Fantasy & Fantastique

« Les papillons sont rares en décembre. Celui-là est d’une espèce précieuse et immortelle. Ne le laissez pas s’envoler. »

Côté Face [Tome 1] de Anne Denier

446 Pages – Mars 2012 – 19 €

Quatrième de couverture :

J’étais en retard et si ce n’avait pas été le cas, jamais je n’aurais pris ce tram et jamais je ne l’aurais rencontré. Lui. Celui qui allait détruire ma vie en réveillant une mémoire qui sommeillait en moi et dont j’ignorais l’existence.
Un autre côté de moi-même.
« Te séduire, t’emmener, te torturer, te violer et t’assassiner. »
J’avais une vie.

Avis personnel :

J’ai découvert Anne Denier il y a quelques mois mais ce n’est que lorsque Meli a présenté l’auteur et organisé un concours (merci encore !) que j’ai eu le loisir de lire son livre. Il est auto-édité mais c’est un très bel objet et tant l’ancienne que la nouvelle couverture (celle que je possède) sont superbes. La mise en page est travaillée, rien n’est laissé au hasard. Il y a très peu de coquille et rien de bien flagrant, je ne me souviens que de l’oubli d’un point. Ce livre est le premier d’une série en quatre tomes. Chacun forme une facette différente d’une même histoire tel un puzzle en quatre morceaux. Mais pas de soucis, ce premier tome nous révèle déjà beaucoup de secrets.

La narration à la première personne nous attache immédiatement à l’héroïne. Elle m’a un peu étonnée au début, je m’attendais à quelque chose d’un peu moins simple mais elle se complexifie selon les différents chapitres. L’écriture est agréable et fluide. Quand on est dans le présent, elle est plutôt moderne et simple mais lorsque l’on plonge dans le passé, je l’ai trouvée plus précise et travaillée. En tout cas, j’ai été entraînée dans l’histoire dès les premières pages ! Des actions quotidiennes sont décrites mais elles n’ont rien de superficielles comme cela aurait pu me déranger dans d’autres romans. Les descriptions sont toujours précises sans être trop longues et les sentiments sont analysés avec finesse. L’auteure utilise des références littéraires, que ce soit des intentions humoristiques pour le lecteur ou des textes mis en avant comme L’élégie de Marienbad de Goethe ou Le secret du souvenir de Schiller. Et il y a surtout le mythe de Faust de Goethe qui est revisité brillamment. Lorsque l’on se retrouve dans le passé, les tenues vestimentaires de l’époque sont décrites. Les robes sont détaillées avec beaucoup de précision mais sans lourdeur. C’est la même chose pour les codes et les protocoles (les invitations, la politesse). L’époque est vraiment bien retranscrite, on s’y croirait presque ! On sent le travail de recherche très poussé de l’auteure. Elle a choisi d’utiliser l’allemand comme langue pour les personnages du passé et de nombreux extraits de conversion ont lieu dans celle-ci. Mais heureusement pour le lecteur lambda, la traduction est présente. J’avoue que l’allemand est une langue que je ne maîtrise absolument pas et je la trouve un peu rude mais bon c’est un avis totalement personnel qui n’a pas gêné ma lecture pour autant.

L’intrigue est parfois un peu complexe mais elle est très originale. C’est une belle histoire d’amour teintée de fantastique qui change des vampires et loups-garous quotidiens. L’histoire n’est pas linéaire mais des chapitres datés permettent de se situer dans le temps. J’ai toutefois regretté qu’il y ait parfois de brusques passages entre présent et passé qui fait que l’on ne sait pas toujours où l’on est. Il y a beaucoup de mystère mais les explications viennent petit à petit. De nombreux flashbacks sont présents, non par ordre chronologique mais de façon à éclairer le lecteur petit à petit sur Hyla, la face cachée de l’héroïne. A chaque retour en arrière, il y a une indication de temps pour que le lecteur ne soit pas déconcerté.

Les personnages évoluent dans une ambiance plutôt sombre, parfois malsaine et cruelle. L’atmosphère est angoissante tout au long de la lecture et on s’inquiète pour l’héroïne. Cette dernière est très attachante. Elle ne possède pas de nom et cela se comprend par la suite. Cela reste un personnage impersonnel par certains côtés : on ne connaît pas grand-chose de sa vie avant qu’elle ne retrouve une mémoire disparue. C’est sa vie actuelle que l’on parcourt et elle est bouleversée. A vrai dire, cela ne m’a pas vraiment dérangé car c’est surtout les épisodes dans le passé que j’ai aimés, savoir qui était cette femme que l’héroïne entrevoyait, mais du coup la véritable personnalité de l’héroïne reste vide. Ces actions sont par ailleurs parfois déstabilisantes : elle veut retrouver Nebel qui a mis une photo d’elle dans le tram avec un mot dessus, cela fait normalement plutôt peur. La plupart des autres personnages ne possèdent pas de noms et cela ne gêne absolument pas la lecture car il leur est attribué des surnoms avec beaucoup d’humour. Ainsi il y a N°1, N°2, meilleure amie, princesse, monchéri-monamour et Quasimodo qui constituent la bande d’amie de l’héroïne. Ils sont plutôt stéréotypés mais cela est raconté avec ironie. Ils ne sont pas réellement importants et sont donc laissés dans le flou. Le regard est focalisé sur le passé avec des personnages beaucoup plus fascinants bien qu’énigmatiques. Il y a Côme, cette homme torturé mais si cruel. Il est très intriguant et j’aurais aimé en savoir un peu plus sur lui. Il y a aussi Nebel, figure du passé censée être morte mais qui revient hanter l’héroïne sous la même apparence. Et Hyla, l’autre face de l’héroïne bien qu’il n’y ait aucune ressemblance physique entre elles. Le lecteur met en forme l’histoire de ce personnage au fur et à mesure des révélations.

En résumé :

Des personnages très mystérieux, une intrigue originale et une écriture travaillée pour un roman passionnant.

Lien : Site de l’auteure

Fantasy & Fantastique

« Ai-je déjà mentionné que j’étais entouré de va-t-en guerre ? »

Indiana Teller ; Tome 2 : Lune d’été de Sophie Audouin-Mamikonian

Editions Michel Lafon – 354 Pages
Mars 2012 – 17,20 €

Quatrième de couverture :

Dans les interminables plaines du Montana s’étend le Lykos Ranch. Alentour, les voisins sont loin de se douter que ses occupants sont les membres de l’un des clans de loups-garous les plus puissants d’Amérique du Nord. Parmi eux, un seul humain a sa place : Indiana Teller.

Alors qu’Indiana se remet à peine de l’enlèvement de sa mère, le père de sa petite amie Katerina est sauvagement agressé, laissé à moitié mort. Une seule certitude : cette attaque n’est pas d’origine humaine. Le jeune homme est prêt à tout pour découvrir l’auteur de cet ignoble crime. À moins qu’il ne s’agisse d’un complot visant à l’éloigner des siens… et à détruire ce qui l’unit à celle qu’il aime ?
Entre une nouvelle menace vampire et les haines qui déchirent les clans, Indiana a plus que jamais besoin de ses dons de rebrousse-temps pour élucider ces mystères. Saura-t-il maîtriser ce pouvoir capricieux ? Et comment protéger Katerina de ces sombres machinations ? Car la nuit, tous les loups sont gris, et un traître pourrait bien se cacher parmi eux…

Oseriez-vous défier les lois du clan ?

Avis personnel :

Merci à Livraddict et aux éditions Michel Lafon pour ce partenariat !

J’avais été conquise par le premier tome de cette série qui avait été une de mes meilleures découvertes 2011. Ce deuxième tome commence par un résumé des actions principales de ce qu’il s’est passé dans le premier opus. Petit rappel très apprécié nous laissant prêt à attaquer le roman avec les souvenirs en tête. Bien sûr, cela ne suffit pas à pallier à la lecture du premier tome mais les personnages qui sont très nombreux sont replacés dans leur contexte avec habilité sans qu’aucun ne soit oublié.

En parlant des personnages, on retrouve quasiment tous ceux que l’on avait aperçus dans le premier tome et de nouveaux s’ajoutent. Ils sont donc très nombreux, certains sont moins développés que d’autres, mais ils sont tous très intéressants. Je les ai trouvés pour la plupart très attachants. J’ai toujours un petit faible pour le héros Indiana. Depuis sa première aventure, j’ai l’impression qu’il a gagné en expérience mais aussi en force physique. Il est toujours aussi intelligent et ce trait est encore bien mis en avant dans ce tome-ci (à croire que son clan ne pourrait rien faire sans lui). Musclé, fort, agile…il ne semble plus si inférieur que ça aux loups-garous. On pourrait croire que ce portrait en fait de lui un héros caricaturé mais absolument pas. On s’attache facilement à lui et ce côté est introduit sans en faire trop. Indiana est aussi très courageux et prêt à tout par amour pour Katerina. Leur relation a bien évolué, même un peu trop rapidement voire irréaliste à mon goût. Katerina était un personnage que je n’avais pas vraiment apprécié dans le premier tome mais elle m’est ici apparue plus intéressante. Elle a du tempérament et sait se battre pour ce qu’elle veut. En ce qui concerne les autres personnages, j’apprécie encore plus le semi Axel.

Une nouvelle race est mise à l’avant dans ce tome : les vampires. Sophie-Audouin Mamikonian créé sa propre mythologie en liant l’apparition des vampires au roi Arthur. Son fils Mordred qu’il a eu avec Morgane est mort avant d’être né et il a ensuite créé la race des vampires, engendrant des descendants. Je ne suis pas spécialement convaincue par cette explication mais elle a le mérite d’être originale. Par ailleurs, l’auteure renouvelle aussi quelques aspects du mythe du vampire. Par exemple, à ce qui peut faire figure d’envoûtement ou d’hypnose, elle donne le nom de Charisme. Les vampires peuvent grâce à cette faculté occulter leur présence ou apparaître autrement. Une vampire est particulièrement mis en avant. Il s’agit d’une SangVol, pour faire simple née de l’union entre un vampire et une humaine, dénommée Annabelle. Très puissante, très belle, elle aidera notre héros dans ses aventures. J’aime particulièrement sa relation avec Axel, tous les deux étant attirés l’un par l’autre. Un autre vampire qui m’a plu est Erick, chirurgien travaillant avec Annabelle. Les vampires travaillent en équipe, chacun à un rôle à jouer et s’y tient parfaitement. Erick m’apparaît comme un personnage amusé par des situations pas toujours drôles mais aussi quelqu’un de très sérieux sur qui on peut compter. J’espère en savoir plus sur d’autres races dans le tome 3. Les fées m’intriguent particulièrement.

Je ne m’attarderai pas sur l’intrigue car de nombreuses choses se passent et il m’est impossible d’en parler sans spoiler. Plusieurs intrigues s’entrecroisent, il y a beaucoup d’actions et de rebondissements qui s’enchaînent rapidement. Pas le temps de souffler un seul instant ! J’ai parfois été surprise par certaines révélations. Le scénario est vraiment bien construit. Un seul détail peut-être : le pouvoir de rebrousse-temps de Indiana n’est que peu utilisé et quand il est, il apparaît vraiment au bon moment. C’est un pouvoir qu’il ne peut pas contrôler mais c’est toujours quand il en a besoin qu’il est là. J’espère que le prochain tome sera un peu plus axé sur ce pouvoir.

En ce qui concerne le style, il est très agréable. La narration se fait à la première personne créant ainsi une proximité avec Indiana. Par ailleurs, le héros est pourvu d’un grand sens de l’humour, parfois avec de mauvais jeux de mots, qui se transcrit dans la narration. De nombreuses références télévisuelles et littéraires que le lecteur ne pourra s’empêcher de remarquer ponctue le roman. Cela peut paraître trop mais je pense que c’est fait exprès et c’est aussi ainsi que c’est drôle. J’ai aussi trouvé que ce tome-ci était moins jeunesse que le précédent avec plus de dangers et moins de choses épargnées au héros. Un dernier détail qui m’a dérangé est comment les relations sont construites dans le clan des loups-garous. Tout est affaire de politique, même l’amour, et il est parfois dur de ne voir nulle trace d’affection entre parents.

En résumé :

Un deuxième tome aussi réussi que le premier ! Un scénario original et bien construit, beaucoup de rebondissements et un héros qu’on ne peut s’empêcher d’aimer, tout ça avec une narration pleine d’humour.

Commander ce livre ?

Liens : Site de Indiana TellerBlog de Sophie Audouin-Mamikonian

Fantasy & Fantastique

« Putain, vous allez me le donner mon niveau »

Le Donjon de Naheulbeuk ; Tome 1 : La Couette de l’Oubli de John Lang

Editions J’ai lu – 377 Pages
Mars 2011 – 7,60 €

Quatrième de couverture :

Jouez hautbois, résonnez trompettes, les héros du Donjon de Naheulbeuk reprennent du service ! Ils se croyaient sortis d’affaire après avoir rempli leur contrat…que nenni ! En rapportant à leur commanditaire, le sorcier Gontran Théogal, la douzième statuette de Gladeulfeurha, ils ont œuvré à leur insu pour l’avènement de Dlul, le dieu du sommeil et de l’ennui, qui menace d’engloutir le monde dans la Grande Couette de l’Oubli Éternel. Il va bien falloir que quelqu’un s’y colle, mais entre les guerres de religion qui agitent les terres de Fhang, les objectifs incertains des Oracles et le déplorable humour nain, ça s’annonce compliqué !

Avis personnel :

Le Donjon de Naheulbeuk est une aventure commencée en MP3. J’ai adoré cette série qui est vraiment très drôle et je ne peux que vous la conseiller ! Le format MP3 offre des possibilités variées toutes finement exploitées : des voix très spécifiques aux personnages et correspondant parfaitement à leurs caractères, des bruitages et intonations très réussies et des situations plus cocasses les unes que les autres ! Je me demandais comment ça allait être retranscrit en roman et le résultat me laisse un avis mitigé. L’ambiance humoristique propre au MP3 ne se retrouve pas dans le roman qui est parfois plutôt lourd.

La lecture du début du roman a été plus difficile. Cela s’est amélioré le temps que je m’habitue au style de l’auteur. J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de digressions inutiles, qui n’apportent rien à l’histoire et ne m’ont pas fait rire. De plus, la narration est parfois pesante. Il y a entre autre de nombreuses répétitions stylistiques. Le fait d’indiquer à chaque fois quel personnage parle est aussi ennuyant, avec tous les différents noms revenant sans cesse. Par contre, j’ai apprécié d’avoir les différentes pensées des personnages à l’intérieur des chapitres sous l’appellation « Bulletin cérébral ». Il y a de nombreux jeux de mots – beaucoup trop – et ils ne m’ont pas vraiment fait rire. Certaines situations sont amusantes mais il y a trop d’éléments faisant surenchère que cela en devient vite très lourd.

Ce que j’ai apprécié de retrouver, ce sont les personnages. Ils sont comme dans la série MP3, toujours aussi déjantés et particuliers. Notre troupe est ainsi composée du Ranger, le pseudo-chef du groupe, de l’Elfe, toujours aussi peu intelligente, du Nain ne pouvant pas la supporter, de la Magicienne avec ses livres, du Barbare, rustre et voulant une meilleure épée, et de l’Ogre, toujours aussi causant. Ils sont aussi incompétents et chanceux que dans leur première aventure. A ces personnages s’en ajoutent de nombreux, adjuvants ou opposants, que nous suivons aussi dans leurs péripéties. Ainsi nous pouvons savoir ce qui arrive aux différents cultistes (différents groupes vouent un culte au Dieu du Sommeil), à des assassins, à des informateurs ou encore à de simples paysans. Trop d’informations éparpillées n’aident pas à fixer l’action. Les exploits de notre troupe de valeureux aventuriers sont tous comptés et plutôt plaisants à suivre mais se perdent parfois dans la masse d’histoires racontées.

Les actions s’enchaînent les uns à la suite des autres sans avoir le temps de souffler. L’intrigue est abordable et les aventures plutôt sympathiques mais l’humour est parfois trop lourd pour que ce soit vraiment drôle. Il y a aussi de nombreuses références intertextuelles qui sont plutôt amusantes. Par exemple, l’Elfe a obtenu des conseils de son cousin Legolas. Un dernier point m’ayant plu est que les situations RPG sont bien ressenties aux travers des différents combats ou encore des armes à acheter.

En résumé :

La série MP3 est bien plus drôle que le roman, c’est certain. Toutefois, malgré une certaine lourdeur, cela reste plaisant de suivre les aventures de nos aventuriers.

Commander ce livre ?

Challenge : Participation au challenge Magie et Sorcellerie Littéraires.

Lien : Site de l’auteur où vous pourrez trouver les MP3.

Fantasy & Fantastique

A comme Association ; Tome 6 : Ce qui dort dans la nuit de Erik L’Homme

A comme Association ; Tome 6 : Ce qui dort dans la nuit de Erik L’Homme

Editions Gallimard Jeunesse et Rageot Editeur
Octobre 2011 – 207 Pages – 9,90 €

Quatrième de couverture :

Prénom : Jasper
Âge : 15 ans
Description : grand, maigre, peau blafarde et yeux charbon
Profession : Agent stagiaire à l’Association et lycéen (à ses heures perdues)
Signes particuliers : pratique la magie et joue de la cornemuse dans un groupe de rock médiéval
Aime : les mauvais jeux de mots, Donjons et Dragons, l’Agent stagiaire Ombe
Mission : traquer un dangereux chamane et voler au secours d’une demoiselle en détresse

Erik L’Homme :

Erik L’Homme est né il y a une quarantaine d’années dans les montagnes du Dauphiné. Une enfance drômoise, au contact de la nature et des livres, lui a donné le goût des escapades en tout genre. Parti sur les traces des héros de ses lectures, bourlingueurs et poètes, ses pas l’ont entraîné aux portes de l’Asie centrale, sur la piste de l’homme sauvage, et jusqu’aux Philippines, à la recherche d’un trésor fabuleux. De retour en France, il a entrepris la rédaction d’une thèse de doctorat d’Histoire et civilisation. Il a ensuite travaillé comme journaliste dans le domaine de l’environnement. Le succès de ses romans pour la jeunesse lui a permis de vivre de sa plume et de partager son temps entre l’écriture, les voyages et les longues marches. C’est en 2008, un soir de décembre, que Pierre Bottero et lui ont imaginé une série fantastique dont ils signeraient alternativement les livres. A comme Association était né.

Avis personnel :

Comme d’habitude, si vous ne connaissez pas cette série, ne lisez pas cet article. Je vous invite à consulter mes chroniques sur le tome 1 et le tome 2 pour vous inciter à lire cette série géniale ! J’avais adoré le tome 5 qui était bouleversant. Il se terminait en laissant au lecteur plein d’interrogations. Je pensais que ce tome allait au moins répondre à certaines mais il pose encore plus de questions. J’avoue avoir été déçue par ce tome-ci de ce point-là, il ne se passe pas grand-chose au niveau de l’intrigue principale, mais cela reste un tome très sympa pour une série excellente !

Dans le dernier tome, le lecteur était confronté à la mort d’Ombe et se posait des questions quant à son devenir. Elle vit désormais au travers de Jasper. Une part d’Ombe semble avoir été aspirée par Jasper et elle apparaît quand bon lui semble, souvent dans les moments auxquels Jasper ne l’attend pas. Ils se livrent alors à un dialogue silencieux, partageant leurs pensées. Enfin, Ombe sait tout ce que Jasper pense tandis qu’il ne peut l’entendre que quand elle le décide. Il a par ailleurs absorbé les capacités étonnantes d’Ombe mais semble ne pas s’en être aperçu pour le moment.

Comme dans le tome précédent, il y a plusieurs points de vue. Mademoiselle Rose prend encore plus d’importance. On découvre où elle habite ainsi qu’une partie de sa personnalité et de ses pouvoirs. D’ailleurs, elle possède un miroir assez particulier avec lequel elle discute. On s’attendrait presque à ce qu’elle lui demande : « Miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle. ». Jasper est toujours le héros principal de l’histoire et c’est lui que le lecteur suit. Le livre est toutefois entrecoupé de chapitres portant sur les pensées de Jasper, sur des chansons, sur des notes de Jasper, sur des réflexions philosophiques ainsi que sur des rêves bien mystérieux. Le roman commence du reste par une révélation étonnante mais rien ne se passe tout au long du roman. J’attendais réellement une explication à ce moment mais absolument rien, comme si rien ne s’était passé. C’est quelque chose qui m’a dérangé et que j’aurais préféré ne pas trouver de suite. Ces chapitres coupent parfois trop la narration mais c’est toujours un plaisir d’avoir quelques petites notes sur les personnages.

Les personnages aperçus dans le tome précédent prennent plus d’importance. Jules continue ses missions d’observation et d’être le témoin de Mademoiselle Rose. Nina est une jeune fille très mignonne qui va s’attacher à Jasper. Ce dernier va voler au secours de la demoiselle en détresse mais il ne sait plus très bien où il en est avec toutes ces jolies femelles tournant autour de lui – n’oublions pas la trolle Aglaë ! Un autre personnage que nous avions aperçu refait son apparition mais transformé : Fafnir. Il acquiert une plus grande importance et je me suis prise d’affection pour ce petit être créé par Jasper. Ce dernier éprouve pour lui un réel attachement.

C’est qui le plus fort ? C’est qui le plus beau ? C’est mon étincelant dragon qui voit-au-loin ! C’est Fafnir !

Quant à l’intrigue, j’attendais toujours qu’il se passe quelque chose de plus important ainsi que des révélations mais non, encore plus de mystère. Un nouveau personnage très énigmatique fait son apparition et semble être très puissant. Jasper va suivre ce chamane pour savoir ses intentions et se retrouvera dans des situations plutôt difficiles. Les actions s’enchaînent les unes à la suite des autres, le lecteur n’a pas le temps de souffler. Ce tome est plus sombre que les précédents et Jasper a gagné de la maturité depuis le premier tome. Pourtant il ne s’est écoulé qu’un court laps de temps, environ deux semaines, depuis la première aventure de Jasper avec le vampire Fabio.

Le style de l’auteur est toujours aussi agréable. L’écriture est très poétique, particulièrement lorsque Jasper fabrique des sorts. Les jeux de mots sont moins présents mais l’adolescent est toujours doté d’un humour particulier qui n’est pas toujours signalé. De nombreuses références intertextuelles parsèment le roman.

Ce sixième tome se dévore aussi rapidement que les autres mais au lieu de répondre aux nombreuses interrogations présentes, il pose encore plus de questions ! Le prologue est très mystérieux et ce nouveau narrateur est intriguant. J’espère que le prochain tome nous livrera quelques éléments de réponse. Et la fin de ce roman…elle peut se résumer en quelques mots : Argh ! Ca ne peut pas se terminer comme ça ! Je veux la suite !

En résumé :

Un livre aussi captivant que les tomes précédents. Toutefois, de nouvelles questions s’ajoutent à celles déjà présentes et aucune réponse n’est apportée. J’espère que la suite nous livrera quelques informations.

Commander ce livre ?

Challenge : Participation au challenge Magie et Sorcellerie Littéraires.