« On est ensemble, hein Lou, on est ensemble ? »

No et moi de Delphine de Vigan

Editions Le Livre de Poche – 250 Pages
Janvier 2011 – 6 €

Quatrième de couverture :

Elle avait l’air si jeune. En même temps il m’avait semblé qu’elle connaissait vraiment la vie, ou plutôt qu’elle connaissait de la vie quelque chose qui faisait peur.
D. V.

Adolescente surdouée, Lou Bertignac rêve d’amour, observe les gens, collectionne les mots, multiplie les expériences domestiques et les théories fantaisistes.
Jusqu’au jour où elle rencontre No, une jeune fille à peine plus âgée qu’elle. No, ses vêtements sales, son visage fatigué, No dont la solitude et l’errance questionnent le monde. Pour la sauver, Lou se lance alors dans une expérience de grande envergure menée contre le destin.
Mais nul n’est à l’abri…

Avis personnel :

J’ai découvert Delphine de Vigan avec Jours sans faim et ce nouveau roman confirme mon affection pour cette auteur dont j’aime sa façon tout en finesse de raconter ses histoires. La beauté de ce roman tient essentiellement au personnage de Lou et aux réflexions qui sont amenées.

Lou est une jeune fille de 13 ans. Elle est surdouée, avec un QI de 160, et se trouve en classe de seconde. Plutôt petite, on l’imagine fluette. Elle est timide et en retrait. Très curieuse, elle souhaite tout comprendre. Elle effectue de nombreuses expériences (par exemple qu’est-ce qui est commun aux plats surgelés), elle a besoin de tout compter…pour elle, tout a un sens. Elle est parfois peut-être un peu caricaturée mais cela ne m’a pas dérangé personnellement. Je me suis attachée sans soucis à cette jeune fille solitaire. Elle est perdue dans l’immensité du monde. Pourtant elle souhaite changer ce monde. Sauver No. Elle va vivre une belle expérience, triste et difficile, mais inoubliable. Elle va apprendre à devenir adulte. Utopiste comme dirait M. Marin, son professeur, mais il est aussi bon de rêver.

La vérité c’est que les choses sont ce qu’elles sont. La réalité reprend toujours le dessus et l’illusion s’éloigne sans qu’on s’en rende compte. La réalité a toujours le dernier mot. C’est Monsieur Marin qui a raison, il ne faut pas rêver. Il ne faut pas espérer changer le monde car le monde est bien plus fort que nous.

Lou fait la rencontre de No à la gare alors qu’elle observe les gens. Cette jeune fille a 18 ans et est SDF. Elle est très fragile, affectée par les alcools et les médicaments. Lou est captivée par elle, toutes deux sont seules dans ce monde qui ne semble pas fait pour elles. La différence d’âge est un point qui m’a gêné, 5 ans à l’adolescence, je trouve que c’est beaucoup. Mais passons. Au départ, Lou aborde No à travers un exposé pour témoigner sur les femmes sans abris. Puis peu à peu, elles se rapprochent. Elles deviennent très unies et Lou accueille même No chez elle. Elle veut lui redonner goût en l’existence. No va réapprendre tout doucement ce que c’est que la vie. Elle va reprendre des forces mais elle reste secrète. Quelque chose en elle semble irrémédiablement brisée. Il y a des choses qu’on ne peut pas changer. Et elles ne sont pas toujours ce qu’on aimerait qu’elles soient.

Les autres personnages sont tout aussi intéressants. Lucas, 17 ans, est dans la même classe que Lou. Avec deux ans de retard, il semble se moquer de tout mais il est en réalité très curieux. Beau garçon, rebelle, il fait craquer toutes les filles et Lou ne fait pas exception. Il vit seul, ses parents étant séparés. Il va aussi se rapprocher de Lou et No même s’il reste en dehors de la relation quasi fusionnelle qu’ont les deux jeunes filles. Les parents de Lou ont aussi un rôle important à jouer. Sa mère s’est retranchée dans un autre monde que Lou ne peut pas atteindre suite à un traumatisme mais grâce à No, elle réapprendra elle aussi à vivre. Quant au père de Lou, il essaye de faire tout ce qu’il peut pour sauver sa famille mais il est souvent absent.

Le thème de la solitude est récurrent. Il se centralise autour du personnage de Lou qui n’est pourtant pas si seule ce qu’elle comprendra par la suite. Les clichés sur les SDF sont évités, finalement peu de choses sont dites. Seule la vie de No compte à travers les yeux de Lou. Ce roman montre deux personnes rapprochées par leur solitude ainsi que ce qu’on l’on ne voit, ce que l’on peut choisir d’oublier.

On est capable d’envoyer des avions supersoniques et des fusées dans l’espace, d’identifier un criminel à partir d’un cheveu ou d’une minuscule particule de peau, de créer une tomate qui reste trois semaines au réfrigérateur sans prendre une ride, de faire tenir dans une puce microscopique des milliards d’informations. On est capable de laisser mourir des gens dans la rue.

Il montre simplement la réalité tout en laissant croire en l’humanité. Cette histoire est très touchante. Beaucoup d’émotions sans pour autant tomber dans le pathos. Le style est simple et fluide. Les chapitres sont courts et les pages défilent les unes à la suite des autres sans voir le temps passer. Tout est dit avec beaucoup de justesse, parfois avec légèreté. La narration se fait à la première personne à travers Lou. Ce sont ses pensées que nous lisons. Parfois, il y a de longues phrases, sans forcément de lien. Tout est transcrit comme si ça se bousculait dans sa tête. Lou ne peut jamais s’arrêter de penser.

Parler je n’aime pas trop ça, j’ai toujours l’impression que les mots m’échappent, qu’ils se dérobent, s’éparpillent, ce n’est pas une question de vocabulaire ni de définition, parce que les mots j’en connais pas mal, mais au moment de les dire ils se troublent, se dispersent, c’est pourquoi j’évite les récits et discours, je me contente de répondre aux questions que l’on me pose, je garde pour moi l’excédent, l’abondance, ces mots que je multiplie en silence pour approcher la vérité.

A travers ce roman, l’auteur livre une histoire agréable à lire, touchante et douce mais aussi dure portant à réfléchir. Il ne laissera personne insensible !

Avant de rencontrer No, je croyais que la violence était dans les cris, les coups, la guerre et le sang. Maintenant je sais que la violence est aussi dans le silence, qu’elle est parfois invisible à l’oeil nu. La violence est ce temps qui recouvre les blessures, l’enchaînement irréductible des jours, cet impossible retour en arrière. La violence est ce qui nous échappe, elle se tait, ne se montre pas, la violence est ce qui ne trouve pas d’explication, ce qui restera à jamais opaque.

En résumé :

Une histoire touchante, des personnages attachants et des messages subtilement racontés caractérisent ce roman. Il est écrit avec justesse, les mots glissent et s’imprègnent dans nos esprits.

Commander ce livre ?

Lecture commune : Livre lu en LC avec Livraddict. Vous pouvez retrouver les différents avis en cliquant sur les noms : Aniouchka, Alison Mossharty, de-pages-en-pages, ramettes, fée-tish.

Publicités

21 réflexions sur “« On est ensemble, hein Lou, on est ensemble ? »

  1. No et moi avait été une belle découverte pour moi. Comme toi, j’ai apprécié le côté touchant de la narration qui n’en fait pas trop non plus. Il m’a donné envie de lire un autre livre de l’auteur.

  2. C’est vrai que De Vigan a une écriture fluide et fine qui fait que le livre se lit si rapidement et reste très touchant !

  3. Je dois avouer connaître l’auteure et ses œuvres seulement de noms, et n’avoir pas plus été attirée que ça jusque là… mais tu as attisé ma curiosité ^^

  4. Je l’avais déjà vu en librairie et il ne me tentait pas trop, mais là je suis en train de changer d’avis ! 😀 J’aime beaucoup les citations que tu as utilisées pour illustrer ta chronique. Est-ce que l’histoire ne paraît pas un peu tirée par les cheveux durant la lecture ?

  5. Un livre que j’avais beaucoup aimé mais ce n’était pas mon préféré ! J’ai largement préféré Les Heures Souterraines ! Mon avis sur mon blog, mais vraiment, je te le recommande !

  6. Joli article ! Ça fait un moment que je projette de lire ce livre, i faudra que je me le procure pour le lire!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s