Octobre 2018


En octobre, j’ai lu 26 livres et 59 chapitres de BD asiatiques : 4 romans, 15 albums, 5 BD, 1 manga, 1 beau-livre ainsi que 59 chapitres de webtoon. Je continue à découvrir des albums et à descendre ma PAL albums bien que j’en emprunte beaucoup trop ! Et sinon des services presse ou de l’avancée dans mes séries.

LIVRES LUS :

  • Webtoons :

Des strips drôles à lire :

  • My giant nerd boyfriend de Fishball [12 chapitres]
  • Just for kicks de Josie Fox [4 chapitres]
  • The Beehive de Lollibeepop [3 chapitres]
  • Murrz de Murrz [13 chapitres]
  • Budgie’s Life de Muffin Girl [13 chapitres]

Des histoires très plaisantes à suivre :

  • Soara Academy de Muffin Girl [1 chapitre]
  • Let’s Play de Mongie [5 chapitres]
  • I love Yoo de Quimchee [4 chapitres]
  • Super Secret de eon [3 chapitres]

.

  • Albums :

Raoul : T’aurais pu prévenir avant de partir… de Michel Van Zeveren [Album]

Cet album sous forme de bande-dessinée – ou peut-être est-ce une bande-dessinée ? cependant l’éditeur classe le livre en tant qu’album – est composé de plusieurs planches avec une chronologie linéaire. Le livre permet d’aborder la question du deuil avec les plus jeunes puisque Raoul perd son grand-père et se questionne sur son chagrin, avec des mots réellement prononcés par des enfants.

Capitaine Rosalie de Timothée de Fombelle & Isabelle Arsenault [Album]

Hiver 1917. Rosalie est une petite fille de cinq ans et demi qui reste des journées entières au fond de la classe pendant que sa mère travaille à l’usine. Assise sur un banc dessous les portemanteaux, dessinant dans son cahier, personne ne prête attention à elle. Pourtant elle est en mission secrète. Elle prépare son plan depuis des mois et espionne l’ennemi pendant que les élèves écoutent le maître. Les yeux fixés sur le tableau, écoutant autant que les autres, elle ne perd pas une miette de ce qui se dit en classe. Pendant ce temps, son père leur envoie des nouvelles du front, à elle et à sa mère. D’après elle, il leur parle longuement de ce qui lui manque et des projets qu’il mènera avec eux lorsqu’il reviendra. Il parle très peu du quotidien de la guerre mais quelques illustrations parsèment les lettres. Les lettres se succèdent jusqu’à l’arrivée d’une que la mère de Rosalie ne lui lit pas… Rosalie, sous la plume de Timothée de Fombelle (Tobie Lolness – lu il y a si longtemps !), nous conte son histoire avec une narration simple et efficace. Les phrases s’enchaînent facilement et sont accrocheuses. Pourtant le lexique est loin d’être sommaire. L’histoire est accompagnée de sublimes illustrations d’Isabelle Arsenault où la chevelure flamboyante de Rosalie apporte quelques couleurs à cette ambiance sombre. Le livre est aussi un très bel objet avec une jaquette sur une couverture cartonnée composée d’une illustration de lettres. Les illustrations douces et la plume poétique atténuent ce bouleversant récit.

Je t’écris de Rascal [Album]

Je t’écris est un recueil de lettres d’enfants adressées au Père Noël, à leurs parents, à leurs ami(e)s, à leurs grands-parents, etc. L’album est présenté ainsi : sur la page de gauche se trouvent le texte et un portrait de type esquisse en noir et blanc de l’enfant, et sur la page de droite se dévoile une boîte aux lettres. Les lettres sont tout aussi variées que les boîtes aux lettres, tant par le sujet ou les émotions qu’elles peuvent susciter (tendresse, rire, pleurs…). Les contenants sont de diverses tailles, avec des modèles standards mais aussi des plus fantaisistes comme cette boîte aux lettres en forme de chien. D’autres sont simplement une fente à travers une porte ou un mur. Les différentes techniques d’illustration utilisées permettent de varier les plaisirs.

Au feu les pompiers ! de Tadayoshi Yamamoto [Album]

Le texte est simple, très descriptif, racontant l’intervention d’une caserne de pompiers. Les illustrations sont jolies, les camions de pompiers ressortent beaucoup avec leur rouge identifiable alors que pompiers sont tous semblables. Un livre qui plaira certainement aux petits amateurs de pompiers !

.

Les loups de Emily Gravett [Album]

Encore un album d’Emily Gravett ! Et pour ne pas changer, il est excellent ! Un lapin emprunte un livre sur les loups à la bibliothèque. Il est tellement absorbé dans sa lecture – que de choses intéressantes apprises ! – qu’il ne regarde pas autour de lui et se jette littéralement dans la gueule du loup. La fin n’est pas des plus heureuses (enfin cela dépend pour qui) mais une fin alternative comblera les lecteurs les plus sensibles. Le livre est donc construit sur une mise en abyme avec l’histoire du lapin qui lit un livre ainsi que l’histoire de l’album (et on peut bien sûr ajouter le lecteur !). Le livre est un bel objet et il présente un contenu interactif comme la carte de bibliothèque du livre emprunté et une lettre de rappel pour retourner le livre (sur une page remplie d’enveloppes non lues…). Les illustrations sont superbes et les pages sont travaillées dans le moindre détail notamment dans les pages de garde.

La vie de Kuma Kuma de Kazue Takahashi [Album]

Dans cet adorable petit album, l’auteur imagine la vie quotidienne de Kuma Kuma. Les phrases courtes et les graphismes doux illustrent les petits bonheurs du quotidien.

.

.

Le problème avec les lapins de Emily Gravett [Album]

Cet album est absolument génial ! Il est basé sur un problème posé par le mathématicien Fibonacci :

Si on pose un couple de lapins dans un champ, combien de lapins aurons-nous :
a) à la fin de chaque mois ?
b) au bout d’un an ?

Avec des conditions :

Le couple de bébés lapins est placé dans le champ le premier mois.
Il devient adulte en un mois.
A partir de l’âge de deux mois, chaque couple donne naissance à deux bébés lapins, un mâle et une femme, chaque mois.
Aucun lapin ne meurt.
Aucun lapin ne tombe malade.
Et AUCUN lapin ne peut sortir du champ !

L’album est présenté sous forme de calendrier à accrocher, avec même le trou de rigueur réalisé dans la couverture ! Le haut du calendrier représente le champ qui se remplit petit à petit de lapins et le bas représente le mois en cours. Les pages du bas sont agrémentés d’illustrations, de tâches à effectuer et diverses choses à manipuler comme un album photo de naissance, une carte de rationnement, un journal papier, etc. Chaque double-page est complémentaire et les mois qui défilent prennent en compte le début de l’histoire. L’album est très réussi et en plus, il est très drôle !

Caméléon bleu de Emily Gravett [Album]

Oui, encore un album d’Emily Gravett ! Celui-ci est plus simple que les précédents mais n’en reste pas moins sympathique. Caméléon bleu est seul dans la vie et il s’ennuie. Il décide alors d’imiter tout ce qu’il rencontre en espérant se faire un ami : banane jaune, chaussette rayée, page blanche, etc. L’album permet d’aborder les couleurs et la notion d’amitié. Les illustrations sont chouettes avec le caméléon prenant des poses pour ressembler à ce qu’il imite. J’ai particulièrement aimé celle en relief de la page blanche.

C’est le printemps de Taro Gomi [Album]

Le cycle du temps est présenté de manière originale avec la robe blanche d’une vache représentant l’hiver qui se pare de taches brunes puisque la neige fond. Au fur et à mesure de l’avancée des saisons, la vache disparaît pour offrir un paysage différent et elle réapparaît seulement à la fin.

.

Grand de Jez Alborough [Album]

Un chouette album mettant en scène un petit singe qui aimerait bien être plus grand. Heureusement, ses compagnons de la jungle jouent le jeu. Devant son air attristé, chacun l’aide à être plus grand que les autres. La chute finale (!) fait sourire.

Le grand livre des bêtes de Emily Gravett [Album]

Quand une guêpe surgit, on distingue deux bruits, d’abord le sien, elle vrombit, puis celui de sa victime qui crie : AÏE !

Une petite souris s’infiltre dans le grand livre des bêtes. Munie de son pinceau et de sa palette de peinture, elle réinvente chaque page explicative pour rendre moins effrayants tous les animaux sauvages qu’elle croise. Elle ajoute de la couleur et des dessins, déchiquette quelques morceaux de pages au besoin, et donne aussi quelques astuces. Par exemple, sur la page de la guêpe, elle ajoute de la confiture pour les attirer et se munit d’un journal pour se protéger. D’ailleurs, il est possible de jouer avec celui-ci et lorsqu’on le soulève, on peut voir qu’un guêpe a été écrasée. Le tout donne un album très amusant à parcourir en plus d’être interactif.

Le rêve d’Albert de Leo Lionni [Album]

Albert a un rêve : il veut voir le monde. Lorsqu’il visite un musée avec sa classe, il est émerveillé par tous les tableaux qu’il contemple. C’est un bel album rendant hommage à l’art et aux rêves.

.

Une fois encore ! de Emily Gravett [Album]

Dernier album d’Emily Gravett pour ce mois-ci ! Il s’agit ici d’une relecture. J’aime beaucoup cet album qui est très original. J’aime beaucoup la mise en abyme d’une histoire dans une histoire. Un dragon raconte une histoire à son petit au moment d’aller se coucher mais ce dernier réclame encore l’histoire. Et encore. Cette dernière se raccourcit de plus en plus tandis que le dragonneau s’énerve…

Les fantômes, ça existe…ou pas ? de Guido van Genechten [Album]

Un chouette album pour aborder la peur du noir. Un petit pingouin entend du bruit et demande à son père de chasser les fantômes à plusieurs reprises. J’ai particulièrement apprécié les détails sur les illustrations avec les peluches et jouets qui changent à chaque page. Ils dorment et sont réveillés comme le petit, ils sont surpris du bruit, heureux d’être avec des amis, etc. A la fin, certains jouets partent même explorer le monde hors de la chambre.

Un livre, ça sert à quoi ? de Chloé Legeay [Album]

A quoi sert un livre ? Il y a tellement de réponses possibles qui sont explorées à travers les situations vécues par un garçon et sa petite sœur un peu embêtante. Les illustrations sont très réussies, avec plein de détails humoristiques. Certains livres présentent un titre ce qui participe à l’aventure vécue par les enfants.

  • Romans :

Un funambule sur le sable de Gilles Marchand [Roman]

Stradi est différent des autres. Il est né avec un violon dans la tête. Quand j’ai lu la quatrième de couverture, je n’étais pas certaine de la façon de comprendre cette information. Est-ce que c’était une métaphore ou était-ce bien réel ? Et s’il est vrai que le récit parle d’acceptation et de différence, le violon est bel et bien un objet réel. Depuis sa naissance, Stradi souffre de l’incompréhension des personnes qui l’entourent. En apparence, il est tout à fait normal. Cependant il ne peut empêcher son violon d’émettre des sons et le voilà alors catalogué comme quelqu’un de différent. Son quotidien est loin d’être facile. Les médecins ne comprennent pas ce cas isolé et ils lui font subir de nombreux examens jusqu’à ce qu’il devienne adulte. De nombreuses choses lui sont impossibles. Par exemple, il n’a pu aller à l’école qu’à partir de six ans puisque avant il fallait le protéger. S’il est au départ très heureux de cette nouvelle, il va rapidement se rendre compte qu’il va lui être difficile d’être accepté. Et ce sera ainsi durant toute sa vie. Heureusement qu’il pourra compter sur le soutien infaillible de sa famille et de son ami Max qui a une jambe boiteuse.

Stradi a toujours une musique dans sa tête. Son violon l’accompagne à chaque instant de sa vie, dans ses joies comme dans ses peines. L’auteur aborde avec justesse le handicap, qu’il soit visible avec Max ou invisible avec Stradi. Ils se sentent différents des autres par les regards qu’on leur porte. Pourtant Stradi ne le ressent pas ainsi, il essaye juste de trouver sa place dans le monde dans lequel il vit. La narration est fluide et très imagée, partant parfois dans un aspect un peu trop surréaliste (notamment dans la dernière partie). Cela participe à la fantaisie poétique du récit mais j’avoue avoir été quelques fois un peu dubitative sur certains éléments.

600 heures dans la vie extraordinaire d’Edward Stanton de Craig Lancaster [Roman]

Lundi 22 octobre
JE COMMENCE CET AVIS,
il est 14H09 et nous sommes le 295ème jour de l’année. Il semble faire froid et il est prévu que la température minimale soit de 1°C et celle maximale de 18°C. Je n’en aurai tout de fois que la confirmation exacte demain puisque ce ne sont que des prévisions or il est de notoriété publique qu’elles ne sont pas fiables. Je préfère les faits. Comme la température d’hier, dimanche 21 octobre, 294ème jour de l’année. Elle était de 3,3 °C en minimale et de 18,2 °C en maximale.
Je viens de partager 600 heures de la vie d’Edward Stanton, homme de trente-neuf ans atteint du syndrome d’Asperger et de troubles obsessionnels compulsifs. Ses journées suivent un rythme régulier : réveil à 7H38 (ou 7H39 voire 7H37, bien que 7H38 soit arrivé deux-cent-vingt-et-une fois depuis le début de l’année), notation de l’heure de son réveil et des températures de la veille pour que ses données soient à jour, activités de la journée, un épisode de sa série préférée à 22H. Cependant son quotidien va être bouleversé par l’arrivée d’une nouvelle voisine, Donna, et de son fils Kyle, qui emménagent juste en face de chez lui. En passant du temps avec eux, il va ouvrir son monde à d’autres personnes. Edward livre ses pensées avec franchise, en partageant ses joies et ses peines.
Craig Lancaster offre à travers son personnage une belle histoire pleine d’émotions.

Le Noël du chat assassin de Anne Fine [Roman]

Ce n’est pas encore trop la période des livres de Noël mais c’était le tome suivant des aventures du chat assassin à lire dans l’optique de finir mes séries. Si Noël est une fête réjouissante pour la majorité des humains, ce n’est pas tout la même chose pour les chats : arbre auquel on ne peut pas grimper, fauteuils confortables pris par les invités, enfants voulant jouer avec eux… Tuffy fait bien entendu des bêtises mais ce n’est absolument pas de sa faute. Faisant preuve de mauvaise foi, il explique au lecteur les mésaventures qui lui arrivent et dont il n’est pas coupable.

Une pièce montée de Blandine Le Callet [Roman]

J’avais beaucoup aimé La ballade de Lila K. de cette autrice et j’avais hâte de découvrir ce roman-ci que j’ai aussi apprécié même si le genre est très différent. Dans ce roman choral se déroulant lors de la célébration d’un mariage, les personnes ne sont pas vraiment ce qu’elles laissent paraître. Toute la cérémonie est millimitrée pour que tout soit parfait mais derrière les belles apparences de ces familles bourgeoises se cachant hypocrisie et faux-semblants. Les points de vue sont variés ce qui fait que certains comportements condamnables peuvent être perçus autrement.

  • Autres :

  

Le donjon de Naheulbeuk [Tomes 14 à 18] de Lang & Poinsot [BD]

J’avoue être moins enthousiaste qu’au début à continuer cette série, l’humour n’est pas toujours à mon goût.

.

Chihayafuru [Tome 25] de Yuki Suetsugu [Manga]

Les matchs de Maître et de Queen se concluent. Ce tome-ci se concentre majoritairement sur le duo masculin éclipsant ainsi le duel Shinobu/Haruka. Je n’avais pas de doute sur le gagnant de ce dernier alors je comprends le choix de l’auteur mais c’est tout de même un peu dommage de ne quasiment rien montrer de leur affrontement. Le docteur Harada et Hisashi Suô livrent une manche palpitante les remettant à égalité pour le titre de Maître. Le docteur Harada rêve de ce titre depuis si longtemps, il déborde de combativité mais est-ce que son corps se montrera aussi endurant que son esprit ? L’histoire personnelle de Hisashi Suô est révélée ce qui permet de le comprendre un peu plus et de voir pourquoi il est si immature. Les matchs sont palpitants et chaque dueliste lutte âprement. Les tenants du titre actuels ne gagnant pas aussi facilement que d’habitude et deviennent un peu plus humains, puisque leurs sentiments sont perçus par le lecteur. Un nouvel arc s’annonce pour notre trio principal : c’est la dernière année de lycée donc une séparation future s’annonce et chacun est déterminé à affronter les maîtres.

The Art of the Hobbit by J.R.R. Tolkien de Hammond & Scull [Beau-livre]

Ce très beau livre regroupe toutes les illustrations réalisées par Tolkien pour Le Hobbit. Les images sont de très bonne qualité et les informations apportées intéressantes.

.

ACQUISITIONS ET PAL :

+ 15 / – 8

acoc18

De nouvelles trouvailles en brocante (les dernières de l’année !) pour la plupart de mes acquisitions ainsi que quelques achats notamment la suite de mes séries mangas.

Publicités