Bilans

Juillet 2019


En juillet, j’ai lu 13 livres et 65 chapitres de BD asiatiques : 5 romans, 6 mangas , 1 beau-livre, 1 album ainsi que 65 chapitres de webtoon. J’ai pu avancer dans le challenge Fin de séries avec la lecture de quelques romans et mangas.

LIVRES LUS :

WEBTOONS

  • Age Matters de Enjelicious [5 chapitres]
  • My giant nerd boyfriend de Fishball [13 chapitres]
  • Just for kicks de Josie Fox [4 chapitres]
  • The Beehive de Lollibeepop [7 chapitres]
  • Budgie’s Life de Muffin Girl [8 chapitres]
  • Soara Academy de Muffin Girl [2 chapitres]
  • Murrz de Murrz [13 chapitres]
  • IT Guy & ART Girl de Bonnie Pang [8 chapitres]
  • True Beauty de Yaongyi [5 chapitres]

LIVRES

La carrière du mal [Tome 3] et Blanc mortel [Tome 4] de Robert Galbraith [Roman]

J’avais demandé à ma bibliothèque d’acheter ces deux tomes et j’ai profité de mes vacances pour les lire. Je suis donc à jour dans cette saga pour le challenge Fin de série ! J’ai apprécié de suivre chaque enquête et de voir les protagonistes évoluer. Enchaîner les deux romans m’a permise de bien rester imprégnée de l’ambiance britannique propre à Strike. Je n’ai plus qu’à voir les adaptations audiovisuelles.

La petite librairie des cœurs brisés de Annie Darling [Roman]

L’été est la période où j’aime lire des romans plus légers avec une romance comme sujet. Celle-ci se passe dans une librairie alors impossible de ne pas craquer ! Un après-midi ensoleillé, à l’ombre d’un arbre, sur une chaise longue, et le livre était terminé. J’ai mis un peu de temps à apprécier le récit puisqu’il est assez long à se mettre en place mais l’intrigue autour de la survie de la librairie m’a intéressée. Toutefois, j’ai eu plus de mal avec les personnages. Le récit est narré du point de vue de l’héroïne et son opinion des autres personnages est donc partagé. Le protagoniste masculin est dépeint de telle manière qu’il est insupportable et il est donc difficile de l’apprécier même si elle possède déjà des sentiments pour lui qu’elle ne réalisera que bien plus tard. Le livre se lit rapidement et si la romance n’était pas idéale, elle a su me divertir. Deux tomes supplémentaires existent, s’intéressant à d’autres employées de la librairie et racontant leurs histoires d’amour. Je les lirai peut-être un jour, tout dépendra de qui est au centre de l’histoire.

Check Me up ! [Tome 1] de Maki Enjoji [Manga] [Chronique]

J’aime beaucoup les illustrations qui sont expressives et très agréables à regarder. Le scénario est basique, voire cliché, mais la romance bourgeonnante promet d’être sympathique à suivre.

.

Chihayafuru [Tome 28] de Yuki Suetsugu [Manga]

Après s’être éloignée du karuta pendant quelques temps, Chihaya est de retour plus déterminée que jamais. Toutefois son absence a eu des conséquences notamment sur l’équipe du lycée Mizusawa. Les joueurs ont dû se débrouiller sans les deux responsables du club et ils sont parvenus à avancer, annonçant ainsi une perspective d’avenir réussie pour le club même sans les terminales. C’est grâce à Chihaya et Taichi qu’il a été créé mais c’est en raison de la présence de tous ses membres qu’il est devenu ce qu’il est.
Dans ce tome, les lycées de Tokyo combattent pour être sélectionnés pour le tournoi national. Les règles ont changé tellement de clubs participent (Je me demande si le karuta a pris de l’essor au Japon depuis la publication de la série…) et elles déstabilisent les plus expérimentés. Cependant Chihaya n’a pas perdu grand chose de son niveau pendant sa pause.
L’absence de Taichi se fait ressentir et j’espère le retrouve dans le tome suivant.

La cuisine japonaise illustrée de Laure Kié et Haruna Kishi [Beau-livre]

Ce livre illustré sur la cuisine japonaise est séparé en six parties : la cuisine japonaise, autour du riz, autour des nouilles, autres plats phares, cuisine par thème et pâtisseries et boissons. Le premier chapitre présente succinctement les spécificités de la cuisine japonaise : le repas type, les spécialités régionales, les contenants et ustensiles, les ingrédients typiques, etc. Les deux chapitres suivants présentent les plats emblématiques du Japon à base de riz ou de nouilles. Les autres plats commentés ensuite sont à base de viande, poisson ou soja. La nourriture de rue, certains restaurants particuliers, la nourriture consommée par saison est ensuite citée. Pour terminer, les pâtisseries et boissons phares japonaises sont présentées telles que les mochis, les dorayakis, le thé, le saké…
Chaque chapitre donne ainsi divers informations sur la cuisine japonaise et présente les plats les plus connus. Diverses recettes à réaliser soi-même sont aussi partagées. Chaque plat ou ingrédient cité est dessiné accompagné de son nom japonais. Les illustrations sont très réalistes. J’ai aimé reconnaître beaucoup de choses mais aussi en découvrir plein de nouvelles.

Certaines n’avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka [Roman]

La narration plurielle, ce « nous » regroupant toutes ces femmes japonaises qui ont quitté leur pays dans l’espoir d’un avenir plus heureux aux côtés d’un mari qu’elles n’ont pas choisi, rend poignante la lecture tout en mettant une certaine distance avec les faits. Je ne connaissais pas vraiment cet événement historique et l’autrice a su en parler de manière puissante.

For all the stars across the sky de Karl Newson & Chiaki Okada [Album]

For all the stars across the sky,
Big and little and bright,
Here’s a wish from me to you,
Before we say good night.

Merci Mila ♥ pour ce magnifique livre qui m’a absolument conquise. Les illustrations sont sublimes, très douces et poétiques. Que ce soit les adorables peluches, les paysages à couper le souffle ou les multiples détails à observer, tout est superbe ! L’histoire est elle-aussi très jolie, incitant aux rêves pour accompagner les enfants vers le sommeil.

Dans les bois éternels de Fred Vargas [Roman]

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu une aventure du commissaire Adamsberg. J’ai un peu peiné à vraiment m’immerger dans l’histoire, les personnages m’étaient un peu trop lointains et je venais d’enchaîner deux romans policiers en début de mois. J’ai apprécié l’intrigue du roman qui est bien menée et de découvrir un pan du passé d’Adamsberg.

Jumping [Tomes 1 à 4] de Asahi Tsutsui [Manga]


J’ai beaucoup apprécié cette histoire de réintégration sociale, entre romance et équitation. Le titre est porteur d’espoir avec des personnages attachants qui m’ont beaucoup touchée. Les illustrations sont aussi très jolies.

ACQUISITIONS ET PAL :

+ 9 / – 11

Mon anniversaire étant au mois de juillet, j’ai été gâtée avec plein de beaux livres. J’hésitais depuis longtemps à acquérir l’intégrale de Terremer vu que je possédais le premier tome dans une jolie édition mais celle-ci regroupe aussi des écrits inédits.

Jeux vidéos

Octopath Traveler

Octopath Traveler est un RPG – jeu vidéo de rôle – développé par Square Enix et Acquire. Il est sorti le 13 juillet 2018 sur Switch. Le jeu est créé avec des graphiques HD-2D, des CG et du pixel art. J’aime beaucoup le rendu esthétique, les paysages sont variés et semblent réels. Lorsque le personnage voyage dans une région froide, la grande présence de neige et le vent qui souffle sont d’un réalisme vibrant. Le jeu propose de très belles scènes et les effets de lumière sont très réussis. La musique est tout aussi magnifique, avec des morceaux correspondant à chaque personnage, au début de leurs quêtes, à des combats spécifiques, etc.

L’écran titre du jeu présente tous les personnages traçant le même chemin. Chaque personnage est montré dans l’univers où le joueur le trouvera en début d’aventure.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sommaire :

Le jeu :

Le menu du jeu

Les personnages évoluent dans un univers médiéval, sur le continent d’Orsterra où l’Église de la Flamme Sacrée domine. Le joueur peut prendre le contrôle de huit aventuriers mais il ne peut en conserver que quatre en même temps. Chaque personnage débute le voyage d’une manière différente car ils ont tous des origines, des attributs et des objectifs divers. L’histoire de chacun est contée en 4 chapitres. Dans chaque chapitre, les personnages visitent une ville, parlent à divers personnages pour recueillir des informations ou effectuer des missions et affrontent un ennemi redoutable. Les chapitres de chaque personnage comporte une partie personnelle pour raconter son histoire puisque des phases de récits et de dialogues alternent les recherches et les combats. Ceux-si peuvent être passés mais ce serait rater une composante importante de l’histoire. Par ailleurs, les récits apportent leur lot d’émotions et les dialogues sont très bien écrits, avec aussi beaucoup d’humour.

Lorsque tous les personnages sont débloqués et qu’un groupe est constitué, les personnages peuvent entamer des conversations de voyage après une période narrative d’un chapitre. Celles-ci sont brèves mais les échanges sont un apport non négligeable permettant de cerner un peu mieux les personnalités de chacun et de voir les affinités se former. Par exemple, Ophilia se montre toujours de bon conseil et d’un soutien sans faille en délivrant des paroles réconfortantes. Cyrus est égal à lui-même, faisant part de son savoir inégalable et ne se rendant pas compte de ses paroles charmantes. Il admire les talents de danseuse de Primrose et aimait bien savoir lui aussi exercer cet art mais il danse comme ses pieds. Olberic admire la force de caractère de ses camarades féminines et fait part de son soutien. Des liens de confiance et d’amitié se forment entre tous. Il est dommage que les interactions soient minimes et que certaines soient éclipsées (tout dépend de la constitution de l’équipe).

Le monde d’Orsterra de dévoile petit à petit.

Les lieux sont très différents d’un endroit à l’autre par leur climat, leur taille, leur histoire, etc. Cela se voit dans le graphisme mais aussi dans les discussions avec les personnages non joueurs. Les lieux à visiter sont aussi variés tels que grottes, maisons, manoir, bois, arène, temple… Chaque ville offre le chapitre d’un personnage, voire de deux. Le chemin pour y arriver est semé d’embûches avec parfois quelques cavernes à explorer mais le niveau n’est pas toujours adéquat à la situation des personnages. Par exemple, en route avec seulement Cyrus pour une nouvelle ville (donc niveau environ 8), un chemin me mène à une grotte inexplorée. Ah danger de niveau 15…! Ce sera donc pour plus tard. Par ailleurs, les terres regroupent des personnages proposant des quêtes secondaires.

Le système des quêtes secondaires est très intéressant bien qu’il ne soit pas très clair. Un personnage non joueur propose une quête secondaire et celle-ci s’affiche dans le journal par une seule parole. Il est donc parfois difficile de se souvenir de ce qu’il faut réaliser puisque certaines actions ne se réaliseront que bien plus tard dans le jeu. Certaines quêtes se réalisent dans le village même, en utilisant les talents spéciaux de chaque personnage : obtenir des informations ou un objet, se battre ou emmener un personnage à un endroit. Pour le moment, je réalise ces quêtes en même temps que je visite les villes et villages si elles ne demandent pas trop de recherches et sont dans la continuité de ma quête principale en cours. Je m’intéresserai plus attentivement à ces quêtes lorsque j’aurai fini les chapitres de tous les personnages. Les quêtes secondaires sont variées et elles aussi scénarisées, pouvant nécessiter du temps. Des personnages se retrouvent d’un endroit à un autre, ils font eux aussi leur propre voyage.

J’ai débloqué tous les personnages en réalisant leur premier chapitre. Je suis en train de faire les deuxièmes chapitres. Je réalise donc tous les chapitres des personnages avant d’aller aux suivants, notamment parce qu’un niveau est conseillé à chaque fois et que celui-ci augmente au chapitre suivant.

Lors du chapitre 2, Olberic doit affronter des combattants dans une arène. Ceux-ci sont présentés un par un avant que les combats de notre personnage s’enchaînent, avec une brève pause pour se préparer à chaque fois et recevoir des encouragements.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les personnages possèdent des statistiques particulières à augmenter selon leur classe : défense physique, défense élémentaire, attaque physique, attaque élémentaire, esquive, vitesse, précision, critique. Ils possèdent aussi un certain nombre de points de vie (PV – HP en anglais) et de points d’action (PT – SP en anglais). Toutes ces statistiques augmentent dès qu’ils prennent un niveau. Il est possible de les améliorer avec des objets spécifiques ainsi que leur équipement (armes, vêtements, bijoux).

Les personnages gagnent de l’expérience après chaque combat. En augmentant de niveau, ils remportent des points qui peuvent être utilisés pour débloquer leurs compétences actives (et permettant aussi d’accéder à leurs compétences de soutien au bout d’un certain nombre débloqué). Lorsqu’elles sont toutes débloquées, les points peuvent être utilisés pour débloquer les compétences des classes secondaires.

Le système de combat :

Le système de combat se présente au tour par tour. L’équipe du joueur est composée de quatre personnages maximum de son choix. Le nombre d’ennemis n’est pas défini, ils peuvent être seul comme cinq. Les personnages peuvent attaquer avec des armes ou des sorts élémentaires, avec leurs capacités dont certaines coûtent des points de PT ou des objets (pour soigner ou attaquer). Selon leurs aptitudes, ils peuvent attaquer une cible unique ou tous les ennemis à la fois entrant dans une zone d’effet avec un sort d’AoE.

A la fin de chaque tour, chaque personnage gagne un point d’exaltation et il peut en stocker jusqu’à cinq. Ces points peuvent être utilisés jusqu’à trois en même temps pour améliorer une action, c’est-à-dire attaquer à de multiples reprises, améliorer la puissance d’une capacité (attaque, buff, debuff). Elles permettent aussi d’utiliser les capacités divines des personnages. Je les ai débloquées il n’y a pas très longtemps donc je ne les ai pas encore vraiment testées.

Les ennemis ont un bouclier avec un nombre écrit dessus. Celui-ci diminue chaque fois qu’ils sont attaqués avec une arme ou un élément contre lequel ils sont faibles. Lorsque le bouclier est fissuré, l’ennemi est étourdi et ne peut plus attaquer. Par ailleurs, il reçoit beaucoup plus de dégâts. C’est le meilleur moment pour utiliser les points d’exaltation pour réaliser des attaques puissantes et faire perdre des points de vie. J’aime aussi les utiliser pour les buffs (statut provoquant un effet positif) et debuffs (statut provoquant un effet négatif) qui durent ainsi plus longtemps lors des combats contre des boss. Ils peuvent aussi être utilisés au fur et à mesure selon vos besoins ou la stratégie que vous envisagez.

Les personnages, leurs classes et leurs compétences :

Chaque protagoniste possède des capacités propres à sa classe réparties en compétences actives et passives ainsi qu’une habileté unique qui s’utilise sur le terrain mais peut aussi se retrouver au combat. Dans ces dernières, certaines sont considérées comme nobles tandis que d’autres sont plus véreuses. Celles nobles n’échouent jamais, qu’il s’agisse de discuter avec un personnage ou de marchander un objet. Celles plus condamnables ont un pourcentage d’échec, que ce soit voler des objets ou provoquer un duel. Si l’échec est trop répété, la réputation du personnage souffre et il ne pourra plus effectuer d’actions. Il faudra alors soudoyer le tavernier local pour qu’il l’améliore ce qui peut vite coûter cher. J’ai testé pour voir et j’ai regretté de voir partir mes 8 000 feuilles qui représentaient 1/6 de ma fortune à l’époque.

Ophilia, la prêtresse

Ophilia Clement est une prêtresse, sœur de l’Église de la Flamme Sacrée. Orpheline, elle a été élevée par l’archevêque Josef. Lorsque celui-ci tombe gravement malade, elle entreprend un pèlerinage pour restaurer la lumière du royaume à la place de sa sœur adoptive qui peut ainsi rester aux côtés de son père. Ophilia possède une très grande gentillesse et beaucoup de résolution, elle aidera quiconque est dans le besoin et elle fera toujours ce qui est nécessaire. Elle a toujours de sages paroles à donner aux gens qu’elle rencontre ou à partager avec ses compagnons de voyage.

J’aime beaucoup la classe de prêtre, c’est souvent une de celles que j’aime le plus jouer, que ce soit dans un jeu solo ou en équipe. Ophilia possède des sorts de soin de groupe, ce qui est très utile pour soigner tout le monde en même temps. Elle peut aussi attaquer, en AoE ou une cible unique, grâce à un sort de lumière. Pour l’instant, je me sers surtout de ces quatre capacités (restaurer plus ou moins de HP et infliger des dégâts à un ou plusieurs antagonistes) mais elle peut aussi ramener à la vie ou buff ses partenaires. Une de ses compétences permet à un de ses alliés de refléter une attaque élémentaire, il faudrait que je m’y intéresse un peu plus.

Dans ses compétences passives, j’aime le fait que son maximum de PT augmente de 50 (pratique pour utiliser tous ses sorts, surtout qu’ils sont plutôt faibles en coût pour ceux que j’utilise fréquemment) et qu’elle peut être soignée plus que son maximum de HP. Sur le terrain, elle peut guider des personnages. Ceux-ci peuvent aussi joindre le combat mais c’est particulièrement pratique dans les quêtes secondaires pour mener un personnage d’un endroit à l’autre.

Cyrus, l’érudit

Cyrus Albright est un professeur passionné par la connaissance et l’enseignement. Pour lui, tout cela devrait être partagé avec le peuple et non réservé à l’élite. Il est intelligent, curieux, intuitif et pragmatique sauf en ce qui concerne l’amour. En effet, beaucoup de femmes succombent à son charme mais il ne s’en rend absolument pas compte et cela provoque plusieurs quiproquos. En congé forcé suite à une rumeur, il part à la recherche d’un livre ancestral qui a disparu des archives.

C’est le personnage avec lequel j’ai choisi de commencer l’aventure (j’ai hésité avec Ophilia pour tout vous dire mais je l’ai débloqué en second) puisque son profil m’intéressait. Cyrus est le magicien du groupe. Il possède des sorts élémentaires de feu, glace ou éclair faisant de gros dégâts, attaquant une ou deux fois selon le coût. Il peut aussi révéler une faiblesse d’un ennemi et montrer son taux de vie. Comme tout magicien, sa résistance physique est assez faible.

Ses compétences passives sont intéressantes, avec une augmentant son attaque élémentaire et l’autre lui permettant de récupérer des points de vie à chaque tour. J’aime aussi la capacité permettent de rencontrer un peu moins d’ennemis (ce qui peut être pénible quand les ennemis sont trop faibles ou que l’on revisite un endroit). Sa compétence spéciale lui permet de scruter les personnages et donc de révéler des secrets ou des objets cachés. Elle ne fonctionne pas sur tout le monde puisque le taux de réussite n’est pas toujours élevé (pour ma part, je tente à partir de 80%). En combat, elle lui permet de révéler une faiblesse de l’ennemi.

Tressa, la marchande

Tressa Colzione parcourt le royaume d’Orsterra pour devenir une meilleure marchande. C’est une jeune fille joyeuse et futée qui est ravie de découvrir les merveilles que le royaume renferme et de vivre des aventures. Elle est une marchandeuse naturelle, pouvant acheter des objets à bas prix et reconnaissant la valeur d’autres qu’elle n’a jamais vus.

Elle possède la capacité spéciale d’acheter des objets aux nombreux personnages du royaume. J’avoue ne pas trop m’en servir, préférer utiliser le vol de Thérion (:D). Toutefois, cela peut être utile pour équiper un personnage d’une nouvelle arme ou d’une protection puisque le taux de réussite au vol peut être faible.

Au combat, Tressa peut faire des dégâts de vent, sur cible unique ou en AoE. Elle peut aussi restaurer tous ses HP et PT, donner un point d’exaltation à ses alliés, éviter une attaque physique, etc. Ce n’est pas une classe avec laquelle je suis à l’aise puisque je l’utilise seulement pour son histoire et qu’elle a donc un niveau assez faible encore. Sa classe m’intéresse plutôt en secondaire.

Olberic, le chevalier

Olberic Eisenberg est un chevalier d’un royaume aujourd’hui disparu lorsque son roi a été tué. Ayant failli à son devoir de protection, il n’a plus de raison de vivre. Toutefois, il se dédie à la protection des autres. De nature stoïque, il possède un fort sens de la justice et une grande expérience du combat. Il part en quête d’un ancien ami/ennemi tout en recherchant la raison pour laquelle il porte une épée.

Je joue très peu les classes de guerrier mais Olberic est parfait dans une équipe. Il possède de grandes attaque et défense physiques. Il attaque à l’épée ou à la lance, en cible unique ou en AoE. Il peut aussi augmenter son attaque ou sa défense physiques ainsi que prendre les dégâts à cible unique à la place de ses alliés (et il fait un très bon tank avec sa défense physique et ses HP !).

Côté compétences passives, il peut par exemple absorber les dégâts sur cible unique lorsqu’un de ses alliés est en danger de mort (efficace quand un partenaire du groupe est de niveau faible ! Il a ainsi ma pauvre Tressa de niveau moitié par rapport à ses partenaires). Sur le terrain, il peut défier facilement les personnages qu’il rencontre.

Primrose, la danseuse

Primrose Azelhart a juré de se venger lorsque son père a été tué sous ses yeux lorsqu’elle n’était qu’une enfant. Devenue danseuse (et plus si volonté des clients…) pour traquer les meurtriers de son père, elle a grandi bien trop rapidement. Son seul but dans la vie est de se venger et c’est ce qui lui a permis de ne pas se laisser aller au désespoir et de supporter les humiliations. Elle est téméraire et impitoyable et ne s’arrêtera dans sa quête de vengeance que lorsqu’elle aura tué les trois meurtriers de son père.

Primrose peut faire des dégâts d’obscurité, en cible unique ou AoE, mais elle est surtout intéressante pour ses buffs (augmenter l’attaque élémentaire, la défense physique, etc.). Elle possède une compétence originale qui cause un effet curieux, pouvant être positif ou négatif, que je n’ai pas encore testée. Par exemple, elle peut augmenter l’expérience reçue en fin de combat, donner des PT à tous ses alliés mais aussi invoquer un monstre qui soigne tous les ennemis ou mettre tous les HP du groupe à 1… 😀

Pour ce qui est des compétences passives, les statuts donnés aux alliés durent un tour supplémentaire, du PT est redonné à chaque tour, et si elle est attaquée, elle a 50% de chance de contre-attaquer. Sa capacité spéciale lui permet de séduire des personnages et donc de la suivre. Elle peut aussi les appeler en renfort lors des combats.

Alfyn, l’apothicaire

Alfyn Greengrass est un jeune homme gentil qui est toujours volontaire pour aider les gens dans le besoin. Il espère devenir un apothicaire talentueux et rêve de parcourir le monde.

Je n’ai pas beaucoup joué avec Alfyn, qui a des compétences très diverses. Il peut soigner un allié, que ce soit en HP ou ses affections, le ressusciter, attaquer à la hache, faire des dégâts de glace, etc. Il peut aussi préparer des potions. Pour le soin, Ophilia me plaît plus avec ses sorts d’AoE.

Ses compétences passives sont très chouettes, elles lui permettent d’augmenter son taux de HP, de résister aux affections, de gagner des PT ou HP. Elles me plaisent beaucoup dans une classe secondaire pour aider une défense. Il peut récupérer des informations en discutant avec les personnages.

Thérion, le voleur

Thérion est un voleur renommé et doué qui peut toutefois échouer. Lorsqu’il se fait piéger, il doit voler trois pierres draconiques précieuses pour que le bracelet métallique signalant sa défaite de voleur lui soit enlevé. Intelligent, cynique et à l’esprit aiguisé, il aime travailler seul et rejette les autres. Trahi dans son jeune âge, il accorde difficilement sa confiance (mais les autres voyageurs vont l’aider !).

En combat, Thérion est un personnage se basant sur ses habiletés de voleur, à savoir la vitesse et l’esquive. Il se bat à l’épée et avec des dagues et il n’attaque qu’une cible unique à chaque fois. Il peut voler des HP et des PT à chaque attaque. Il peut aussi debuff les ennemis, en réduisant leurs attaque ou défense physique. Il peut aussi partager ses PT avec un allié.

Sa capacité spéciale de voleur m’aide beaucoup à dérober quelques objets pratiques aux personnages. 😀 Ses capacités passives lui permettent entre autres d’augmenter sa vitesse et de faire durer les affections qu’il afflige.

H’aanit, la chasseuse

H’aanit est une chasseuse talentueuse avec un grand sens moral. Elle a la tête froide et on peut compter sur elle. Elle n’aime pas tuer pour le plaisir ou le jeu, elle respecte toute vie, qu’elle soit humaine, animale ou monstrueuse. L’ordre naturel des choses ne doit pas être perturbé mais elle n’hésitera pas à faire ce qui doit être fait pour réparer les choses. Elle est accompagnée d’une panthère des neiges nommée Linde qu’elle peut utiliser librement en combat. Elle part à la recherche de son mentor disparu.

Elle a la possibilité d’appeler en combat des animaux qu’elle a capturé mais elle ne peut pas choisir les ennemis qu’ils frapperont. Se battant à l’arc et la hache, elle peut attaquer tous ses ennemis ou se concentrer sur un seul. Elle peut aussi augmenter le taux de critique de tous ses alliés.

Elle peut provoquer des personnages en duel et si ceux-ci acceptent, elle se bat avec les monstres qu’elle a capturés. Il faut bien veiller à en avoir en stock lorsqu’elle doit réaliser des affrontements pour avancer dans sa quête. Ses capacités passives augmentent son taux de critique et sa chance d’attaquer plusieurs fois.

Mon groupe de voyageurs :

J’ai commencé le jeu avec Cyrus suivi par Ophilia que je n’ai jamais quittés. Ceux sont donc mes deux personnages les plus élevés. Ils représentent le type de classe que je préfère : mage et prêtre. Même si le système de combat n’est pas le même que celui des jeux de rôle auxquels j’ai joués, j’aime beaucoup ces deux personnages. En effet, d’habitude, j’attaque avec de la magie et je soigne le personnage tout en veillant à ne pas être touchée puisque ces deux classes ont une résistance généralement faible. Le fait d’avoir un groupe permet d’avoir des compétences différentes en jeu. Pour le moment, j’augmente leur attaque élémentaire au maximum, en veillant à leur nombre de HP et de PT pour pouvoir exercer facilement leurs sorts.

J’ai débloqué H’aanit en troisième donc j’ai joué un moment avec elle dans le groupe – ainsi que Thérion – mais le manque d’attaque AoE et de défense se faisait un peu trop sentir. Comme j’aime beaucoup la capacité spéciale de voleur de Thérion et qu’en plus il a des compétences et statistiques intéressantes (vol et partage PE notamment ; critique, vitesse, esquive), je l’ai gardé dans le groupe. J’ai donc changé H’aanit pour une autre classe du même type avec Olberic. Et il est trop cool ! Ses attaques sont puissantes – et AoE !! – et il résiste bien aux dégâts. J’augmente ses HP au maximum (il a le double d’autres personnages alors qu’il a quelques niveaux de moins) pour qu’il puisse encaisser les coups – notamment à la place de ses partenaires – ainsi que ses défenses et son attaque physique. Mon groupe est donc composé de Cyrus, Ophilia, Olberic et Thérion. Je change ce dernier quand je dois suivre l’histoire avec un autre personnage – et je reviens ouvrir les coffres que lui seul peut ouvrir un peu plus tard.

Ces quatre personnages ont donc le niveau le plus élevé, Cyrus et Ophilia en tête. L’écart se creuse beaucoup avec les autres voyageurs. Pour jouer réellement ceux-ci, il faudrait que je change la combinaison de mon groupe. Je les testerai plus tard lorsque j’aurai fini les quêtes principales.

Les classes secondaires :

Chaque personnage possède une classe principale qu’il est possible de coupler avec une classe secondaire. Le joueur peut choisir pour chacun des personnages la classe secondaire qu’il souhaite, en privilégiant les aspects qu’il désire. Plusieurs combinaisons sont possibles mais une même classe secondaire ne peut être utilisée que par un personnage en même temps. Les classes secondaires représentent les huit classes de chacun des personnages et il semble en exister quatre autres secrètes. Elles sont débloquées en parcourant divers temples présents dans le royaume d’Orsterra. Pour le moment, j’en ai débloquées seulement quatre et ceux ne sont pas vraiment celles qui m’intéressent. En affiliant une classe secondaire à un personnage, l’avatar de celui-ci change en se parant des vêtements de la nouvelle classe.

J’ai choisi de mettre la classe d’apothicaire à Olberic ce qui lui permet d’avoir des statistiques et compétences renforcées. Ophilia et Cyrus se partageront les classes de marchande et danseur respectivement. Il ne me restera donc plus que chasseur pour Thérion.

Conclusion :

Octopath Traveler est un jeu d’aventures fabuleux où est il possible de voyager avec huit personnages aux desseins très variés. J’ai commencé à jouer fin juin, avec un peu moins d’une trentaine d’heures à mon actif. Environ 70 heures de jeu devraient m’être nécessaires pour terminer les chapitres de chaque personnage et il restera ensuite toutes les quêtes secondaires. Le jeu a donc une longue durée de vie en proposant un gameplay très diversifié.

Les images illustrées proviennent du site de Nintendo, les images tirées du jeu sont mes captures d’écran.

Bilans

Juin 2019


En juin, j’ai lu 6 livres et 61 chapitres de BD asiatiques : 2 albums, 1 manga, 1 livre de contes, 1 recueil de nouvelles, 1 beau-livre ainsi que 61 chapitres de webtoon.

LIVRES LUS :

WEBTOONS

  • My giant nerd boyfriend de Fishball [10 chapitres]
  • Just for kicks de Josie Fox [4 chapitres]
  • The Beehive de Lollibeepop [8 chapitres]
  • Murrz de Murrz [12 chapitres]
  • Budgie’s Life de Muffin Girl [9 chapitres]
  • IT Guy & ART Girl de Bonnie Pang [5 chapitres]
  • Soara Academy de Muffin Girl [1 chapitre]
  • Age Matters de Enjelicious [4 chapitres]
  • Miss Abbott and the Doctor de Maripaz Villar [4 chapitres]
  • True Beauty de Yaongyi [4 chapitres]

LIVRES

Les vacances, maman et moi de Clothilde Delacroix [Album]

Une petite lapine attend impatiemment les grandes vacances. Heureusement, elles finissent par arriver. Elle a plein de projets avec sa maman mais d’abord, elle commence par se reposer. Il y a ensuite du tri et de la réparation à faire dans la maison. Elles jouent ensemble et font des sorties avant de partir en vacances à la mer. La mère et la fille sont très complices.
L’histoire est racontée par la fille. Chaque double-page présente une petite scène lors de ces grandes vacances. Elles ne sont jamais réalisées de la même manière. Il peut y avoir une seule illustration par page ou sur une seule page, deux illustrations par page, plusieurs petites illustrations, etc. Par ailleurs, certaines illustrations présentent des bulles tandis que d’autres se suffisent par elles-mêmes. Le récit est présent à quasiment chaque page.
J’ai bien aimé le style graphique de l’autrice, les expressions des lapines sont très réalistes : fatigue, exaspération, joie, déception, etc. Le récit est aussi plaisant, raconté avec beaucoup d’humour. En bref, une très chouette lecture !.

Card Captor Sakura – Clear Card Arc [Tome 5] de CLAMP [Manga]

Depuis le précédent tome, les révélations s’enchaînent et l’intrigue se dessine enfin plus clairement. Elle me plaît beaucoup et j’ai hâte de lire les tomes suivants pour voir Sakura en action. Pour le moment, elle ne connaît pas encore ce qu’elle affronte car son entourage lui cache beaucoup trop de choses. J’ai aussi apprécié de passer un peu plus de temps avec la famille de Sakura et d’en découvrir plus sur elle.

Comment le lièvre eut la lèvre fendue et autres contes tibétains de William Frederick O’Connor [Contes]

J’aime beaucoup lire des contes traditionnels et je trouve que cela permet de donner un aperçu très intéressant de la culture d’un pays. Je ne connais pas vraiment la culture tibétaine et ce recueil de contes, bien que narré par un auteur britannique, m’a ainsi donné l’occasion d’en savoir un peu plus sur les histoires populaires de ce pays. Les contes sont plutôt courts, une dizaine de pages en moyenne, et mettent en scène divers personnages et animaux. Le lièvre est un animal souvent évoqué, il est de nature rusé. Ses adversaires sont par exemple le loup et le tigre. D’autres animaux tels que le renard, le brebis, le singe, etc., sont aussi présentés. Les êtres humains ont divers statuts et caractères, selon l’histoire qui veut être conté. Ils font preuve d’intelligence ou de courage pour parvenir à leurs fins et vaincre la cupidité de leurs congénères ou un adversaire plus fort qu’eux comme avec un ogre. En somme, ce recueil est très plaisant à découvrir.

Crabouillabaisse de Christina Buley-Uribe [Album]

Zoé et Balthazar cherchent des coquillages sur la plage en attendant de manger leurs macarons pour leur pique-nique. Ils les laissent sous la surveillance de nounours mais celui-ci se dore au soleil. Un gros crabe s’approche et dévore tous les macarons ! Les enfants s’en aperçoivent mais maintenant le crabe a pris nounours en otage car il veut encore manger de bonnes choses. Les enfants lui promettent de la bouillabaisse à la maison. Heureusement, maman est là pour les sauver. Les voilà alors réunis autour d’une crabouillabaisse ! Le récit m’a un peu surprise même si je m’attendais à cette fin au vu du titre de l’album.

Tout ça va changer de Lao Ma [Nouvelles]

Son voeu le plus cher serait de porter un uniforme dans l’autre monde. Il dit qu’il s’est trop habitué à faire partie d’un groupe, et que s’il ne porte pas le même habit que tout le monde, il va se sentir différent et que ça va le mettre mal à l’aise. – Uniforme

Dans ce recueil de nouvelles, très courtes, allant d’une page à cinq au maximum, l’auteur dévoile quelques instants de la vie chinoise. Les récits sont satiriques, mettant à mal divers types de métiers et caractères, avec une inclination pour les universitaires et politiques. Lao Ma dénonce les travers de ses contemporains avec humour et les nouvelles sont ainsi très plaisantes à lire.

Les animaux fantastiques – Les architectes de l’illusion – Art book de Dermot Power [Beau-livre]

Ce très bel ouvrage révèle comment les artistes ont imaginé les créatures fantastiques et les lieux du film selon les idées des créateurs (producteur, réalisateur, auteure) et les leurs. C’est très intéressant de voir les concepts évoluer, progresser d’un illustrateur à l’autre, jusqu’à obtenir la forme définitive qui peut être très différente de certaines ébauches de départ.

ACQUISITIONS ET PAL :

+ 20 / – 6

Beaucoup de mangas ce mois-ci avec que de nouvelles séries : l’intégrale de Vamos là !, le premier tome de Check Me up ! et le début de Bakuman. J’ai aussi acquis un roman qui sera une de mes lectures de cet été (chaise longue et soleil !), deux albums et un guide illustré.

Mangas, Manwhas, etc

Check Me up ! [Tome 1] de Maki Enjoji

Titre original : 恋はつづくよどこまでも / Koi Wa Tsudukuyo Dokomademo
Séries terminée en 7 tomes – 2016
Tome 1 : Juin 2019
Editions Kaze – Shôjo
Editeur VO : Shôgakukan – Josei
Traduction de Sonia Verschueren

Présentation de l’éditeur :

J’ai travaillé si dur dans l’espoir de revoir l’homme de mes rêves… Ai-je pu me tromper à ce point ?
Après cinq ans d’amour à sens unique, Nanase Sakura va enfin revoir celui qui lui a inspiré sa vocation d’infirmière ! Engagée dans le même hôpital que le beau médecin qui a bouleversé sa vie, elle déchante rapidement lorsqu’elle découvre sa vraie personnalité. Craint par presque tout le corps médical, le Dr Kairi Tendô ressemble plus à un démon qu’à un prince charmant…

Avis personnel :

Je découvre Maki Enjoji avec ce titre même si sa série Happy Marriage ?! fait partie de ma wishlist depuis un petit moment. J’apprécie toujours de lire ou regarder des comédies romantiques et celle-ci est sympathique.

Lorsqu’elle était lycéenne, Nanase Sakura est venue en aide à une personne en détresse. Toutefois, elle était bien trop secouée pour pouvoir faire ce qu’il fallait. Heureusement, un beau et jeune médecin est venu à son secours. Coup de foudre immédiat ! Elle décide alors de devenir infirmière pour pouvoir le revoir et lui avouer ses sentiments. Cependant, lorsqu’elle le retrouve cinq ans plus tard, Kaïri Tendo a une personnalité à l’opposé de ce qu’elle imaginait et elle se prend un râteau phénoménal.

Sakura est déçue de son attitude et même si elle est un peu perdue quant à son avenir dans cet hôpital, elle retrouve vite son aplomb. Sa vocation est peut-être née dans de mauvaises conditions mais elle a étudié pendant de longues années pour obtenir son diplôme. Elle a du répondant et si le personnel médical craint le médecin et n’ose s’opposer à lui, ce n’est pas le cas de Sakura. Elle a perdu cinq années à l’aimer mais elle ne va pas gâcher son futur à cause de lui.

Kaïri Tendo est difficile à cerner. Il est jugé exécrable par le personnel hospitalier car il se comporte comme un tyran et peut se montrer violent dans ses paroles avec autrui. Pourtant, il se montre très attentionné envers ses patients. Par ailleurs, si ces premiers contacts avec Sakura sont brusques, il fera aussi attention à elle à plusieurs reprises.

Le titre s’intéresse à la relation naissante entre Sakura et Tendô. Si elle est partie sur de mauvaises bases, ils vont apprendre à travailler ensemble ou plutôt Sakura va être aux ordres de Tendô. En effet, celui-ci se sait en position de force – il est son subordonné – et il l’utilise dans son lieu de travail mais pas forcément pour des raisons professionnelles. Si le concept de base est un peu cliché si ce n’est ridicule – qui aimerait une personne pendant cinq années après une brève rencontre sans jamais la revoir pendant tout ce temps-là ? – il sert seulement à lancer l’histoire. En effet, le récit s’intéresse aussi à la naissance de la passion de Sakura pour son métier et c’est dans l’exercice de celui-ci que les deux héros vont se côtoyer quotidiennement. Chaque chapitre permet de voir un patient différent.

J’ai eu soudain peur… j’ai pris conscience que des gens mouraient autour de moi…

Elle s’est lancée dans ce métier par amour mais sans avoir conscience de la dureté de ce métier. Ce n’est qu’en voyant des patients mourir auxquels elle s’était attachée, des enfants malades, etc., qu’elle va s’endurcir. Sa remise en question est réaliste et elle trouve du soutien notamment en Tendô. Lors de sa formation, elle travaille dans plusieurs services de l’hôpital – la plupart sont éclipsés – et bien évidemment elle va choisir celui où travaille Tendô puisqu’il lui a promis de l’aider.

Comme par hasard, les deux protagonistes habitent sur le même palier d’immeuble ce qui va leur permettre de nouer des relations plus étroites. Du fait de la personnalité changeante de Tendô, Sakura ne sait pas vraiment où elle en est de ses sentiments pour lui. Il est certain qu’elle lui voue du respect mais est-ce qu’elle l’aime toujours ? La réalité lui permettra de l’aimer pour qui il est réellement et non pour l’image d’un prince charmant qu’elle a eu de lui pendant de nombreuses années.

J’aime beaucoup le style graphique de l’auteure. Les illustrations sont expressives et agréables à regarder. Les décors sont très sommaires, l’attention étant prêtée aux personnages.

En résumé :

Si cette comédie romantique ne révolutionnera pas le genre, elle est légère et agréable à suivre, et c’est tout ce que j’en espère.