Young-Adult

« Comprendre ce que nous sommes, c’est difficile. »

Voyage à trois de Deborah Gambetta

voyageatroisTitre original : Viaggio di maturità
Editions Gallimard – 221 Pages
Collection Scripto – 2002 – 9 €
Traduit de l’italien par Diane Ménard

Quatrième de couverture :

Leo, Becco et Alex ont passé leur bac, les vacances peuvent commencer. Mais pour Alex, elles se présentent plutôt mal. Son amie vient de le quitter d’un laconique « je ne t’aime plus ». Blessé, refusant cette séparation, il part, sur un coup de tête, la retrouver. Leo et Becco proposent de l’accompagner. Tous trois prennent la route, dans la chaleur écrasante de l’été, pour un voyage à travers l’Italie. De disputes en confidences, de rencontres en incidents, le trajet prend vite une autre dimension… Leurs dix-huit ans, leur amitié, intense et belle, cet été-là, ils ne pourront jamais les oublier.

Avis personnel :

Ce livre, je l’ai découvert il y a des années. Il m’avait beaucoup marqué à l’époque et cette relecture m’a offert le même plaisir. La collection Scripto de Gallimard me plaît énormément, elle propose des romans percutants avec des thèmes très variés.

Alex, Becco et Leo sont trois adolescents de dix-huit ans venant de réussir leur examen. Se connaissant depuis cinq ans, ils sont amis. Du moins, c’est ce qu’ils pensaient avant ce voyage. Au cours de celui-ci, ils vont se découvrir réellement, se confier leurs peines et leurs joies, devenir en somme de vrais amis. Alex, le protagoniste, est aussi le narrateur de cette histoire. Tout part de lui. Sa copine l’a quittée sans explication, il décide alors de parcourir l’Italie pour aller la rejoindre. Becco et Leo se proposent de l’accompagner…

Car certains moments, dans la vie, laissent une marque. Et ce qui s’est passé, cet été-là, nous ne pourrions plus jamais l’oublier.

Alex est un jeune homme solitaire. Son père est décédé quand il avait huit ans, il a grandi avec sa mère qui s’est renfermée sur elle-même. Il analyse les sensations qu’il éprouve tout au long du voyage et nous lisons ses pensées. Il ne sait pas toujours comment se rapprocher de Leo et Becco mais ils se ressemblent : ils sont tous solitaires d’une certaine façon. Leo vient d’une famille riche, beau, prenant soin de son apparence, populaire avec les filles, il cache en réalité un manque d’amour familial. Becco, maigre, grand et pâle, est passionné de littérature. Toujours plongé dans ses livres ou dans ses écrits, il apparaît comme quelqu’un de calme. Becco et Leo sont constamment en train de se disputer mais ils s’apprécient en réalité énormément, l’avis de l’un comme de l’autre étant très important.

Au cours de ce voyage qui devait être très rapide mais qui s’éternisera (un petit détour à la plage, une panne de voiture dans un village perdu…), Leo, Alex et Becco vont partager leurs secrets et apprendre à se connaître mais ils vont aussi grandir. La narration est très belle, très imagée. Les phrases sont généralement courtes, avec beaucoup de métaphores. Elles deviennent plus longues quand les sentiments des personnages sont plus complexes. Le lecteur vit pleinement l’histoire avec les personnages.

En résumé :

Un très beau roman sur la quête de soi et la valeur de l’amitié.

Commander ce livre ?

Mangas, Manwhas, etc

« Nous avons seulement un club de garçons. »

My lovely hockey club de Ai Morinaga

my-lovely-hockey-club-pika-1Titre original : Gokuraku Seishun Hockey Club
Editions Pika – Shôjo
Série terminée en 14 tomes
12 tomes parus en France
Editeur VO : Kôdansha
Prépublication : Bessatsu Friend

Avis personnel :

Hana Suzuki n’a que deux passions dans la vie : dormir et manger. Afin de dormir plus longtemps chaque matin, elle a travaillé d’arrache-pied (et on a l’impression qu’elle a grillé toutes ses capacités depuis) pour pouvoir entrer dans le lycée prestigieux se trouvant à trois minutes de chez elle. Mais lors de sa rentrée, elle heurte la voiture d’Izumi Oda, fils de bonne famille, et surtout capitaine de club de hockey sur gazon du lycée. Si elle ne rejoint pas son club, il menace de lui faire payer les réparations. Se voyant obligée d’accepter, Hana rejoint ce club particulier et son équipe entièrement composée de garçons. Eh oui, c’est un club seulement réservé aux garçons mais comme Hana n’est guère féminine, elle se fera passer pour un garçon lors des compétitions. Sauf qu’il n’y en a aura jamais réellement une… A travers les 14 tomes de ce manga, il n’y aura aucun match mais seulement quelques tentatives (cinq ou six) qui seront toutes ruinées. Ce n’est pas un manga sur le sport même s’il y a des entraînements et des explications sur le hockey sur gazon.

Mais alors s’il n’y a pas de match, que fait ce club ? Etant tous des garçons plutôt riches, ils profitent du club pour pouvoir voyager tranquillement pendant le temps scolaire (on ne voit quasiment aucune scène en classe). Ils vont faire le tour des sources chaudes du Japon et goûter aux nourritures régionales ce qui n’est absolument pas pour déplaire à Hana. D’abord réticente à rejoindre ce club (son temps de sommeil va diminuer !), le programme lui paraît alléchant. De toute façon, elle n’a guère le choix avec Izumi. Les héros passent donc la plupart de leur temps à voyager et s’amuser. Il y a quelques séances d’entraînement éreintantes et des tentatives de matchs avec la rencontre d’autres équipes mais rien n’arrive. Il y a aussi beaucoup d’histoires un peu bizarres et le surnaturel intervient à plusieurs reprises. Les animaux (ou créatures surnaturelles) ont aussi une place importante et un caractère très particulier.

Hana
Hana

En ce qui concerne les personnages, il y a notre héroïne Hana qui passe son temps à dormir en toute situation. Peu féminine, plutôt plate, elle est la proie des remarques incessantes d’Izumi. Ces derniers se retrouvent souvent dans des situations compromettantes. Izumi lui ressemble d’ailleurs beaucoup. Il aime manger et dormir bien que cela soit un peu moins prononcé. Il est toujours d’humeur joviale et réalise tous ses désirs, même les plus saugrenus. Il est très protecteur envers Hana mais il ne reconnaît pas les sentiments qu’il a pour elle. Son ami d’enfance, Takashi, est extrêmement protecteur envers lui. Il considère Izumi comme son petit frère et fait tout ce qui est en son pouvoir pour le rendre heureux. Le club est aussi constitué de deux jumeaux, Kinta et Ginta, qu’il est difficile différencier. Toujours ensemble, leur personnalité ne se démarque pas vraiment et ils sont rarement mis en avant. Et pour terminer, le dernier membre du club, est Natsuki. Très beau, il est souvent pris pour une fille, mais c’est certainement le personnage le plus masculin. Il est très proche d’Hana et décide de la conquérir quand Izumi ne fera rien.

L’histoire d’amour ne se réalise que dans les deux derniers tomes et je n’ai guère apprécié le parti pris par l’auteur. Natsuki apparaît comme manipulateur tandis qu’Hana et Izumi ne savent pas souvent quoi faire. Enfin, tout se résout mais la fin est un peu précipitée sans qu’il y ait eu beaucoup d’avancée. Les dessins sont plutôt simples mais jolis. Les traits sont plus marqués au niveau des visages, ce qui renforce les expressions ; j’aime particulièrement le rendu. Les dessins alternent entre effets réaliste et comique selon la situation. En bref, un manga totalement décalé.

 

Mangas, Manwhas, etc

You can’t disappear from me

Romantic Obsession de Saki Aikawa

Romantic-Obsession-1-soleil romantic-obsession-4-soleil

Titre original : Boku Kara Kimi ga Kienai
Editions Soleil – Shôjo
Série terminée en 4 tomes
Editeur VO : Shôgakukan
Prépublication : Shô-comi

Avis personnel :

Après avoir lu quelques nouvelles de Saki Aikawa, j’avais envie de la découvrir dans une série un peu plus longue. Le style de dessin reste similaire mais l’histoire a pu se développer un peu plus (bien qu’à mon sens la fin est trop abrupte). Ce manga est un shôjo traditionnel sympathique à lire.

Hotaru est une jeune fille qui est tombée amoureuse d’un homme qui l’a sauvée il y a deux ans. Après avoir appris qui c’était, elle a travaillé sérieusement pour rejoindre l’école où il enseigne. Ce dernier, Yukako Haruna est un professeur très populaire. Il a un frère, Kôsuke, qui semble quant à lui s’intéresser à Hotaru… Les sentiments de la jeune fille vont se développer dans les premiers tomes mais elle va rapidement se rapprocher de Kôsuke.

Le triangle amoureux n’a pas réellement de sens. En effet, le manga se termine avant que Yukako se rapproche suffisamment d’Hotaru… Mais sinon la romance entre Kôsuke et Hotaru est mignonne à suivre. Il y a quelques rebondissements avec des amies jalouses, d’ex-copines qui surgissent, l’amour d’Hotaru pour le frère de Kôsuke… mais tout est bien qui finit bien. D’ailleurs, cette fin est un peu précipitée. Les deux derniers chapitres apportent une conclusion à l’intrigue amoureuse mais beaucoup de choses auraient pu être développées.

En ce qui concerne les dessins, ceux-ci sont très agréables. Les traits sont similaires aux dessins des couvertures bien qu’un peu plus simples. Les visages pourraient être par exemple un peu plus enrichis mais cela reste tout à fait convenable.

Commander ce manga ?