Jeux vidéos

Trine 4: The Nightmare Prince

J’ai récemment joué à Trine 4: The Nightmare Prince sur Nintendo Switch. Sorti le 8 octobre 2019, ce jeu vidéo de plates-formes et de réflexion livre une jolie aventure. Je n’ai pas testé les trois jeux précédents mais je le ferai dès que j’en aurai l’occasion tellement j’ai apprécié celui-ci.

Le Prince Selius s’essaie à une magie défendue et réveille ainsi une noirceur étrange qui infiltre ses rêves. En raison de ses dons magiques, les cauchemars du Prince prennent forme dans la réalité et sèment alors le chaos. Si nos héros doivent tout d’abord retrouver le jeune homme qui a simplement fugué, la quête change d’importance lorsque ce dernier se laisse envahir par les ombres de ces cauchemars. Les peurs des habitants du royaume prennent aussi vie dans la réalité. Il va falloir agir vite avant que le monde ne soit entièrement englouti par les cauchemars du Prince Selius ! Heureusement, la mission est confiée aux héros de Trine : Amadeus le Magicien, Pontius le Chevalier et Zoya la Voleuse.

Le jeu est séparé en cinq actes de trois à quatre chapitres. Le premier acte est assez rapide, chaque chapitre appelle un des héros de Trine à la rescousse. Cela permet de les présenter en douceur avant de tous les utiliser en même temps. Dans chaque chapitre, vous devrez résoudre quelques énigmes et mener quelques combats pour pouvoir progresser. Pour cela, il faudra utiliser les compétences de chaque personnage.

Amadeus explore les lieux.

Amadeus peut invoquer des objets magiques qui se diversifient de plus en plus (cube, sphère, planche), les déplacer dans les airs et les superposer. Il peut aussi se téléporter et cela devient très pratique pour franchir les gouffres.

Zoya peut se déplacer facilement avec sa corde, encore plus quand elle peut en manipuler deux. Elle peut se balancer à un crochet en hauteur et accrocher sa corde à deux crochets pour marcher en équilibre dessus. Elle peut aussi soulever des objets grâce une corde spéciale. Ses flèches de feu et de glace sont aussi redoutables, permettant de créer des plateformes sur l’eau, de geler des mécanismes ou encore de griller des ennemis.

Pontius utilise la force, pouvant briser des murs, des sols ou des caisses, et son bouclier est tout intéressant. Avec lui, il peut faire rebondir les rayons du soleil ou de l’eau ainsi que le dédoubler. Plus tard, il lui permettra aussi de voler.

Zoya traverse un gouffre en s’aidant d’une boîte créée par Amadeus.

Les mondes sont de plus en plus longs à parcourir avec des énigmes plus difficiles à résoudre. Ces dernières sont généralement assez faciles mais de temps à autre l’une d’entre elles se révèle plus complexe. Elles mettent en avant les capacités de chaque personnage qui sont complémentaires puisqu’il faut souvent allier les compétences de chacun pour pouvoir progresser. Chacun des héros évoluent au fur et à mesure de l’aventure, développant de nouvelles compétences au moment opportun.

Il est possible de résoudre les énigmes de différentes manières. Par exemple, pour passer au-dessus d’un vide, on peut le faire en utilisant la corde et le grappin de Zoya si des crochets sont disponibles ou créer des boîtes et monter dessus avec Amadeus. De la même manière lorsque les compétences sont regroupées, il est possible de les utiliser de diverses façons. Celles-ci augmentent au fur et à mesure que les compétences des personnages se dévoilent. A chaque joueur de réfléchir et d’utiliser les techniques qu’il préfère ! Pour ma part, j’aime surtout utiliser la téléportation d’Amadeus. Lorsque les gouffres sont très grands, créer une planche, la déplacer au milieu du vide, sauter dessus et rapidement se téléporter de l’autre côté est une technique bien pratique. Cependant il ne faut pas perdre un seul instant pour ne pas tomber dans le vide en même temps que la planche. Excepté la logique de résolution, il peut donc y avoir aussi une part de rapidité voire de chance pour résoudre les énigmes. La précision est aussi de rigueur comme avec des boîtes en équilibre instable pour avoir la plus grande hauteur possible, le personnage qui monte dessus doit donc faire attention pour ne pas les déséquilibrer et tout faire tomber, lui avec.

Zoya

Il est assez facile de prendre en main les différentes compétences mais le contrôle n’est pas toujours aisé. Par exemple, les boîtes rebondissent et changent d’orientation au moindre choc. D’autres fois, il est difficile de sélectionner le bon objet. Certains objets peuvent rester coincer et il faut donc revenir au point de sauvegarde précédent pour pouvoir continuer l’aventure.

Les énigmes sont entrecoupées par quelques combats qui se dérouleront sans accroc. Même le combat final se termine rapidement. La force de Pontius sera un atout en début d’aventure mais qui sera vite remplacée par l’efficacité des flèches de glace de Zoya qui gèlent instantanément l’ennemi. J’avoue que je n’ai pas trop trouvé d’utilité à Amadeus en combat.

Pontius se prépare à défier les cauchemars du Prince.

Chaque chapitre propose trois objets à récupérer : une lettre, un trésor et un colifichet. Ceux-ci sont souvent cachés, il faudra donc faire attention aux moindres recoins pour pouvoir les récupérer. Que ce soit sous l’eau, dans les airs ou derrière des parois, de nombreuses cachettes sont à trouver ! Chaque monde recèle de l’expérience qui permet de gagner des points d’amélioration et de développer de nouvelles compétences. Réussir à tout récupérer demandera donc un temps de jeu non négligeable.

Le jeu est entièrement réalisé en 2,5D. Il est très beau visuellement. Chaque chapitre est l’occasion de découvrir un nouvel environnement. Les différents mondes explorés permettent de mettre à l’écran différentes saisons et ambiances. Que l’histoire se déroule dans un pays enneigé, dans un manoir, dans un jardin ou encore dans une forêt, tout est soigné. Quelques petits ajouts amusants se glissent aussi dans les chapitres tels qu’un bonhomme de neige ou un jeu de loterie. Chaque scène est sublime et certains paysages sont à couper le souffle.

La bande son du jeu est à nouveau composée par Ari Pulkkinen, celui-ci ayant réalisé les musiques des trois premiers jeux de la série. Les musiques sont très variées et adéquates aux diverses situations. Toutes assemblées, elles durent une heure et quarante-cinq minutes. Les musiques d’exploration donnent une impression de féérie tandis que lorsque les combats commencent, elles sont bien plus épiques ! Le jeu est entièrement doublé en français et si les paroles échangées ne sont pas nombreuses, elles sont toujours plaisantes à lire, éclairant sur l’aventure ou étant humoristiques.

Pour conclure, Trine 4: The Nightmare Prince offre une très belle aventure où la réflexion est de mise. L’esthétisme est soigné, avec de sublimes environnements à parcourir, tous très différents les uns des autres. L’histoire est intéressante à suivre et la difficulté croissante des énigmes à résoudre incite à se creuser les méninges. Par ailleurs, les reparcourir avec les nouvelles capacités des protagonistes permet de les résoudre de nouvelles façons et ainsi d’éviter le côté répétitif pour compléter le jeu à 100%.

Il est possible de jouer en mode coopératif, plusieurs joueurs se trouvent ainsi sur l’écran et cela permet de résoudre les énigmes plus facilement sans changer constamment de personnage. Celles-ci s’adaptent aussi apparemment au nombre de joueurs. Si vous possédez le jeu et êtes tenté(e) par une collaboration, n’hésitez pas à me contacter !