Beaux Livres

Les Archives de la magie – Les animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald

lesarchivesdelamagie-lescrimesdegrindelwaldÉditions HarperCollins – 14 Novembre 2018
Texte de Signe Bergstrom
Graphisme de MinaLima
24,5 x 2,5 x 28,7 cm
164 pages – 39,90€

Présentation de l’éditeur :

Bienvenue dans les coulisses du monde magique des sorciers et des créatures de J. K. Rowling. Découvrez en images et en couleurs le livre-compagnon des Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald.

Norbert, Tina, Queenie, et Jacob – que vous avez aimés dans le premier épisode des Animaux fantastiques –, sont enfin de retour ! Ils sont rejoints, dans ce deuxième épisode, par quelques-uns des personnages clés de l’univers de Harry Potter : Albus Dumbledore, Nicolas Flamel, ainsi que l’abominable Gellert Grindelwald. Sous licence officielle de Warner Bros. Consumer Products, ce livre offre aux fans de tous âges une expérience visuelle absolument unique.

Véritable livre-objet, Les archives du monde de la magie illustre avec ingéniosité le face-à-face qui oppose Norbert Dragonneau (accompagné de sa précieuse, joyeuse et pittoresque cohorte, animaux et sorciers confondus) aux forces du mal incarnées par Gellert Grindelwald, l’un des mages noirs les plus puissants au monde. Foisonnant d’anecdotes sur le tournage du film et de récits sur le vif des acteurs et de l’équipe technique et artistique, ce splendide ouvrage en quadrichromie prend la forme de l’un des objets culte du film. On y trouve également, en fac-simile détachable, des reproductions d’accessoires du film, ainsi que des effets visuels très spéciaux. Ce livre est un trésor inestimable pour tout fan de l’univers de J.K. Rowling, mais aussi pour tout concepteur, tout graphiste ou simplement tout mordu de cinéma.

Avis personnel :

J’ai raté le livre de la même collection sur le premier volet de la saga Les animaux fantastiques alors je ne pouvais pas manquer celui-ci ! Comme le premier volume désormais épuisé (une réédition ? T.T), le livre adopte l’apparence d’un objet clef du film, ici le coffre-fort 2703 de la famille Lestrange. Le livre se présente sous la forme d’un grimoire, avec une couverture à rabat aimantée. Dans les tons bleus, bruns et dorés, chaque détail est minutieusement peaufiné comme les pages de garde le montrent avec plein de petits billywigs. Son seul petit défaut est d’être difficilement manipulable vu sa forme ainsi que sa masse. Il vaut donc mieux le lire posé sur un large support.

En 164 pages, le livre aborde le tournage du film avec une présentation des lieux et des personnages ainsi que des objets. Chaque page est magnifiquement illustrée avec des photographies du tournage ou des créations de l’équipe artistique. Le texte présent apporte aussi plein d’informations, que ce soit des détails sur la création du film ou des morceaux d’interviews du casting ou des membres de l’équipe.

Les crimes de Grindelwald est un film plein d’imagination et je pense que cette imagination, qu’elle se traduise sur le papier ou à l’écran a le pouvoir d’adoucir et de transformer nos vies. Elle inspire un bel espoir et suscite l’empathie. A vrai dire, si j’ai appris une chose en jouant Dumbledore, c’est que la compassion est plus forte que n’importe quel sort. Au bout du compte, nous n’avons pas besoin de magie pour agir ensemble au nom de la justice (même si ça peut aider). – Jude Law

Signe Bergstrom a choisi de séparer le livre en six parties distinctes, précédées d’un avant-propos de Jude Law et d’une brève analyse sur le pouvoir du cinéma et les jeux d’ombres et de lumières. Chacune des parties se rapporte à plusieurs personnages et lieux de l’histoire et permet ainsi d’évoquer des détails de création.

Voici le découpage du livre :

  • Le monde de Grindelwald
  • Londres
  • Le monde de Norbert Dragonneau
  • Paris
  • Retour à Poudlard
  • Le final

Par exemple, la partie Londres permet d’aborder le ministère de la magie, les premiers personnages rencontrés là, ainsi que la création de la ville de Londres. Les parties ne sont pas du tout de la même longueur et certains détails pourraient être interchangeables. Le découpage narratif permet surtout de voyager comme les personnages dans l’histoire du film.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En plus des textes et des illustrations, le livre présente des reproductions en fac-similé d’objets du film manipulables tels que la carte du ministère de Norbert (c’est mon favori avec la photo imprimée de façon à le voir comme s’il bougeait réellement), un magazine à scandales, des affiches du crique, une carte postale de Paris, une carte de visité de Nicolas Flamel, etc.

En résumé :

Une magnifique livre fourmillant d’informations sur la création du film Les crimes de Grindelwald.

Publicités