« Tu es mon voleur d’ombres, où que tu sois, je penserai toujours à toi. »

Le voleur d’ombres de Marc Levy

Editions Pocket – 292 Pages
Mai 2011 – 7,20 €

Quatrième de couverture :

Enfant, il vole les ombres de ceux qu’il croise… et chacune de ces ombres lui confie un secret. Malgré lui, il entend les rêves, les espoirs et les chagrins de ceux qu’il aime. Que faire de cet étrange pouvoir… ?

Quelques années plus tard, le « voleur d’ombres » est devenu étudiant en médecine… Est-il encore capable de deviner ce qui pourrait rendre heureux ses proches, comme Sophie avec laquelle il étudie la médecine, ou Luc, son meilleur ami, qui voudrait changer de vie ? Et lui, sait-il où le bonheur l’attend ?

Amour d’une mère. Inoubliable premier amour. Amour qui s’achève… Amitié longue comme la vie… Le voleur d’ombres est une histoire d’amour au pluriel.

Avis personnel :

Ce roman nous plonge dans une histoire simple, commune à tant de personnes, mais où les personnages sont très touchants. Leurs sentiments nous atteignent en plein cœur. Le point fort de ce livre est sans conteste le personnage principal qui est aussi le narrateur. On ne connait pas son prénom mais cela ne dérange absolument pas. C’est à peine si on en a conscience (pour ma part, je me ne m’en suis aperçue qu’après avoir posé le roman au premier tiers). On s’imagine parfaitement le personnage et on l’accompagne dans ses aventures.

Le livre est séparé en deux parties. Il n’y a pas vraiment de chapitres, quelques passages sont coupés par une page vide mais ce sont plutôt les paragraphes qui servent de séparation. La première partie se concentre sur le protagoniste lorsqu’il est enfant. La narration est en adéquation avec son âge, paraissant ainsi plutôt enfantine sans que le vocabulaire ne soit pour autant infantile. Et puis, ce petit garçon grandit et dans la deuxième partie, il est un adulte et fait des études de médecine. Le ton de la narration évolue aussi et s’accorde parfaitement avec ce héros plus mature.

La quatrième de couverture promet un sujet fantastique avec ce vol d’ombres mais cela n’est que peu exploité et ne sert qu’à aider et faire grandir le héros. Il fallait sans douter avec Marc Levy donc ce n’est pas vraiment pour ça que j’ai lu ce roman. Les histoires d’amour sont belles et bien traitées mais le pouvoir du héros aurait tout de même pu être plus mis en avant. En quoi consiste réellement ce don ? Eh bien, lorsque l’ombre du héros surplombe celle d’une autre personne, elles s’échangent. Le héros a ainsi accès aux souvenirs, aux aspirations et aux blessures de ces personnes grâce à un dialogue avec ces ombres. Il aidera ses proches grâce à ce qu’il connaît mais il n’utilisera que très peu ce pouvoir sans qu’on sache réellement pourquoi.

Du côté des personnages, ils sont tous plutôt attachants. Le héros perd son père très tôt lorsque celui-ci quitte sa mère. Dans un petit village, avec peu d’amis, il va grandir avec un amour maternel très fort. Leur relation est très belle, c’est une de celles que j’ai préférées dans ce roman. Il y a aussi Luc, son meilleur ami, fils du boulanger qui aspire à devenir médecin. Leur amitié traverse les années envers et contre tout. L’amour d’enfance, premier amour inoubliable, se présente sous le nom de Cléa, une fillette sourde et muette mais dont le héros apprécie la différence. Et sans oublier, Yves, le gardien de l’école, qui est le premier ami du héros. Un vieil homme triste mais avec beaucoup de générosité. Ainsi que Sophie, étudiante comme lui, avec qui il partage des instants de bonheur mais dont il ne sait pas vraiment si cela lui suffit. Que souhaite-t-il réellement ?

C’est un roman sur l’enfance qui ne s’oublie jamais. Elle se tient cachée prête à ressurgir au bon moment. Il n’y a pas vraiment d’intrigue, c’est juste un héros qui se cherche. Simplement un moment de lecture très touchant, avec beaucoup de sensibilité à travers tout cet amour – ou ces amours plutôt. On peut regretter le côté parfois irréaliste mais on ne retiendra que la douceur du récit et le bonheur de la vie.

Il est des petites choses qu’on laisse derrière soi, des moments de vie ancrés dans la poussière du temps. On peut tenter de les ignorer, mais ces petits riens mis bout à bout forment une chaîne qui vous raccroche au passé.

En résumé :

Un roman très touchant sur ce qui construit un individu à travers de belles rencontres.

Commander ce livre ?

Liens : Site officiel de Marc LevySite sur Le voleur d’ombres

Challenge : Une lecture du plus dans le challenge Musso & LevyMon avancée

Publicités

15 réflexions sur “« Tu es mon voleur d’ombres, où que tu sois, je penserai toujours à toi. »

  1. Je n’ai jamais lu de roman de Marc Levy, et pourtant j’en entends souvent beaucoup de bien. Il faudrait peut être que je m’y mette un de ces jours !

  2. Oui, moi aussi j’aurais bien aimé en savoir un peu plus sur ce don. Malgré tout j’ai trouvé ce petit livre plein d’émotions et passé un bon moment. Une jolie lecture.

    • Quand Marc Levy utilise du fantastique, ce n’est jamais au premier plan. C’est parfois regrettable mais il y a beaucoup d’émotions pour compenser. 🙂

  3. j’adore la phrase que tu as choisis comme titre!
    j’espère le lire bientot!
    j’ai également pris récemment un des livres de l’auteur (plus récent que ce que j’ai pu lire), je verrais s’il me plait

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s