La science de Sherlock Holmes de E.J. Wagner

La science de Sherlock Holmes de E.J. Wagner

Titre original : The science of Sherlock Holmes
Editions Le Pommier – 260 Pages
Traduction de Sarah Gurcel
Publication : Octobre 2011

Quatrième de couverture :

Angleterre, début du XXe siècle : tandis que l’ombre de Jack l’Eventreur plane encore sur Londres, sir Arthur Conan Doyle assiste avec passion à la naissance de la science criminelle.

Le maître en est persuadé : la science a un rôle crucial à jouer dans le système judiciaire…Tel est le premier fondement de La science de Sherlock Holmes. Qu’il se mêle de poison, de cendres de tabac ou de traces de pneus, le célébrissime détective fait en effet preuve d’un véritable esprit scientifique. L’ouvrage explore cet aspect fascinant de sa carrière, en montrant combien ses enquêtes reposaient sur les dernières découvertes scientifiques de l’époque.

Le livre constitue ainsi une introduction de qualité aux différents domaines de la policier scientifique, de la médecine légale à l’expertise des écritures, en passant par la balistique, l’analyse des empreintes digitales ou la toxicologie.

Une postface de Patrick Rouger, coordinateur de Police technique et scientifique, nous présente les outils que la police scientifique actuelle mettrait à disposition de Sherlock Holmes s’il revenait enquêter au XXIe siècle.

Avis personnel :

Tout d’abord, je tiens à remercier News Book et les éditions Le Pommier pour ce partenariat.

Sherlock Holmes est un personnage que j’aime tout particulièrement. En voyant ce titre proposé, j’ai tout de suite été tentée. Une couverture aux allures policières, la science criminelle analysée et Sherlock Holmes : un mélange explosif qui avait tout pour me plaire ! J’avais tout de même quelques a priori sur ce livre. En effet, Sherlock Holmes est une figure employée et réemployée à maintes reprises juste pour attirer l’attention et pour finalement être absent. Ici, ce personnage mythique est bien présent et sert d’exemple pour étayer le discours de E.J. Wagner. Ce n’est pas un livre analysant la méthode de travail de Sherlock Holmes mais un historique de la science criminelle depuis ces débuts jusqu’à aujourd’hui. Et il est vrai que Sherlock Holmes a fait preuve d’une grande logique et d’intuition dans ses enquêtes et qu’il a donc tout à fait sa place ici.

Le livre est divisé en 13 chapitres où autant de domaines différents sont abordés. Chaque chapitre commence par une citation d’un des livres de sir Arthur Conan Doyle et se termine par une petite synthèse de ce qui est à retenir.

Voici les différents thèmes constituant le livre :

  • Dialogue avec les morts
  • Chiens noirs et folklore de cauchemar
  • Quand la science fait mouche et que la mouche fait science
  • Prouver l’empoisonnement
  • Le détective et les déguisements
  • La scène du crime sous les feux de l’éclairage au gaz
  • L’image de la culpabilité
  • Coups de feu dans la nuit
  • Empreintes empruntées
  • Se salir les mains
  • De la main du diable
  • Bon sang ne saurait mentir
  • Meurtre, mythe et médecine

Ce livre est vraiment très intéressant, regroupant beaucoup d’informations. Il analyse en détail l’évolution des méthodes d’investigation de la police scientifique. Les anecdotes sont très nombreuses et c’est parfois peut-être à regretter. On peut en effet se perdre dans la multitude d’informations données. Cela ne m’a pas vraiment dérangé pour ma part, j’avais hâte d’en savoir plus à chaque page ! Et puis les événements sont parfois bien croustillants. Certains témoignent de l’horreur des expérimentations ayant lieu il y a quelques siècles. Quelques descriptions sont assez crues, notamment pour les dissections, attestant des conditions de l’époque. Certains crimes sont assez effroyables mais cela est narré scientifiquement de sorte qu’on a une certaine distance avec les faits.

Les avancées scientifiques ont fait d’énormes progrès par rapport aux siècles derniers. Par exemple, les enquêteurs n’avaient au départ pas de protection et ne faisaient pas attention à beaucoup de détails. De plus, le sol où du sang était présent pouvait être lavé pour ne pas choquer. Mais grâce à certains hommes brillants que l’on pourrait comparer à Sherlock Holmes, la science criminelle a pu s’améliorer.

Sir Arthur Conan Doyle, au fait de nombreux événements et des avancées médicales et scientifiques de son époque, a pu créer un héros extrêmement doué. Sherlock Holmes a inspiré de nombreux scientifiques et enquêteurs le prenant pour modèle. Tout est affaire de raisonnement ! Je conseille vraiment ce livre à tous ceux qui s’intéressent aux enquêtes policières, que ce soit sous formé écrite ou télévisuelle.

En résumé :

Un livre passionnant sur l’évolution de la science criminelle. En s’appuyant sur l’exemple de Sherlock Holmes, E.J. Wagner analyse l’historique conduisant à la police scientifique d’aujourd’hui.

Commander ce livre ?

Challenge : Billet dans la SSHD.

Publicités

15 réflexions sur “La science de Sherlock Holmes de E.J. Wagner

  1. Pingback: Partenariat : Le Pommier | News Book

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s