« Nous continuons parce que nous n’avons pas le choix. »

Au commencement il y avait Bob : Dieu a mal au crâne de Meg Rosoff

Titre original : There is no dog
Editions Hachette – Collection Black Moon
342 Pages – Mai 2012 – 15 €
Traduction de Luc Rigoureau

Synopsis :

Et Bob dit : « Que les eaux et la terre grouillent d’espèces, qu’il y ait des bêtes à plumes et énormément de nanas canons. »

Alors il se mit au boulot et créa la terre, le ciel et le reste.
Tout ça en seulement six jours.
Six jours ! Félicitations, Bob.
Pas étonnant que la vie soit un tel bazar.

Et si Dieu n’était pas le vieux barbu qu’on imagine tous, mais un adolescent ordinaire ? Un jeune paresseux, égocentrique et un brin obsédé.
Qui chaque fois qu’il tombe amoureux – et ça arrive souvent ! – provoque un désastre sans nom sur notre bonne vieille planète…

Avis personnel :

Tout d’abord, je tiens à remercier Livraddict et les éditions Hachette pour ce partenariat. Le synopsis m’a amené à choisir ce livre car je le trouvais plutôt original. Je n’aime habituellement pas trop le côté religion dans les livres mais là, de voir un Dieu jeune dans un livre de Young-Adult, cela promettait d’être intéressant. Ce côté-là est bien présent dans le livre mais pas assez exploité car l’accent est mis sur l’intrigue amoureuse.

Commençons cette chronique par les personnages car il y en a beaucoup. Tout d’abord, Bob. Ah Bob ! Quel personnage insupportable ! Il semble cumuler tous les défauts : égoïsme, paresse, cruauté, obsession pour le sexe…bref absolument rien d’attachant ! Et ce n’est pas les rares pensées correctes qui rattrapent cela. Il ne vit que pour dormir, rêver à des situations érotiques et tomber amoureux de la prochaine magnifique fille qu’il voit. Il ne pense qu’à lui et se moque totalement des autres (et de ses Créations). L’auteure a tout à fait conscience des défauts de son personnage et elle ne le défend pas. Il n’évolue pas et la fin le montre bien comme un Dieu incapable. La fille dont il s’éprend – et encore, c’est plutôt qu’il souhaite coucher avec elle donc il tombe amoureux d’elle – Lucy, est une ravissante jeune fille, la perfection à l’état pur. Mais les garçons ne semblent pas aller au-delà de son apparence et apprécier son caractère. Elle travaille dans un zoo et semble beaucoup apprécier ce qu’elle fait. Elle tombe rapidement sous le charme de Bob mais elle n’est tout de même pas stupide et se pose des questions sur son attitude étrange. Toutefois, elle agit parfois contrairement à ce qu’elle pense ce qu’il fait d’elle un personnage un peu cliché.

D’autres personnages secondaires sont présents et sont tout aussi futiles. La mère de Bob, Mona, est une joueuse invétérée de poker qui pense que sa chance est en adéquation avec son degré d’alcoolisation. C’est d’ailleurs lors d’une partie de poker que Bob se retrouve désigné Dieu de la Terre. Du côté de la famille de Lucy, il y a sa mère Laura qui s’inquiète sans arrêt pour sa fille ainsi que son parrain et prêtre Bernard. Censé être consolateur, il en a parfois assez d’aider les autres en recueillant les sans-abris dans son église. Il y a aussi Luke, supérieur de Lucy, qui n’aime pas du tout la jeune fille. Tous les deux vont pourtant peu à peu se rapprocher.

Mais il y a quand même des personnages sympathiques ! J’ai particulièrement apprécié Mister B et Estelle. Le premier est en charge avec Bob de la Terre. Si Bob est le Dieu qui a tout créé, Mister B est là pour superviser et assister le garçon dans son travail. Il lit les prières des gens, en exauce quelques unes quand il le peut mais il passe surtout son temps à réprimander Bob qui s’en moque. Il a toutefois créé une seule chose : les baleines. Ces cétacés à l’air paisible lui permettent de voir quelques traces de beauté dans tous les malheurs qui affectent la Terre. Quant à Estelle, c’est une déesse. Elle possède un certain charme mais surtout une grande intelligence et une vraie diplomatie. Elle écoute tout attentivement et c’est grâce à elle que tout se termine bien. Elle se montre très protectrice envers Eck, un animal intergalactique qui est l’animal de compagnie de Bob. Celui-ci est vraiment très cruel envers lui, heureusement qu’Eck trouve un peu de réconfort avec Estelle.

Tout ce joli monde évolue dans une ville dévastée par les catastrophes naturelles que Dieu provoque. En effet, il a lié les conditions météorologiques à son humeur et tant qu’il n’obtient pas ce qu’il désire (à savoir coucher avec Lucy), des trombes d’eau se déversent sur la ville. Du coup, tout le monde se déplace en bateau mais les gens ne semblent pas s’inquiéter plus que ça de leur avenir. L’intrigue est donc plutôt faible et c’est un peu ennuyant de suivre les pensées et actes de Bob pour conquérir Lucy. Mais heureusement, il y a de nombreuses autres scènes avec les autres personnages qui nous permettent de les découvrir un peu plus. De plus, j’ai particulièrement apprécié les réflexions sur la création du monde ainsi que sur Dieu. Le monde qui est décrit est singulièrement beau malgré tous les défauts qu’il comporte. La fin m’a aussi beaucoup plu.

Pour terminer, quelques mots sur la narration. La lecture est rapide, les chapitres sont très courts (cinq pages en moyenne). Le style est plutôt simple mais quelques expressions datées sont surprenantes. Je ne sais pas trop si c’est un choix de l’auteure ou du traducteur mais il suffit juste de chercher les mots dans un dictionnaire et sinon cela ne dérange pas la compréhension. J’ai aussi été surprise par le passage d’une narration au passé pendant les trois quarts du roman avant de passer au présent. Il n’y a pas vraiment d’explication puisque du temps continuent à s’écouler pendant plusieurs chapitres. J’ai aussi repéré trois coquilles ce qui est un peu dommage. Je me rends compte que mon avis semble plutôt négatif mais j’ai quand même passé un bon moment de lecture. C’est certain que c’est loin d’être un coup de cœur mais des éléments en font que cela n’a pas été une lecture ennuyeuse.

En résumé :

La relation amoureuse entre Bob et Lucy est lassante à suivre mais heureusement d’autres histoires plus intéressantes sont présentes. Estelle et Mister B apportent un peu plus de matière au livre. De plus, les réflexions sur Dieu et la beauté du monde sont plaisantes à lire.

Commander ce livre ?

Extraits :

Aucun monde n’était aussi beau que celui qu’il avait créé, songea Bob, aucun n’était aussi délicatement suspendu en équilibre entre la vie et la mort. Mister B pouvait bien râler contre l’espèce aux jours comptés qu’il avait conçue ; il râlait toujours, au demeurant. N’empêche, Bob était fier de l’expérience menée, fier de la curieuse évanescence de toutes ces brèves existences qu’il avait inventées. Certes, ce n’était sans doute pas très rigolo pour elles mais, au moins, elles n’avaient pas à tuer le temps jour après foutu jour, sans que rien ne vienne jamais briser la routine. Et ce, dans une solitude permanente.

Mister B :

Le meilleur moyen de tenir est peut-être de considérer l’existence sur Terre comme une vaste blague, une création d’une stupidité tellement énorme que la seule façon de vivre est de rire jusqu’à en perdre haleine.

Publicités

14 réflexions sur “« Nous continuons parce que nous n’avons pas le choix. »

    • J’ai découvert cette auteure avec ce roman mais je ne crois pas que j’en lirai un autre d’elle. A voir si un autre roman me tente bien ! =p

  1. J’avais beaucoup aimé « Maintenant c’est ma vie » de la même auteure et je suis curieuse de voir ce que donne son nouveau roman donc je pense que je le lirai quand même si j’ai l’occasion !

  2. J’avais vraiment adoré Maintenant c’est ma vie et j’ai vraiment envie de découvrir un peu plus en avant cette auteur. Celui-ci me tente bien mais les avis sont plutôt mitigés. Je vais attendre que la médiathèque l’achète.

  3. Le synopsis me donnait envie de le lire mais vu ta chronique je pense passer mon tour…
    J’avais beaucoup aimé Maintenant, c’est ma vie du même auteur.

    • Il n’y a pas de très bon avis sur ce livre en effet. :/
      Bon, il faut que je découvre Maintenant, c’est ma vie vu que vous êtes beaucoup à me le citer. ^^

  4. Je n’ai pas trop aimé cette auteure avec Maintenant c’est ma vie. Je me disais que peut-être Bob m’aiderait-il à renouer avec elle mais je crois que non ^^ Si ma bibli se le procure ou si je le trouve d’occaz, pourquoi pas tenter ? Mais sinon, je ne pense pas l’acheter

  5. encore un nouvel avis assez négatif. Je partage ton ressenti concernant Estelle, une des rares personnages a éveiller un peu d’intérêt.
    Toi aussi tu as remarqué le soucis dans la conjugaison…Je n’ai rien compris à l’utilisation du présent, puis du passé, puis de nouveau du présent !!!!

    • Heureusement que les personnages d’Estelle et Mister B sont présent sinon on s’ennuierait vite !
      Je ne sais pas si c’est une erreur, un oubli enfin c’est vraiment bizarre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s