Beaux Livres

« Le Sho est don, personne ne peut le dérober, et il jaillit de toi miraculeusement. »

SHO : Calligraphes de Kyoto de Benoît Rengade et Shingai Tanaka

sho-calligraphes-de-kyoto-Editions Centon
62 Pages – 22 €

Informations :

Tanaka Shingai, maître en calligraphie, est Vice-Président de la Société des Calligraphes de Kyoto (Kyoto Shodo Renmei) qui, avec 600 membres, est l’un des principaux foyers de cet art.

Né en 1942 à Tottori, petite ville portuaire sur la mer du Japon, diplômé de l’Université Doshiha de Kyoto, il a été disciple de Goshin Yasui. Il enseigne son art aux occidentaux à l’école Sho International, qu’il a fondée en 1984, et au Centre Culturel Italo-Asiatique de Milan, où il est invité depuis 1992. Il dirige à Kyoto le centre international d’exposition «Biten» et, en 1994, la mairie lui a confié la direction artistique des cérémonies du Xlle centenaire de la capitale impériale.

La ville de Kyoto a décerné à Tanaka Shingai le prix Art et Culture en 2005.

Benoît Rengade, né en 1968, diplômé de l’Essec, est cadre financier d’un groupe industriel français. Il a été chargé de mission au Consulat Général de France à Osaka, et a suivi, avec son épouse, l’enseignement de Tanaka Shingai.

Avis personnel :

Voici un livre que j’ai eu l’occasion de découvrir grâce à Babelio et aux éditions Centon. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre mais j’ai été agréablement surprise. Ce livre donne beaucoup d’informations sur l’art de la calligraphie mais présente surtout de très belles œuvres. L’objet livre est très bien réalisé : le papier glacé est de bonne qualité et l’impression parfaite, le format est idéal pour le texte et les œuvres.

Le livre est séparé en plusieurs parties :

  • Une introduction présente le rapport des Japonais à leur langue, l’esprit de la culture japonaise et l’origine des caractères qui sont utilisés dans la calligraphie.
  • Une deuxième partie avec les instruments nommés « trésors » du calligraphe : le papier, le pinceau, la pierre et l’encre.
  • La concentration est essentielle pour créer l’œuvre. L’artiste n’a qu’une seule chance, il doit visualiser mentalement ce qu’il veut créer. Il invente un monde nouveau et crée une œuvre vivante.
  • L’achèvement de l’œuvre : une fois l’œuvre terminée, l’artiste applique son sceau personnel, généralement de couleur rouge, qui fait partie intégrante de l’œuvre.
  • Et pour terminer, un petit essai de Shingai Tanaka.

Le Sho – l’art de la calligraphie – nécessite une longue formation mais surtout une grande connaissance de soi. L’ouvrage présente des notions de philosophie et de religion. L’acte créateur montre une véritable technique mais aussi une véritable réflexion sur son geste. L’œuvre réalisée n’est pas le fruit du hasard, chaque élément a été pensé pour donner à l’œuvre une véritable unité.

En résumé :

Un ouvrage très intéressant permettant d’apercevoir ce qu’est le Sho – qui le comprendrait sans pratique ? De très belles œuvres sont aussi exposées.

Commander ce livre ?

Bonus :

Kokoro (le cœur) de Tanaka Shingai, 1995, 117*68cm

Kokoro-tensho