« Lire est un voyage. »

Les éveilleurs ; Tome 1 : Salicande de Pauline Alphen

Quand l’écriture est un voyage.
Quand le voyage est écriture.
Quand les frontières sont abolies.
Non pas pour faire naître le chaos.
Mais pour éveiller…

Editions Le livre de poche – 519 Pages
Juillet 2012 – 6,90 €

Quatrième de couverture :

« Nous avions trois lunées, mon frère et moi, lorsque notre mère a disparu. S’il est vrai que la vie connaît des carrefours, celui-là en est un. Nous avons grandi sans elle mais entourés d’amour, dans notre vallée protégée de Salicande. Nous ne savions rien des Temps d’Avant, rien de la Grande Catastrophe ni des objets interdits. Rien de nos dons étranges. »
Carnets de Claris, extraits in Archives de la Guilde des Nomades de l’Écriture.

Avis personnel :

Tout d’abord, merci à Livraddict et Hachette qui m’ont permis de découvrir ce livre. Le début de lecture a été un peu difficile mais passées les cent premières pages, j’ai été happée par ce roman.

L’histoire se passe au 23ème siècle, dans un contexte post-apocalyptique. Le monde était séparé entre Nantis et non-Nantis, la planète a été exploitée à son maximum et la Nature a été détruite par l’Homme. Après la Grande Catastrophe, les survivants se sont installés en petites communautés. La colonie fondée par Jors s’est basée à Salicande. Il a renié le Temps d’Avant, toute allusion était interdite. Passé tabou, les technologies ont été bannies. Les habitants vivent dans des conditions moyenâgeuses (armes d’époques telles que l’épée et l’arc, agriculture très importante, etc) mais toute personne est placée au même rang dans la communauté. Même s’il y a un Duc qui a certaines responsabilités, il participe autant que les autres aux tâches. De plus, tout le monde peut recevoir une éducation. Celle-ci est basée sur les matières scientifiques et littéraires mais aussi sur le combat.

L’intrigue est difficile à définir car ce premier livre est plutôt un tome de présentation. Le passé est découvert petit à petit au travers de Claris et Jad mais aussi avec les autres personnages. La seule véritable scène d’action se passe dans le dernier chapitre qui se termine sur un cliffhanger. C’est un peu dommage car la scène en elle-même est un peu compliquée et elle est coupée vraiment brusquement.

Les personnages sont très nombreux et tous très intéressants. Une page au début du livre récapitule tous les personnages en indiquant leur fonction et leurs relations avec les autres. Il aurait été plus judicieux de la placer en fin du livre car elle révèle quelques informations que l’on aurait pu découvrir tranquillement au cours de la lecture. Les deux protagonistes sont jumeaux : Jad et Claris. Ils ont une relation très particulière et se complètent. Claris est une jeune fille pleine de vie, toujours prête à se battre mais aimant aussi dévorer des livres. Elle semble parfois vivre pour Jad qui ne doit pas pratiquer d’activités physiques ayant une malformation cardiaque. Ce dernier se réfugie dans l’Unir (sorte de yoga) pour entre autre contrôler sa respiration et revenir sur Terre. En effet, il fait des rêves qui l’emportent loin de son corps. Au Temps d’Avant, de nombreuses personnages étant dotées de pouvoirs psychiques, appelés dons parapsys, mais tout comme de nombreuses choses bannies, cela a été oublié.

La narration alterne différentes focalisations. Le lecteur suit bien entendu Jad et Claris, ensemble ou séparément, mais aussi les autres personnages. Eden est le père des jumeaux. A la disparation de sa femme, il s’est replié sur lui-même. Il y a aussi Chandra, nourrice des jumeaux et mère d’Ugh, frère de lait des jumeaux et compagnon de leurs aventures. Blaise, dit le Mandarin, d’un âge indéterminé, connaît beaucoup de choses et communique avec la Nature. Et il y a surtout la famille Borges, Bahir, Maya et leurs filles Jwel, Deli et Ellel. Famille unie, pleine de chaleur, Jad et Claris vont les apprécier immédiatement. Maya est une Nomade de l’Ecriture, elle manie les mots constamment. Voyage et solitude sont le lot de tout Nomade de l’Ecriture.

Rien n’est seul, rien n’est oublié, rien n’est dépourvu de sens, rien n’est insignifiant et rien n’a d’importance.

Le monde développé par Pauline Alphen est très crédible. Elle invente de nouveaux mots (chococaf, dulcepiel) comme de nouvelles espèces végétales et animales. Du mystère s’installe dès les premières pages et des informations sont divulguées au fur et à mesure. Toutefois, le lecteur se pose encore de nombreuses questions. Ce roman traite de nombreux thèmes tels que les conditions de la femme, la consommation excessive, l’écologie, les inégalités entre les pays/gens, etc et invite à réfléchir dessus. Les livres sont aussi sacralisés et de nombreux récits modernes ou/et connus sont cités (Le seigneur des anneaux, La quête d’Ewilan, A la croisée des mondes…). Il y a aussi des références culturelles comme à Star Wars.

En résumé :

Des personnages attachants dans un monde très intéressant que l’on découvre petit à petit. Il y a parfois un peu trop de mystère et le début est long à démarrer.

Commander ce livre ?

Challenge : Fin de série

Publicités

20 réflexions sur “« Lire est un voyage. »

  1. Ah ! En voilà un bon livre ! 😀
    Il y a toujours beaucoup de mystères, surtout pour le tome 2 mais au vu du tome 3, je te rassure : l’auteure sait où elle va !
    Les personnages, le style d’écriture, les thèmes abordés, l’univers…. Pour moi, ça fait des Eveilleurs une série coup de ♥ !

  2. Les Eveilleurs, c’est plus qu’autre chose, c’est plus qu’un livre, c’est une œuvre regorgeant de vie ❤ Largement une des meilleures séries qui existent !

  3. En effet ce premier tome est un peu lent. Mais j’ai aimé cette mise en place en douceur où on nous révèle petit bout par petit bout. Je trouve l’idée de cet univers intéressante, tout comme le style d’écriture de l’auteur. Je viens de finir le troisième et j’ai hâte à présent de savoir la fin. =)

  4. Content que ce livre t’ait plu, je dois bien avouer que pour le moment moi je ne suis pas déçu par ce cycle. J’espère donc que le second tome te plaira, mais je préviens d’avance il est différent. Bon mais différend?

  5. Il est sur la table à la librairie et j’ai eu envie de le feuilleté, mais le résumé ne m’avait pas plus emballé que ça, contrairement à ton avis ^^

    On verra si un jour je saute le pas.

  6. J’ai une amie qui me l’a offert pour mon anniversaire, je crois qu’elle a bien fait ! Ta chronique donne vraiment envie, je ne savais pas vraiment de quoi ça parlait jusqu’à maintenant mais là j’ai carrément envie de le remonter en haut de ma pile !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s