôgakukan
Prépublication : Flowers
Publié en France par Pika

Quatrième de couverture :

Akihime a beau être la fille d’un tengu, un demi-dieu reclus sur sa montagne, elle vit parmi les humains avec sa mère et se réjouit de faire bientôt sa rentrée au lycée. Ce qui n’est pas le cas de Shun, son ami d’enfance, déterminé à devenir un tengu grâce à l’aide du père d’Akihime.Ces deux derniers aimeraient que la jeune fille prenne son destin de princesse spirituelle un peu plus au sérieux… Mais c’est Takeru, son charmant camarade de classe, qui occupe toutes ses pensées !

Avis personnel :

Premier manga de l’auteure publié en France, Spiritual Princess a remporté plusieurs prix : Prix Flower Comic (2004), Prix du Meilleur shôjô au Grand Prix Shogakukan (2009) et Prix des Libraires (2017). Pourtant je n’en ai pas vraiment entendu parler dans la petite blogosphère que je suis, cependant le titre m’a intriguée lorsque j’ai recherché les nouveautés de Kaze. C’est au final une jolie découverte.

Pour commencer, quelques mots sur l’édition. Cela faisait longtemps que je n’avais pas acheté un titre de Kaze alors je ne peux pas comparer avec des éditions récentes mais j’apprécie beaucoup que le nombre de tomes total soit indiqué. Le volume est de bonne qualité : le papier est souple, les textes sont lisibles et les onomatopées originales sont laissées avec une traduction à côté. Sous la jaquette colorée ne se cache qu’une couverture normale avec le titre du manga ; j’aime avoir de petites surprises avec des illustrations (strip, croquis…). A l’intérieur se trouvent les sept premiers chapitres de Spiritual Princess, une courte nouvelle de la mangaka intitulée Tiens-moi la main ainsi qu’une postface. A l’ouverture du manga, le lecteur peut découvrir quelques informations sur l’auteure ainsi qu’un message de sa part. Même si les renseignements ne sont généralement pas utiles, j’apprécie d’avoir ces apartés, notamment dans le volume même s’il n’y a pas ici. Nao Iwamoto semble beaucoup apprécier la nourriture et elle m’a donné faim en citant ses plats favoris tels que le riz grillé aux fruits de mer ou les gyozas.

Akihime est une jeune fille atypique. Sa mère, qui l’a élevée, est une humaine, tandis que son père est un tengu, demi-dieu vivant sur la montagne et protégeant un sanctuaire. Son père aimerait qu’elle prenne sa succession mais Akihime est bien décidée à mener une vie normale de lycéenne, notamment parce qu’elle est amoureuse de son camarade de classe Takeru. La relation entre Akihime et son père n’est pas idéale puisque ce dernier la harcèle souvent pour qu’elle suive son apprentissage alors qu’elle n’en a pas envie. Ce qui est tout le contraire pour son ami d’enfance Shun qui est déterminé à devenir un tengu en apprenant avec le père de Akihime. En tant que princesse spirituelle de la montagne, Akihime a hérité de certains pouvoirs. Elle possède ainsi une force considérable et elle peut voir les esprits du folklore japonais tout comme les entendre et les toucher.

Le volume s’ouvre sur la vie de Akihime au collège et le lecteur peut découvrir quelques personnages dont Takeru et Midori. Takeru est un garçon très populaire, il est gentil et sociable. Il semble y avoir cependant un peu plus sur lui ce que la fin du volume confirme… Akihime, comme bon nombre de ses camarades, est amoureuse de lui. Si elle veut aller au lycée, c’est en grande partie pour pouvoir le suivre et peut-être développer leur relation. Midori est la petite-fille du mère, qui comme Akihime, aimerait être considérée autre chose que comme « la petite-fille ». Toutes les deux possèdent des choses en commun et elles partagent une amitié sincère. Akihime, Midori et Takeru vivent dans un petit coin de campagne et se retrouvent ensemble dans un nouvel environnement qu’est le lycée. Ils se côtoient quotidiennement, que ce soit parce qu’ils sont dans la même classe ou parce qu’ils font le trajet en commun, et leurs amitiés ne font que se renforcer.

Tout en présentant les personnages, l’auteure aborde la part folklorique de son récit avec le père de Akihime, son apprenti et les créatures qui apparaissent. Certaines résident au sanctuaire et apparaissent régulièrement – un lapin et un renard – tandis que d’autres surgissent à l’improviste et embêtent généralement Akihime. Si dans sa petite ville natale, tout le monde est au courant des pouvoirs de Akihime, peu de personnes en ont connaissance dans son nouveau lycée. Bien que cela ne soit pas considéré spécialement comme un secret, Akihime aimerait éviter que tout le monde connaisse la vérité à son sujet. Toutefois, elle ne prend pas garde à le cacher et cela se révèle doucement, par exemple lorsqu’elle vient en aide à un camarade.

En seulement quelques chapitres, beaucoup de choses se passent (examens, entrée au lycée, stage…). J’ai parfois trouvé le passage d’une page à l’autre – ou d’un chapitre à l’autre – assez abrupt comme s’il manquait quelques informations. En effet, dans ce premier volume, le lecteur fait la connaissance d’Akihime, de ses amis et de sa famille, tout comme de son quotidien, qu’il soit scolaire ou plus étrange lorsqu’elle est confrontée à des divinités. Les informations données sont ainsi conséquentes mais elles se retiennent facilement. Akihime vit plusieurs péripéties ce qui permet d’explorer plusieurs personnages et leurs relations notamment celles qu’elle entretient avec Shun et Takeru. Le triangle amoureux classique se dessine mais le manga est avant-tout une tranche-de-vie dans un univers folklorique.

Un dernier point sur les illustrations qui sont assez simples notamment dans le design des personnages. Le style graphique ne me fera pas regarder la page une seconde fois comme dans d’autres shôjos cependant ils restent agréables. Les décors qui parsèment l’histoire sont par contre bien travaillés.

En résumé :

Un premier tome présentant un univers folklorique intéressant et des personnages sympathiques à suivre.

Commander ce manga ?

 

Publicités

« Les êtres humains sont littéralement et essentiellement faits de matière d’étoile. »

Univers : Explorer le monde astronomique

Editions Phaidon – 16 novembre 2017
Format relié – 250 x 290 mm
352 pages – 49,95€
Plus d’informations et de photographies sur le site de l’éditeur.

Contenu du livre :

Une magnifique étude des différentes manières inventées par les hommes pour décrire la beauté et les mystères du cosmos.

Avec 300 images créées par des individus ayant tenté de comprendre la beauté et le mystère des étoiles, des planètes et de l’univers, ou qui s’en sont inspirés, cet ouvrage explore le domaine de l’astronomie. Il présente des photographies, sculptures, animations, croquis, gravures, images numériques et œuvres emblématiques de photographes, d’artistes et d’astronomes renommés, ainsi que des créations inédites. Une sélection opérée avec soin par un comité international de spécialistes, structurée de manière à mettre en évidence similitudes et contrastes.

Avis personnel :

J’adore lire des beaux-livres ; les illustrations sont toujours magnifiques et les informations très intéressantes. L’univers est un sujet que je trouve fascinant et j’adore contempler des vues de l’espace. Ce beau-livre explore le cosmos depuis la naissance de l’humanité, à travers des œuvres très différentes et relevant de divers aspects.

Le livre commence par une introduction de Paul Murdin, astronome et professeur à l’Institut d’Astronomie de Cambridge.

Ces deux domaines, cosmologie et exoplanètes, sont le prolongement d’une exploration de la place de l’Homme dans l’Univers, menée depuis au moins 17 000 ans. Univers : Explorer le monde astronomique reflète tous les aspects de cette exploration, du mystère et du religieux au purement scientifique, à l’esthétique, au symbolique et même au psychologique.

En fin d’ouvrage se trouvent une chronologie des événements (naissance de l’Univers, découvertes scientifiques et créations d’œuvres), un bref essai sur l’histoire des instruments astronomiques, un glossaire ainsi que des biographies de personnalités, scientifiques ou artistes, présentés dans le livre. Le lecteur pourra aussi repérer ce qui l’intéresse grâce à un index référençant des personnes, des lieux, des œuvres ou bien encore certains mots précis.

Le cœur de l’ouvrage (environ 300 pages) est consacré à une sélection d’œuvres en rapport avec l’univers. Elles sont présentées sur une pleine page, l’illustration couvrant les 3/4 de celle-ci, avec les références sur l’œuvre (titre, année, auteur, matériaux utilisés, lieu actuel) ainsi qu’une présentation de l’auteur et de son histoire. Les œuvres fonctionnent la plupart du temps en diptyque, chaque illustration répondant à l’autre, en soulignant contrastes ou similitudes.

Cliquez pour voir en plus grand.

Par exemple, cette double-page présente à gauche une photographie représentant l’empreinte de Buzz Aldrin sur la Lune et à droite l’œuvre d’Andy Warhol illustrant ce même événement. Dans d’autres pages, on peut trouver différentes vues d’une comète s’opposant à la découverte d’une comète. Ou bien encore une sculpture moderne face à une illustration logarithmique, toutes deux représentant l’univers.

Les œuvres présentées couvrent toutes les époques et tous les matériaux possibles tout en ayant des visées différentes. Ainsi le lecteur pourra regarder des sculptures, des photographies, des manuscrits, de la peinture, des images numériques, mais il pourra aussi examiner des affiches, des pages de bandes-dessinées, des courtepointes, etc. Les plus anciennes datent de 23 000 av. J.-C. tandis que les plus récentes sont de 2017. Certaines reflètent un état d’esprit religieux tandis que d’autres sont purement scientifiques.

Depuis longtemps, les Hommes tentent de percer les mystères de l’Univers. Ils notent ce qu’ils observent et les avancées technologiques permettent d’en découvrir toujours plus. Toutes les œuvres de cet ouvrage concourent à cette quête – éperdue ?

Voici une sélection de dix œuvres figurant parmi mes favorites de l’ouvrage.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En résumé :

Un très beau-livre sur les merveilles et le mystère de l’univers.

Commander ce livre ?

Bilan 2017

Merci de lire ce billet, cher (et rare) visiteur ! Je te souhaite tout d’abord une très bonne année 2018 en espérant qu’elle t’apporte tout ce que tu souhaites ! Mes statistiques de lecture de romans n’évoluent plus beaucoup d’une année sur l’autre, avec une moyenne de 30 romans par année. Ce qui change, ce sont les lectures d’albums et de mangas, généralement en fonction de mes achats. J’ai pris l’habitude de lire régulièrement des webtoons et j’apprécie beaucoup ce format. En 2017, j’ai lu 113 livres et 1390 chapitres de BD asiatique (30 romans, 3 BD, 47 albums, 8 beaux-livres, 3 manhwas, 19 mangas, 3 comics, 1390 chapitres de webtoon).

En détail, cela donne des mois assez diversifiés :

  • Janvier : 2 livres + 153 chapitres de BD asiatique (1 BD, 1 album, 153 chapitres de webtoon)
  • Février : 8 livres + 166 chapitres de BD asiatique (1 roman, 2 beaux-livres, 3 manhwas, 2 mangas, 166 chapitres de webtoon)
  • Mars : 11 livres + 48 chapitres de BD asiatique (4 romans, 1 beau-livre, 6 albums, 48 chapitres de webtoon)
  • Avril : 10 livres + 266 chapitres de BD asiatique (3 romans, 1 BD, 1 album, 5 mangas, 266 chapitres de webtoon)
  • Mai : 6 livres + 176 chapitres de BD asiatique (3 romans, 3 mangas, 176 chapitres de webtoon)
  • Juin : 3 livres  + 48 chapitres de BD asiatique (1 roman, 2 mangas, 48 chapitres de webtoon)
  • Juillet : 11 livres  + 80 chapitres de BD asiatique (4 romans, 2 mangas, 2 beaux-livres, 2 comics, 1 album, 80 chapitres de webtoon)
  • Août : 7 livres  + 60 chapitres de BD asiatique (1 beau-livre, 4 romans, 2 mangas, 60 chapitres de webtoon)
  • Septembre : 10 livres  + 50 chapitres de BD asiatique (4 romans, 6 albums, 50 chapitres de webtoon)
  • Octobre : 16 livres  + 114 chapitres de BD asiatique (8 albums, 2 beaux-livres, 4 romans, 1 BD, 1 comic, 114 chapitres de webtoon)
  • Novembre : 11 livres  + 173 chapitres de BD asiatique (8 albums, 2 mangas, 1 roman, 173 chapitres de webtoon)
  • Décembre : 18 livres  + 56 chapitres de BD asiatique (16 albums, 1 roman, 1 manga, 56 chapitres de webtoon)

Cette année, j’ai enfin commencé des séries de fantasy qui me tentaient depuis longtemps et j’ai hâte de continuer à découvrir l’univers de Raymond E. Feist. La guerre de la faille et La trilogie de l’Empire font ainsi partie de mes lectures favorites de l’année tout comme la relecture des derniers tomes de Harry Potter en VO. Dans un univers plus différent, j’ai beaucoup aimé Louange de l’ombre de Tanizaki Jun’ichirô et Le ver à soie de Robert Galbraith. Côté lectures jeunesse, j’ai particulièrement aimé ABC des monstres de Erich Ballinger et L’extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet de Reif Larsen.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mes cinq albums favoris de cette année sont : Le loup est revenu ! de Geoffroy de Pennart, Je, tu, il m’embête de Michel Van Zeveren, Faites la queue ! de Tomoko Ohmura, Moun de Rascal & Sophie et Mille secrets de poussins de Claude Ponti. Pour rester dans les images, j’ai apprécié plein de beaux-livres sur Harry Potter ou des pays asiatiques.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Côté mangas, j’aime toujours autant Chihayafuru et j’ai retrouvé avec plaisir la magie de Card Captor Sakura dans la suite sortie récemment. Pour les webtoons, j’en aime trop. En sélectionner cinq a été très difficile…mais mes choix se sont portés sur : Super Secret de eon, Miss Abbott and the Doctor de Maripaz Villar, Dr. Frost de Lee Jong Bum, Salty Studio de Omyo et Cheese in the trap de Soon Kki.

Côté PAL, le bilan est très négatif. J’ai acheté beaucoup de lectures jeunesse cette année. Je dénombre donc 154 livres entrés pour 87 sortis soit 67 livres en plus. En 2018, j’espère bien faire descendre ma PAL et j’aimerais bien lire un peu plus de romans.

Décembre 2017

En décembre, j’ai lu 18 livres et 56 chapitres de BD asiatiques : 16 albums, 1 roman et 1 manga ainsi que 56 chapitres de webtoon.

LIVRES LUS :

  • Webtoons :

Roar Street Journal de Bonnie Pang [8 chapitres]

J’aime toujours autant ce webtoon ! Il va me manquer quand il s’arrêtera en mars.

My giant nerd boyfriend de Fishball [13 chapitres]

Toujours amusant !

A Budgie’s Life de Muffin Girl [12 chapitres]

J’aime toujours autant, que ce soit les strips ou les histoires inventées.

Super Secret de eon [4 chapitres]

Ryan et Emma sont toujours adorables mais la véritable nature de Ryan leur complique la vie.

I love Yoo de Quimchee [5 chapitres]

J’aime toujours autant et j’apprécie beaucoup le groupe d’amis que s’est fait Yoo.

Average Adventures of an Average Girl de lallirrr [5 chapitres]

C’est toujours drôle !

My Boo de Jeongseo [5 chapitres]

Ce webtoon s’est terminé et j’ai beaucoup aimé sa résolution tout comme l’ensemble de l’histoire.

Let’s Play de Mongie [4 chapitres]

L’histoire se met doucement en place et le style graphique me plaît toujours autant.

Les livres sortis de ma PAL en décembre.

  • Albums :

Le concours de force de Delphine Bournay [Album]

J’aime beaucoup les livres et albums de Delphine de Bournay qui possèdent des personnages drôles qui s’expriment dans des petites bulles tout au long de l’histoire. Dans Le concours de force, divers animaux essayent d’enlever une pierre qui bouche l’entrée de la lumière de la galerie d’une petite taupe. En s’entraidant, ils vont y parvenir. L’album est ponctué de plein de détails, que ce soient dans les discussions ou les dessins. Dans une seule page, il peut y avoir plusieurs scènes. Par exemple, des animaux essayent de sortir la pierre, tandis que d’autres sont attablés dans la galerie, et notre petite taupe elle, appelle sa mamie. Chaque situation évolue avec humour à la page suivante.

Le loup qui voulait être un artiste de Orianne Lallemand & Eléonore Thuillier [Album]

Une nouvelle aventure du loup qui cette fois-ci veut être un artiste ! Il teste plusieurs talents (peinture, poésie, comédie…) avant de trouver le sien. Comme d’habitude, il est entouré par toute une galerie de sympathiques personnages. La narration présente aussi quelques jeux de mots plaisants.

Le loup est revenu ! de Geoffroy de Pennart [Album]

Il vaut mieux connaître un tant soit peu l’univers de Pennart pour apprécier cet album à sa juste valeur puisqu’il fait référence à nombre de ses personnages. Toutefois, toute personne connaissant quelques contes pourra aussi l’aimer. Dans cet album, une nouvelle inquiétante empêche Monsieur Lapin de dormir : le loup est de retour ! Toc ! Toc ! Toc ! Qui cela peut bien-il être ? Est-ce le loup ? Ouf, ce ne sont que les trois petits cochons ! Et ainsi de suite jusqu’à l’arrivée du loup… La chute finale est une surprise ! Ce conte détourné aborde avec humour l’esprit d’entraide.

De quelle couleur ? / 1, 2, 3 de Tana Hoban [Album]

Un album pour les tous petits pour apprendre les couleurs et les nombres grâce à de belles photographies.

Bien mieux qu’une maison de Alexis Deacon & Viviane Schwarz [Album]

Des hamsters se mettent en quête d’une nouvelle maison, la leur étant devenue trop petite. L’intérieur de ce livre alterne entre les pages d’un album classique et le découpage des cases sous forme de BD. Lorsque les hamsters parlent, c’est toujours mentionné dans des bulles. La forme de cet album m’a un peu surprise au début mais c’est original et chaque personnage peut ainsi exprimer son point de vue. Chaque hamster s’abrite avec un objet qu’il trouve mais seul le plus petit peut voir dehors et il les guide alors dans leur épique aventure pour trouver un nouveau toit.

Cheval fou de Catharina Valckx [Album]

Nouvelle aventure sympathique de Billy le petit hamster cow-boy et de son ami Jean-Claude le ver de terre qui cette fois-ci veulent rencontrer les indiens.

Je, tu, il m’embête de Michel Van Zeveren [Album]

J’ai adoré cet album qui joue avec les différents sens du mot « embêter ». Le cadre de l’histoire se situe à l’école et les personnages sont des animaux de différentes espèces ce qui permet d’avoir plusieurs personnages distincts pour le besoin du récit. Les expressions des protagonistes sont très réelles et participent à rendre cet album amusant. Rien que les premières pages de couverture donnent le ton.

Mon ballon de Mario Ramos [Album]

Le conte traditionnel du Petit Chaperon Rouge est détourné par Mario Ramos. La petite fille souhaite montrer à sa grand-mère le joli ballon rouge que sa mère lui a offert, elle s’enfonce alors dans la forêt en chantant joyeusement la comptine « « Promenons-nous dans les bois… » ». Elle est interrompue à chaque ligne par divers animaux qui apparaissent jusqu’à ce que le loup survienne. Le dénouement est original. J’adore le travail de Mario Ramos, ses albums sont toujours drôles et ses illustrations superbes. Une réussite !

Il l’a fait ! de Ole Könnecke [Album]

Burt s’est préparé à le faire mais il hésite. Il a toujours un peu peur alors il se prépare jusqu’à avoir la confiance et le courgae nécessaire pour le faire. La chute finale est originale. Le texte est simple avec des phrases courtes mais efficaces. Les dessins sont aussi très minimalistes. Un album très mignon pour vaincre sa peur et accompagner les premiers apprentissages.

Faites la queue ! de Tomoko Ohmura [Album]

J’adore cet album ! L’idée est très originale et la chute surprenante. Cinquante animaux font la queue pour…surprise. Ils sont rangés du plus petit au plus grand et certains voisins ne plaisent pas à tous. Les animaux parlent et les illustrations sont très expressives, créant ainsi une attente pour la révélation finale, ou abordant avec humour leur situation dans la file d’attente. Par exemple, le tatou est importuné par l’odeur de la mouffette ou le zèbre tremble étant positionné entre le loup et le tigre. Ou bien encore divers animaux sont serrés comme des sardines (ahah) par le mouton qui ne veut pas avancer dans la file…et on découvre à la page suivante que le loup a très faim.

Pas sage ? de Alex Sanders [Album]

Dans cet album, un loup adore croquer les enfants qui ne sont pas sages ! Sur une double-page, un narrateur pose une question (Est-ce que tu manges ce type d’enfants ?) et le loup y répond par l’affirmative jusqu’au dénouement final. Il faut aussi lire la quatrième de couverture pour apprécier tout l’humour du livre.

Tracteur de Anaïs Vaugelade [Album]

Amir vit plein d’aventures avec son tracteur vert. Le récit est amusant avec les bruits du tracteur « Tuuuut » et les illustrations sympathiques.

Petit diable de Pénélope Jossen [Album]

Amélie veut toujours être la première. Cependant, un soir, c’est un petit diable qui la bat et c’est ensuite toujours lui qui est le premier. La rivalité entre enfants est abordée de manière intéressante et l’histoire se résout avec gentillesse et humour. J’aime beaucoup le style graphique de l’auteure, tout en douceur, avec des traits fins et plutôt ronds, et des couleurs pastelles. Le visage de l’enfant est très expressif, le lecteur peur voir son exaspération ou sa malignité.

Loulou de Grégoire Solotareff [Album]

Une relecture de cet album que j’aime toujours autant. Un loup et un lapin se rencontrent mais ne savent pas qu’ils sont ennemis. Ils deviennent alors amis et jouent ensemble. Mais lorsque le jeu est « Peur du loup », ce n’est plus très amusant.

Loulou à l’école des loups de Grégoire Solotareff [Album]

Je découvre une nouvelle aventure de Loulou et Tom. L’album joue encore sur la peur ; cette fois-ci, les deux amis se rendent dans une école de loups. Les illustrations sont toujours simples et avec des couleurs très vives.

Grand Lapin, tu es là ? de Emile Jadoul [Album]

C’est l’heure d’aller se coucher pour Petit Lapin. Après une histoire et des bisous, hop au dodo ! Sauf que Petit Lapin vérifie sans cesse que Grand Lapin reste bien derrière la porte de sa chambre. L’album est intéressant pour traiter le thème de l’angoisse du coucher et de l’enfant qui veut s’assurer que ses parents soient bien toujours présents. Le dénouement est attendu mais l’humour fonctionne parfaitement. Les illustrations sont simples et douces, réalisées au crayons de couleur.

  • Autres :

Terremer de Ursula K. Le Guin [Roman]

Une nouvelle saga de fantasy ! (Comme si je n’en avais pas assez de commencées…) Ce roman comporte trois parties narrant la vie de Ged à trois stades de sa vie. Il commence par découvrir ce qu’est la magie et à apprendre le nom des choses pour avoir du pouvoir sur elles. Prétentieux et doué, il apprend à ses dépends qu’être un puissant magicien ne signifie pas faire tout ce que l’on souhaite. Il faut agir avec sagesse pour préserver l’équilibre du monde. Dans sa seconde aventure, un protagoniste féminin d’une contrée voisine avec des coutumes différentes prend beaucoup plus d’importance que lui. Et dans le dernier récit, plein d’expériences, il va sauver le monde d’une menace terrible avec l’aide d’une jeune homme. Ged a accompli maints périples dans sa vie qui l’ont conduit  à devenir une légende – ses exploits sont ainsi contés – sauf que le lecteur n’a pas le plaisir de les voir en action. J’ai trouvé cela un peu regrettable. Si le premier livre permet de découvrir Ged et de s’attacher à lui, les aventures suivantes ne peuvent que décevoir. Elles sont certes intéressantes mais j’avais le sentiment d’être un peu détachée notamment pour le deuxième livre. J’aurais aimé vivre plus d’aventures aux côtés de Ged et pas seulement quelques exploits importants de sa vie. J’aime beaucoup le style d’écriture de Le Guin, on retrouve ici une narration plutôt lente et poétique. J’ai aussi beaucoup apprécié l’univers de Terremer et la magie inventée (connaître le véritable nom des choses, dans le langage de la Création). Je retrouverai avec plaisir l’univers de Terremer (et certains personnages ?) dans les volumes suivants.

Card Captor Sakura Clear Card Arc [Tome 1] de CLAMP [Manga]

J’ai retrouvé avec joie l’univers de Card Captor Sakura. Si Sakura est désormais collégienne, les personnages n’ont guère changé. Sakura peut toujours compter sur sa famille et ses amis. Ce premier tome permet de retrouver tous les personnages marquants même si certains ne sont que brièvement aperçus. Les CLAMP ravivent avec succès nos souvenirs. Sakura est toujours pleine d’énergie et en retard, elle se chamaille comme d’habitude avec son frère Tôya qui veille néanmoins sur elle à distance comme son ami Yukito, Tomoyo est toujours pleine de passion pour la vie de Sakura, Eriol est un peu mystérieux, Shaolan incrédule et Kélo gourmand, et ainsi de suite. Bref, les personnages sont les mêmes bien qu’ils aient grandis et c’est un plaisir de les retrouver, ne serait-ce que le temps d’une case ! Cet arc propose une nouvelle aventure : les cartes de Clow que Sakura avaient fait sienne sont devenues transparentes ! C’est reparti pour une nouvelle chasse aux cartes et un mystérieux personnage…ennemi ? De nouvelles cartes apparaissent ce qui permet un nouveau sceptre et de nouvelles tenues créées par Tomoyo. Shaolan et Eriol connaissent quelque chose au sujet de ces nouvelles cartes mais le cachent pour le moment à Sakura. Je suis curieuse de savoir ce que c’est et j’espère que le tome suivant apportera quelques réponses ! Les illustrations sont toujours aussi magnifiques, on peut toutefois noter l’évolution physique des personnages qui ont grandi de quelques années.

ACQUISITIONS ET PAL :

+ 3 / – 17

De beaux livres ce mois-ci ! *w*