Mangas, Manwhas, etc

« Nous allons nous aimer. »

Larme ultime [Tome 1] de Shin Takahashi

larme_ultime_01Titre original : Saishu Heiki Kanojo – Saikano
Editions Delcourt – Seinen
Série terminée en 7 tomes
Editeur VO : Shôgakukan
Prépublication : Big Comic Spirits

Avis personnel :

Attention, œuvre magistrale ! Les mots me manquent pour exprimer mon ressenti face à ce manga. Il nous prend aux tripes. Le lecteur vit la violence de la guerre et des sentiments des personnages. Il ne peut qu’espérer au bonheur de ces êtres en voyant le monde qui se déchire et les héros qui tentent de vivre leur amour. Impossible de ne pas pleurer, impossible de ne pas aimer, ce manga est sans conteste un de mes gros coups cœur de l’année 2012.

Shûji et Chise sont deux adolescents comme les autres, vivant dans une petite ville paisible nommée Sapporo. Shûji est un jeune homme à l’apparence un peu froide, doué pour l’athlétisme mais maladroit dans ses mots. Il ne sait jamais comment s’adresser à sa petite amie Chise. Cette dernière est une fille un peu naïve, n’ayant pas de très bonnes notes, gentille mais faible, et qui s’excuse sans cesse. Elle voulait prouver à elle-même et aux autres qu’elle pouvait avoir un petit ami, c’est donc pour cela qu’elle a abordé Shûji. Tous les deux ne savent pas comment se parler au début mais ils apprennent à se découvrir et à s’apprécier petit à petit.

Tout serait idéal si la guerre ne s’en mêlait pas. Au cours d’un raid aérien meurtrier, Shûji découvre sa petite amie, debout au milieu des ruines, une arme à la place de son bras droit et des ailes métalliques qui lui sortent du dos. Chise est devenue l’arme ultime au service de l’armée japonaise… Chise est désormais mi-humaine mi-arme, cette dernière grandissant sans cesse et semblant prendre de plus en plus de place. Elle ne peut pas toujours contrôler son corps qui est devenu une arme.

Chise et Shûji vont continuer à s’aimer et à se découvrir à travers un journal intime commun. Mais cela ne sera plus jamais comme avant. Chise est une arme destructive, elle doit tuer sans relâche. Mais c’est aussi une jeune fille avec des sentiments. La violence de la guerre est montrée à travers les actes de Chise mais aussi au travers d’autres personnages. Après le raid à Sapporo, la vie a repris son cours normal, personne ne parlant de ce qui s’est passé. Sauf que cela est arrivé. Qu’il y a eu des milliers de morts ainsi que des blessés. Qu’ils sont dans l’entourage des protagonistes (un ami de Shûji est devenu malentendant par exemple). C’est violent. C’est tragique. Cela semble si réel malgré le côté fantastisque.

Ce côté dramatique de l’histoire est aussi renforcé par une narration et des dialogues poignants. Le journal intime permet de découvrir les sentiments de Chise puisque ceux-ci sont rarement abordés à voix haute. C’est aussi Shûji qui nous raconte les événements, ses pensées structurant le manga. C’est rare que je voie un personnage masculin raconter l’histoire, c’est vraiment intéressant.

Les dessins sont en total accord avec l’histoire. Les traits sont plutôt simples, figurant un monde assez adulte malgré quelques scènes adolescentes qui tentent de dédramatiser un peu l’ensemble. Les personnages donnent une impression d’être dessiné rapidement mais cela correspond vraiment bien à l’ambiance. Par contre, je n’aime pas  les personnages, surtout Shûji, lorsqu’ils sont de profil. On dirait qu’ils sont très difformes. En ce qui concerne les paysages et le mechanical design, tout est précis et bien dessiné. Il y a parfois beaucoup de narration (journal intime par exemple) mais d’autres fois, les images se passent parfaitement de texte.

En résumé :

Shin Takahashi offre un manga d’exception. La guerre côtoie la vie quotidienne d’adolescents, elle touche de plus près Chise et Shûji vu que cette dernière est l’Arme Ultime. L’univers est sombre mais des touches de rire et d’espoir sont apportées. En somme, que d’émotions avec le dernier chant d’amour sur cette petite planète.

Commander ce manga ?