« Pour marcher sur l’eau, visualisez une prairie. »

Spiritual Princess [Tome 2] de Nao Iwamoto

Titre original : Machi de Uwasa no Tengu no ko
Série terminée en 12 tomes
Editions Kazé – Shôjo
Editeur VO : Shôgakukan
Prépublication : Flowers
Publié en France par Pika

Quatrième de couverture :

Takeru a accepté de sortir avec Akihime ! Stupéfaite, puis ravie, la lycéenne n’a plus qu’une hâte : passer du temps en tête à tête avec lui. Hélas, son père requiert sa présence au mont Ryokuhô pour une grande journée d’initiation au Shugendô, l’empêchant ainsi d’avoir un rendez-vous en amoureux… Pour passer du temps avec son bien-aimé, il va lui falloir persévérer !

Avis personnel :

J’avais beaucoup aimé l’univers mis en place dans le premier tome et j’ai été ravie de découvrir la suite. Comme précédemment, l’édition est de bonne qualité (papier, traduction…). Je n’avais pas remarqué un détail sur la jaquette mais sur le dos de celle-ci, tout en bas, on peut voir un masque de tengu. Ils sont différents d’un volume à l’autre. J’aime beaucoup cette petite originalité. L’illustration de couverture se passe en milieu scolaire où l’on peut remarquer Akihime et ses amis qui espionnent leur cher Takeru en train de caresser un chat. Qui ne succomberait pas à un chaton et à un joli garçon ?

Dans ce volume, Akihime est désormais en couple avec Takeru. Si la jeune fille est amoureuse de lui, le jeune homme ne partage pas encore ses sentiments même s’il se sent bien avec elle. Akihime est bien décidée à passer du temps avec lui pour qu’il ressente pour elle plus que de l’amitié. Ses plans sont toutefois contrariés par sa nature de tengu. En effet, elle doit assister son père pour préparer la journée d’initiation au Shugendô ayant lieu au mont Ryokuhô. Cependant, elle est toujours entourée de ses amis qui la soutiennent. Si tout ce qu’elle imaginait avec Takeru ne se passe pas comme prévu, cette journée sera toutefois l’occasion de développer leur relation. Le mystère qui semblait entourer le jeune homme est révélé rapidement : le père de Akihime a promis de protéger sa famille jusqu’à la dernière génération. Cela concerne donc la relation entre Akihime et Takeru et fait douter la jeune fille sur la véritable raison de Takeru de sortir avec elle. Toutefois, les deux jeunes gens parlent calmement de la situation. J’apprécie beaucoup la nature franche d’Akihime. Bien qu’elle ait des doutes, si elle a quelque chose à dire, elle ne laisse pas prétendre que tout va bien. Elle n’hésite d’ailleurs pas à prendre les devants si elle souhaite quelque chose (que Takeru la raccompagne chez elle par exemple). Leur relation amoureuse dispose de dix volumes supplémentaires pour se développer alors ils ont le temps de se découvrir réellement. En effet, Akihime a beau aimer Takeru depuis très longtemps, elle apprend de nouvelles choses sur lui maintenant qu’elle le côtoie réellement.

Le lecteur apprend lui aussi quelques détails sur les personnages. J’ai beaucoup aimé les petites conversations anodines comme d’autres plus profondes. Par exemple, les rayons que les personnages aiment dans les magasins de bricolage. Si le premier tome était une introduction avec plein d’informations sur l’univers folklorique et les différents personnages, le lecteur n’est pas dépaysagé dans le deuxième. Il a l’impression de faire partie de celui-ci et de simplement retrouver son groupe d’amis.

Ce tome-ci se passe principalement dans la montagne et diverses divinités sont présentes. Shun dont le rêve est de devenir tengu prend à cœur ses responsabilités. Son quotidien montagnard est naturel pour lui. S’il est inscrit dans le même lycée qu’Akihime parce que son père lui a demandé de veiller sur elle, il est attentif à elle car il a de l’affection (amour ?) pour elle. Il a grandi avec Akihime et tous les deux s’entendent très bien. Je ne sais pas si leur relation va évoluer par la suite. Shun n’a que l’objectif de devenir tengu en tête et le reste semble être moins important. Il est toutefois quelqu’un de prévoyant et d’amical comme le montre les différents amis qu’il s’est fait au lycée et qui recherchent sa compagnie.

Un nouveau personnage est introduit et il m’est encore difficile de le cerner. Momiji est une jeune fille fluette qui suit une formation de tengu comme Shun et qui va s’installer au mont Ryokuhô pendant un certain moment. Risque-t-elle de devenir une rivale pour Akihime ? Pour le moment, elle lui prodigue des conseils pour renforcer ses pouvoirs et ne pas subir d’effets néfastes si elle s’éloigne de la montagne dont elle tire ses pouvoirs. Akihime rêve toujours d’être une simple humaine et de pouvoir agir en tant que telle, par exemple, en allant voir la mer.

Je suis ravie de voir que ce tome a approfondi l’univers des tengu en explicitant diverses coutumes. Je pense que la suite va continuer d’explorer ce monde folklorique tout en suivant Akihime. Comme dans le tome précédent, les illustrations ne m’ont pas toutes convaincues. Toutefois, j’ai trouvé le design des personnages plus soigné à certains moments. Le volume contient à nouveau beaucoup de texte et d’informations et je l’ai lu en une bonne heure.

En résumé :

J’ai été ravie de retrouver cet univers folklorique et ses personnages sympathiques.

Commander ce manga ?

Publicités

Février 2018

En février, j’ai lu 28 livres et 57 chapitres de BD asiatiques : 1 manga, 3 romans, 17 albums, 6 BD, 1 beau-livre ainsi que 57 chapitres de webtoon. Je me suis réinscrite à la médiathèque ce mois-ci et j’ai emprunté beaucoup de livres. Vous n’aurez donc des photos que des livres sortant de ma bibliothèque personnelle.

LIVRES LUS :

  • Webtoons :

Des strips ou des petites histoires toujours plaisants à lire :

  • Roar Street Journal de Bonnie Pang [8 chapitres] Ce webtoon vient de se terminer après trois ans de diffusion, il va me manquer.
  • A Budgie’s Life de Muffin Girl [12 chapitres]

Des strips toujours drôles à lire :

  • My giant nerd boyfriend de Fishball [9 chapitres]
  • Average Adventures of an Average Girl de lallirrr [4 chapitres]

Les histoires progressent et me plaisent toujours autant :

  • Super Secret de eon [4 chapitres]
  • I love Yoo de Quimchee [4 chapitres]
  • Let’s Play de Mongie [4 chapitres]
  • Miss Abbott and the Doctor de Maripaz Villar [4 chapitres]
  • Cheese in the trap de soonkki [3 chapitres]
  • Girls have a blog de Sarah Bollinger et Tara Kurtzhals [5 chapitres]

Albums de ma PAL

  • Albums :

Hänsel & Gretel de Rascal [Album]

Rascal adapte le conte des frères Grimm en racontant l’histoire sans parole, avec seulement des illustrations en noir et blanc. Le lecteur qui connaît le récit original s’amuse à suivre le déroulement des événements tandis que celui-ci qui ne le connait peut inventer l’histoire de son choix. D’autres contes ont aussi été réécrits par l’auteur : Le Petit Chaperon rouge, Boucle d’or et les trois ours, Les trois petits cochons.

Le grand bateau de Grand Ours de Eve Bunting & Nancy Carpenter [Album]

Grand Ours a grandi et doit construire un nouveau bateau à sa taille. Il en construit un qui est parfait mais ses amis lui donnent des conseils pour l’améliorer. Le résultat est cependant loin du bateau de ses rêves. Comment rester fidèle à soi-même et à ses désirs sans vexer ses amis ? L’histoire aborde en filigrane des thèmes comme la persévérance et l’entraide ainsi que le fait de grandir en restant soi-même et ne pas se laisser influencer par les autres. Je doute que les plus petits soient sensibles à ces sujets mais l’album reste agréable à lire en tant qu’histoire. J’ai par ailleurs beaucoup apprécié les illustrations.

Abracadanoir moi je vois dans le noir de Nathalie Laurent & Soledad Bravi [Album]

Un album original pour aborder la peur de noir (et travailler le lexique avec les plus petits). Un petit garçon n’a pas peur des autres couleurs ou de différents objets noirs. Juste du noir. Il s’imagine alors des choses amusantes dans ce noir et finit par s’endormir et à rêver de choses colorées.

Hou ! Hou ! de Jean Maubille [Album]

Un petit hibou recherche qui l’appelle. Un album sympathique pour faire découvrir aux plus petits les différents cris de certaines animaux à plumes. Le schéma répétitif de la narration permet aux enfants de participer activement à l’histoire.

Ernest et Célestine ont perdu Siméon de Gabrielle Vincent [Album]

Étrangement, c’est le premier album de Ernest et Célestine que je lis. Dans cette histoire, Célestine perd Siméon, son précieux doudou, au cours d’une promenade. Ernest lui achète quantité de peluches mais rien ne peut le remplacer… C’est une jolie histoire abordant aussi le thème du partage. Le texte est précis, allant à l’essentiel, alors que les illustrations apportent d’autres informations. Elles sont superbes, les décors sont travaillés et les expressions des personnages très réalistes.

L’ours et le chat sauvage de Komako Sakaï & Kazumi Yumoto [Album]

https://platform.twitter.com/widgets.js

Je fouillais dans les rayons de la bibliothèque et j’ai été attirée par la couverture de cet album. Comme les illustrations semblaient aussi belles, livre emprunté ! Et c’est un coup de cœur ! Ce magnifique album aborde avec sensibilité le thème du deuil. Tout en délicatesse, il montre les différentes phases suite à la perte d’un être cher. La narration est aussi poétique que les illustrations. Celles-ci, en noir et blanc, semblent réalisées aux crayons pastels. La technique est maîtrisée et de nombreuses scènes sont magnifiques, regorgeant de détails.

Le parapluie vert de Yun Dong Jae & Kim Jae Hong [Album]

Une petite fille se rend à l’école sous la pluie. Sur le chemin, elle croise un vieux sans-abri qui dort. Les autres enfants l’ignorent ou l’embêtent. Yeong, en veillant à ce que personne ne l’observe, le protège de son parapluie vert. L’album met en en avant les thèmes du respect de l’autre, de l’indifférence et de la générosité. La narration est brève, elle décrit la scène en quelques mots. Le travail sur les illustrations est remarquable. Si dans la première partie de l’album le lecteur suit de loin le personnage de Yeong, le point de vue finit par changer pour être celui du mendiant sans que celui-ci ne soit jamais montré. Le vieil homme est assis sous la pluie, regardant vers le sol. Les plans se concentrent donc sur cet aspect, avec une pleine page d’eau qui tombe, puis une forme verte se rapprochant doucement. Un très joli album !

Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? de Kimura Yûichi & Takabatake Jun [Album]

Un album au format vertical propice à l’histoire racontée. Deux chats sauvages poursuivent trois rats des champs pour les croquer mais ils tombent tous au fond du trou. Comment en sortir ? Ils imaginent tous ensemble divers plans, les chats souhaitant manger les rats, et ces derniers cherchant à sauver leurs vies. L’histoire est amusante et la chute sympathique. J’avoue ne pas être très fan des illustrations mais elles ne desservent en rien le récit.

Bonjour le monde ! de Catharina Valckx [Album]

Je suis restée assez hermétique à cet album où une petite fille et son petit canard partent dire bonjour à leurs amis.

Regarde en haut ! de Jin Ho Jung [Album]

A la suite d’un accident, les jambes de Suji ne fonctionnent plus. Elle reste dans sa chambre, à observer par la fenêtre. L’album garde le même cadre jusqu’à la fin, l’illustration s’étale sur chaque double-page, en noir et blanc. Le cadrage est en contre-plongée, suivant le point de vue de Suji. Elle voit ainsi toujours la même chose : la tête des gens qui sont pressés. Cependant, un jour, un petit garçon s’arrête et regarde en haut. Puis d’autres personnes l’imitent. La dernière page révèle quelques couleurs et Suji qui est descendue de son immeuble pour elle aussi regarder en haut avec le sourire. C’est un album simple et touchant sur la solitude due au handicap et la solidarité.

Mon ami Kemushi de Nathalie Dargent & Mandana Sadat [Album]

C’est un très joli album racontant l’évolution d’une chenille à travers les saisons qui passent. Les illustrations sont magnifiques et elles ont un rendu poétique. Les couleurs alternent selon les saisons et les détails sont soignés, tels les animaux en ombre chinoise. Pour découvrir l’artiste plus en détails, voici son site officiel.

En allant acheter des œufs de Chen Chih Yuan [Album]

C’est l’histoire d’une petite fille, Shau-yu, qui vit une aventure en allant cherchant les œufs. Elle s’imagine tout un monde à partir de petits riens : marcher en équilibre sur l’ombre d’un toit, se croire dans la mer en observant la ville à travers une bille bleue, etc. L’auteure aborde joliment les instants de vie d’un enfant et le retranscrit avec humour. Les illustrations sont réalisées avec des crayons et des papiers découpés, donnant ainsi un contraste original. Les tons sont plutôt ocres, gris et blancs, le rendu est simple mais réaliste. Une très jolie découverte !

La famille Souris et la mare aux libellules de Kazuo Iwamura [Album]

Une nouvelle aventure de la famille Souris où les enfants vont s’amuser seuls à la mare aux libellules. Ils découvrent et jouent avec divers animaux tout en admirant le paysage.

La famille Souris prépare le nouvel an de Kazuo Iwamura [Album]

Tout la famille Souris prépare des gâteaux de riz pour célébrer le nouvel an. Comme d’habitude, l’histoire réunit la tendresse et la chaleur de la famille qui travaille ensemble pour un but commun. Les illustrations sont douces et regorgent de multiples détails.

Minji la coiffeuse de Choung Eun Hee [Album]

Tandis que sa mère se rend chez le coiffeur, Minji se prend pour une apprentie coiffeuse avec pour modèle cobaye son chien. Elle expérimente ainsi couleurs et coupes avec imagination. L’opposition des actions du professionnel et de la petite fille sur chaque double page est amusante. Le texte est très bref ; les illustrations sont le cœur de l’album.

La venture d’Isée de Claude Ponti [Album]

Je pense que c’est un des albums les plus originaux de Claude Ponti que j’ai lus. Cet album est la suite de Mô Namour que je n’ai pas lu mais cela n’empêche pas d’apprécier la lecture. Il y a aussi un dernier tome avec L’avie d’Isée. Isée décide de partir vivre les ventures qu’elle souhaite au lieu de les subir. Elle rencontre ainsi toute une galerie de personnages plus extraordinaires les uns que les autres. La présentation est particulière : certaines choses sont annoncées des pages en avant (et on le remarque plus tard !), d’autres reviennent dessus, et il y a même des apartés en dehors du texte. Ce dernier est très drôle, avec plein de jeux de mots et de références. L’histoire est une ode à l’imagination et à la liberté.

La tache du chat de Ramadier & Bourgeau [Album]

Mais que devient une tache lorsqu’elle part au lavage ? Suivez son parcours jusqu’à son étonnante réapparition. Le synopsis en lui-même est original mais ce qui est raconté autour est très sexiste. Heureusement que maman est là pour faire la lessive et que papa pourra répondre aux questions quand il rentrera du travail.

  • Bandes dessinées :

Orange [Tome 6] de Ichigo Takano [Manga]

Finalement, Orange a eu le droit à un sixième tome (et sûrement plus) et c’était un plaisir de retrouver tous ces personnages. Ce volume est centré sur Suwa, personnage que j’ai adoré dès le premier tome, avec des scènes dans le passé et d’autres dans le futur. Comment a-t-il vécu la réception des lettres ? Comment a-t-il sauvé Kakeru ? Comment a-t-il gagné le cœur de Naho après la disparition de Kakeru ? Le volume présente plusieurs chapitres et le lecteur peut découvrir plusieurs moments selon la version de l’histoire. Les illustrations sont toujours aussi magnifiques et j’adore vraiment les expressions des personnages. Je me demande si le volume suivant sera centré sur un personnage en particulier… j’avoue que j’aimerais beaucoup en savoir plus sur Murasaka Azusa, Chino Takako et Hagita Saku mais je souhaiterais aussi en découvrir plus sur les actions de Takamiya Naho après la mort de Naruse Kakeru. Et je ne dirais pas non à un volume centré sur Kakeru non plus… Ichigo Takano peut écrire autant de volumes qu’elle veut !

Les adultes n’existent pas de Sarah Andersen [BD]

Je lis depuis longtemps les strips de l’auteure sur son blog et c’est avec plaisir que je me suis replongée dedans avec cette bande dessinée.

Pepper et Carrot – Tome 1 : Potions d’envol de David Revoy [BD]

Cette bande-dessinée publiée initialement sur Internet sous licence Creative Commons Attribution 4.0 regroupe 11 strips ainsi qu’une interview avec l’auteur. Elle met en scène la sorcière Pepper et son chat Carrot. Ceux-ci sont fort sympathiques et souvent drôles. Au fil des aventures, le lecteur retrouve d’autres personnages et rencontre des créatures fantastiques. Les illustrations sont jolies, avec des traits et des couleurs doux. J’aime particulièrement le design des animaux et les paysages.

Tokyo Sanpo de Florent Chavouet [BD]

Cette chouette BD présentée tel un carnet de croquis est un condensé d’illustrations et d’anecdotes sur différents quartiers de Tokyo visités par l’auteur.

Touriste de Julien Blanc-Gras et Mademoiselle Caroline [BD]

Dans ce carnet de voyages, l’auteur et l’illustratrice amènent le lecteur découvrir brièvement quelques pays. Le récit aborde surtout quelques anecdotes et rencontres de l’auteur. C’est un livre personnel avec une vision donc très subjective mais cela n’empêche pas que certains propos soient intéressants bien que toutes les aventures ne m’ont pas plu et que d’autres soient trop critiques (de la société, des touristes, des autochtones…).

Maliki – Tome 1 : Broie la vie en rose & Tome 2 : Une rose à l’amer de David Souillon [BD]

Des strips présentent le quotidien de Maliki et de ses chats Felya et Feänor, ainsi que d’autres compagnons comme Electrocute, Ladybird, Fang… Je les avais pour la plupart lus sur le site de l’auteur mais cela a été un plaisir de les redécouvrir et je continuerai l’aventure avec les tomes suivants.

Livres de ma PAL

  • Autres :

Ma très chère grande sœur de Gong Ji Young [Roman]

Combien de fois tombera la neige et soufflera le vent avant que les feuilles repoussent et que les fleurs se fanent ?

Dans ce roman écrit à la première personne, la narratrice raconte son enfance où brille la figure de Bongsun. Il n’est jamais directement explicité qu’il s’agit d’un récit autobiographique mais l’auteure et la narratrice semblent se confondre. Jjang-a, petite fille née dans les années 60, vit dans un quartier pauvre de Séoul, car sa famille peine à subvenir à leurs besoins, son père étant parti aux Etats-Unis pour étudier. Elle est quasiment élevée par Bongsun, jeune fille maltraitée ayant trouvé refuge chez la famille de Jjang-a. Elle aide aux tâches ménagères et transporte partout avec elle Jjang-a. Le quotidien de la famille de Jjang-a s’améliore quand la figure paternelle retourne enfin des Etats-Unis et trouve un bon emploi, ce qui permet ainsi de gravir les échelons sociaux. Bongsun apparaît alors de plus en plus comme la bonne de la famille. Suite à divers événements, Bongsun va être séparée de la famille et sa vie ne semble que se dégrader. Pourtant, elle reste toujours aussi souriante. Si Jjang-a n’a que 3-4 ans au début du récit, elle a cependant un regard très lucide sur les autres et leurs situations. Elle décrit ainsi sans enjoliver la réalité telle qu’elle est. Elle grandit et garde sa vision sincère du monde. Au contact de Bongsun, elle découvre des choses interdites et fait mine de ne rien comprendre. Après sa séparation avec Bongsun, elle commence à changer et à l’oublier alors qu’elle était un réconfort pour elle. Cette rétrospective lui permet de se rendre compte de l’importance que Bongsun avait pour elle. L’écriture est très belle avec des phrases poétiques. Cependant, c’est aussi un récit dur et triste, puisque la vie n’épargne pas Bongsun, et Jjang-a en est témoin. Si je ne me suis pas attachée aux personnages, j’ai beaucoup apprécié de découvrir cette histoire. Les souvenirs de l’auteure semblent réels, ils sont en tout cas décrits de manière très vivace et procurent des émotions.

The Art of Harry Potter de Marc Sumerak [Beau-livre]

Voici un ouvrage magnifique regroupant de nombreuses illustrations ayant permis de transposer la saga Harry Potter à l’écran. Le livre est découpé en cinq parties : le monde des sorciers ; les sorciers, sorcières et moldus ; les créatures magiques ; les artéfacts ; l’art graphique du monde des sorciers. Chacune de ces parties est introduite par une page explicative avant de montrer des illustrations avec leurs légendes. Le livre est donc un peu léger côté texte mais il est un vrai régal pour les yeux et les graphismes apportent à eux seuls plein d’informations.

Le regard des princes à minuit de Erik L’Homme [Roman]

Une jolie couverture, un titre poétique, l’auteur Erik L’Homme et la collection Scripto = livre aussitôt emprunté ! Dans ce recueil de nouvelles, les jeunes personnages sont liés par le même esprit de liberté. Un instant inoubliable de leur vie est conté dans sept récits. Ceux-ci se transposent idéalement à une histoire du passé où sept bacheliers sont confrontés à une épreuve périlleuse pour devenir chevaliers. Avec surprise, ce livre rentre dans le thème du défi DEEDR (XIIème siècle) puisque le récit inventé de Cosme d’Aleyrac date de 1190. J’ai beaucoup aimé la structure du livre : aventure moderne, récit moyenâgeux, citation ; et on recommence. Ce récit intéressant permet au lecteur de s’évader et de se questionner sur le monde actuel et sa place dans celui-ci.

Le Club des Incorrigibles Optimistes de Jean-Michel Guenassia [Roman]

J’ai enfin sorti ce livre de ma bibliothèque grâce à une lecture commune avec SALT. ♥ J’ai beaucoup apprécié le contexte dans lequel l’histoire se déroulait ainsi que tout ce qui tournait autour des membres du club. Toutefois, toutes les intrigues autour de la famille et des ami(e)s de Michel m’ont moins intéressée car la plupart sont assez antipathiques ou ne sont que des prétextes.

ACQUISITIONS ET PAL :

+ 1 / – 11

Acquisition de Ma très chère grande sœur que j’ai lu ce mois-ci.

Janvier 2018

En janvier, j’ai lu 7 livres et 123 chapitres de BD asiatiques : 1 BD, 4 albums, 1 manga et 1 roman ainsi que 123 chapitres de webtoon.

LIVRES LUS :

  • Webtoons :

Des strips ou des petites histoires toujours plaisants à lire :

  • Roar Street Journal de Bonnie Pang [9 chapitres]
  • A Budgie’s Life de Muffin Girl [12 chapitres]

Des strips toujours drôles à lire :

    • My giant nerd boyfriend de Fishball [5 chapitres]
    • Average Adventures of an Average Girl de lallirrr [4 chapitres]

Les histoires progressent et me plaisent toujours autant.

  • Super Secret de eon [5 chapitres]
  • I love Yoo de Quimchee [4 chapitres]
  • Let’s Play de Mongie [5 chapitres]
  • Miss Abbott and the Doctor de Maripaz Villar [3 chapitres]

Cheese in the trap de soonkki [76 chapitres]

Après avoir dévoré les saisons 1 et 2 il y a un an, j’ai craqué pour la saison 3 bien qu’elle n’en soit qu’à la moitié. J’ai été ravie de retrouver Seol, Jung et In Ho. Leurs relations se développent tout comme l’histoire. Si des disputes surgissent, elles finissent pas se régler et chacun découvre de nouvelles choses les uns sur les autres. Seol est confrontée à beaucoup de péripéties cependant elle s’affirme enfin et ne se laisse plus faire comme avant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Albums :

Serrez sardines ! de Elsa Devernois & Audrey Poussier [Album]

Les personnages inventent un jeu car ils s’ennuient mais un des amis ne comprend pas grand chose. La chute est drôle. Si l’histoire est agréable, j’ai eu un peu plus de difficultés avec les illustrations que j’ai trouvées étranges. Les animaux ont forme humaine avec des pattes qui se plient comme les jambes des humains et qu’ils entourent de leurs bras.

Dans la voiture de Claude Ponti [Album]

Un court album sympathique où l’on découvre ce qu’il se cache à l’intérieur d’une voiture selon les destinations (supermarché, vacances, embouteillages…).

Un loup génial de Alex Sanders [Album]

Le texte et les illustrations fonctionnent en complémentarité. La narration permet de présenter ce qu’il se passe mais ce sont les images qui révèlent les actions. Le loup aperçoit trois enfants dont il ferait bien son idée. Il a plein d’idées géniales mais les petits ne sont pas dépourvus de ressources. Le thème du loup n’est pas nouveau et on peut retrouver dans cette histoire des ressemblances avec le conte Les trois petits cochons. J’avoue ne pas avoir trouvé beaucoup d’originalité à cette histoire et j’en ressors un peu déçue.

Bon appétit ! Monsieur Lapin de Claude Boujon [Album]

Monsieur Lapin n’aime plus les carottes. Il part alors voir ses voisins pour regarder ce qu’ils ont dans leur assiette…mais attention à ce qu’il ne se fasse pas croquer ! Un album amusant !

  • Autres :

Bloody Harry – Tome 2 : Abrada kadavra ! de Alexandre Arlène [BD]

Ce deuxième tome de la BD parodique Bloody Harry est dans le même esprit que le premier : de l’humour noir généralement réussi.

Univers : Explorer le monde astronomique [Beau-livre] [Chronique]

Un livre magnifique et très instructif sur la quête de l’Homme pour comprendre l’Univers.

Spiritual Princess [Tome 1] de Mao Iwamoto [Manga] [Chronique]

J’ai apprécié ce premier tome narrant le quotidien d’une jeune fille dans un univers folklorique. L’histoire s’annonce intéressante et les personnages sont sympathiques à suivre.

Raison et sentiments de Jane Austen [Roman]

Je découvre enfin Jane Austen avec ce roman. Les sœurs Dashwood sont plaisantes à suivre ; le titre « raison et sentiments » se comprend dans la personnalité de chacune et dans les événements qu’elles affrontent suite à leurs relations. Les chapitres sont très brefs et la narration alterne entre descriptions, dialogues et introspections des protagonistes.

ACQUISITIONS ET PAL :

+ 3 / – 4

Que des mangas acquis !

« Pourquoi faut-il toujours que des choses aussi simples me semblent hors de portée ?

Spiritual Princess [Tome 1] de Nao Iwamoto

Titre original : Machi de Uwasa no Tengu no ko
Série terminée en 12 tomes
Editions Kazé – Shôjo
Editeur VO : Shôgakukan
Prépublication : Flowers
Publié en France par Pika

Quatrième de couverture :

Akihime a beau être la fille d’un tengu, un demi-dieu reclus sur sa montagne, elle vit parmi les humains avec sa mère et se réjouit de faire bientôt sa rentrée au lycée. Ce qui n’est pas le cas de Shun, son ami d’enfance, déterminé à devenir un tengu grâce à l’aide du père d’Akihime.Ces deux derniers aimeraient que la jeune fille prenne son destin de princesse spirituelle un peu plus au sérieux… Mais c’est Takeru, son charmant camarade de classe, qui occupe toutes ses pensées !

Avis personnel :

Premier manga de l’auteure publié en France, Spiritual Princess a remporté plusieurs prix : Prix Flower Comic (2004), Prix du Meilleur shôjô au Grand Prix Shogakukan (2009) et Prix des Libraires (2017). Pourtant je n’en ai pas vraiment entendu parler dans la petite blogosphère que je suis, cependant le titre m’a intriguée lorsque j’ai recherché les nouveautés de Kaze. C’est au final une jolie découverte.

Pour commencer, quelques mots sur l’édition. Cela faisait longtemps que je n’avais pas acheté un titre de Kaze alors je ne peux pas comparer avec des éditions récentes mais j’apprécie beaucoup que le nombre de tomes total soit indiqué. Le volume est de bonne qualité : le papier est souple, les textes sont lisibles et les onomatopées originales sont laissées avec une traduction à côté. Sous la jaquette colorée ne se cache qu’une couverture normale avec le titre du manga ; j’aime avoir de petites surprises avec des illustrations (strip, croquis…). A l’intérieur se trouvent les sept premiers chapitres de Spiritual Princess, une courte nouvelle de la mangaka intitulée Tiens-moi la main ainsi qu’une postface. A l’ouverture du manga, le lecteur peut découvrir quelques informations sur l’auteure ainsi qu’un message de sa part. Même si les renseignements ne sont généralement pas utiles, j’apprécie d’avoir ces apartés, notamment dans le volume même s’il n’y a pas ici. Nao Iwamoto semble beaucoup apprécier la nourriture et elle m’a donné faim en citant ses plats favoris tels que le riz grillé aux fruits de mer ou les gyozas.

Akihime est une jeune fille atypique. Sa mère, qui l’a élevée, est une humaine, tandis que son père est un tengu, demi-dieu vivant sur la montagne et protégeant un sanctuaire. Son père aimerait qu’elle prenne sa succession mais Akihime est bien décidée à mener une vie normale de lycéenne, notamment parce qu’elle est amoureuse de son camarade de classe Takeru. La relation entre Akihime et son père n’est pas idéale puisque ce dernier la harcèle souvent pour qu’elle suive son apprentissage alors qu’elle n’en a pas envie. Ce qui est tout le contraire pour son ami d’enfance Shun qui est déterminé à devenir un tengu en apprenant avec le père de Akihime. En tant que princesse spirituelle de la montagne, Akihime a hérité de certains pouvoirs. Elle possède ainsi une force considérable et elle peut voir les esprits du folklore japonais tout comme les entendre et les toucher.

Le volume s’ouvre sur la vie de Akihime au collège et le lecteur peut découvrir quelques personnages dont Takeru et Midori. Takeru est un garçon très populaire, il est gentil et sociable. Il semble y avoir cependant un peu plus sur lui ce que la fin du volume confirme… Akihime, comme bon nombre de ses camarades, est amoureuse de lui. Si elle veut aller au lycée, c’est en grande partie pour pouvoir le suivre et peut-être développer leur relation. Midori est la petite-fille du mère, qui comme Akihime, aimerait être considérée autre chose que comme « la petite-fille ». Toutes les deux possèdent des choses en commun et elles partagent une amitié sincère. Akihime, Midori et Takeru vivent dans un petit coin de campagne et se retrouvent ensemble dans un nouvel environnement qu’est le lycée. Ils se côtoient quotidiennement, que ce soit parce qu’ils sont dans la même classe ou parce qu’ils font le trajet en commun, et leurs amitiés ne font que se renforcer.

Tout en présentant les personnages, l’auteure aborde la part folklorique de son récit avec le père de Akihime, son apprenti et les créatures qui apparaissent. Certaines résident au sanctuaire et apparaissent régulièrement – un lapin et un renard – tandis que d’autres surgissent à l’improviste et embêtent généralement Akihime. Si dans sa petite ville natale, tout le monde est au courant des pouvoirs de Akihime, peu de personnes en ont connaissance dans son nouveau lycée. Bien que cela ne soit pas considéré spécialement comme un secret, Akihime aimerait éviter que tout le monde connaisse la vérité à son sujet. Toutefois, elle ne prend pas garde à le cacher et cela se révèle doucement, par exemple lorsqu’elle vient en aide à un camarade.

En seulement quelques chapitres, beaucoup de choses se passent (examens, entrée au lycée, stage…). J’ai parfois trouvé le passage d’une page à l’autre – ou d’un chapitre à l’autre – assez abrupt comme s’il manquait quelques informations. En effet, dans ce premier volume, le lecteur fait la connaissance d’Akihime, de ses amis et de sa famille, tout comme de son quotidien, qu’il soit scolaire ou plus étrange lorsqu’elle est confrontée à des divinités. Les informations données sont ainsi conséquentes mais elles se retiennent facilement. Akihime vit plusieurs péripéties ce qui permet d’explorer plusieurs personnages et leurs relations notamment celles qu’elle entretient avec Shun et Takeru. Le triangle amoureux classique se dessine mais le manga est avant-tout une tranche-de-vie dans un univers folklorique.

Un dernier point sur les illustrations qui sont assez simples notamment dans le design des personnages. Le style graphique ne me fera pas regarder la page une seconde fois comme dans d’autres shôjos cependant ils restent agréables. Les décors qui parsèment l’histoire sont par contre bien travaillés.

En résumé :

Un premier tome présentant un univers folklorique intéressant et des personnages sympathiques à suivre.

Commander ce manga ?