La cantatrice chauve suivi de La leçon de Ionesco

La cantatrice chauve suivi de La leçon de Ionesco

Editions Folio – 150 Pages

L’auteur :

Eugène Ionesco, né Eugen Ionescu le 26 novembre 1909 à Slatina (Roumanie) et mort le 28 mars 1994 à Paris, est un auteur dramatique et écrivain roumain et français. Il passa une majeure partie de sa vie à voyager entre la France et la Roumanie.
Représentant du théâtre de l’absurde, il a écrit de nombreuses œuvres dont les plus connues sont La Cantatrice chauve, Les Chaises ou bien encore Rhinocéros.
Le théâtre de Ionesco représente de façon palpable la solitude de l’homme et l’insignifiance de son existence.

Plus d’informations sur Wikipédia.

Avis personnel :

Ce livre se sépare en deux pièces : La cantatrice chauve et La leçon, toutes deux appartenant au théâtre de l’absurde.

La cantatrice chauve est la première pièce de théâtre écrite par Ionesco en 1950. Elle a été mise en scène par Nicolas Bataille. De nombreuses indications scéniques nous permettent de bien visualiser ce que souhaitaient l’auteur et le metteur en scène.
Il est difficile de résumer l’intrigue. Deux couples se rencontrent pour dîner, un pompier intervient pour raconter des anecdotes et la bonne prend aussi la parole sans autorisation. Dans une pièce possédant plusieurs scènes, tout ce petit monde évolue sous nos yeux ébahis. Des échanges de paroles parfois incompréhensibles, souvent farfelues nous donnent à voir un monde absurde, très caricaturé.

La leçon est un dialogue entre un vieux professeur et une jeune élève avec parfois l’intervention de la bonne. La difficulté des cours ne cesse d’augmenter et l’élève ne comprendra plus rien, tentant de se sortir d’une situation où le maître devient de plus en plus agressif. Les cours sont d’ailleurs très étranges…Une grande intensité demeure sous ses lignes et ne cesse d’augmenter jusqu’au final auquel je ne m’attendais pas.

J’ai découvert Ionesco avec Rhinocéros et c’est un auteur que j’apprécie beaucoup. Qu’il y ait un message caché derrière ces pièces, certainement. Mais on s’amuse à suivre ces dialogues absurdes, à être étonnés de bout en bout par une narration absurde mais parfaitement tenue. J’aimerais beaucoup voir une représentation du théâtre de l’absurde, surtout de La cantatrice chauve.

En résumé, deux pièces très intéressantes à lire où l’étonnement sera de mise jusqu’au bout !

Extrait :

M. Smith : Hm. Silence
Mme Smith : Hm, hm. Silence
Mme Martin : Hm, hm, hm. Silence
M. Martin : Hm, hm, hm, hm. Silence
Mme Martin : Oh, décidément. Silence
M. Martin : Nous sommes tous enrhumés. Silence
M. Smith : Pourtant il ne fait pas froid. Silence
Mme Smith : Il n’y a pas de courant d’air. Silence
M. Martin : Oh non, heureusement. Silence
M. Smith : Ah, la la la la. Silence
M. Martin : Vous avez du chagrin ? Silence
Mme Smith : Non, il s’emmerde. Silence
Mme Martin : Oh, monsieur, à votre âge, vous ne devriez pas. Silence
M. Smith : Le cœur n’a pas d’âge. Silence

Liens : N’hésitez pas à consulter les pages Wikipédia de ces pièces, très instructives : La cantatrice chauveLa leçon.

Commander ce livre ?

Publicités

18 réflexions sur “La cantatrice chauve suivi de La leçon de Ionesco

  1. J’ai découvert Ionesco récemment, c’est un style très particulier. Il faut dire que j’ai un peu de mal en général avec le théâtre de l’absurde. Mais pour le coup, j’avais apprécié ma lecture. La découverte d’un autre Ionesco est donc prévue. Peut-être cette pièce-ci. =)

    • Avec quelle pièce l’as-tu découvert ? J’ai encore Le roi se meurt dans ma PAL et je compte relire Rhinocéros aussi. ^^
      Le théâtre de l’absurde est en effet très particulier. Je ne sais pas si j’apprécierai tous les auteurs mais en tout cas, j’aime beaucoup Ionesco. J’ai lu quelques extraits de Beckett et je pense lire Fin de partie intégralement.

      • C’est justement avec Le roi se meurt que je l’ai découvert. =)
        Pour ce qui est de Beckett, j’ai lu « En attendant Godot » il y a quelques années et j’ai eu beaucoup plus de mal avec. J’étais peut-être trop jeune (?). Disons qu’il faudrait pouvoir l’étudier avec un spécialiste pour le comprendre pleinement.

        • J’ai étudié brièvement En attendant Godot (1H de cours passé sur l’auteur et l’oeuvre donc vraiment brièvement ^^) donc le cours n’a pas apporté énormément de chose. Pour la pièce en elle-même, je me souviens de l’avoir bien appréciée aussi. Elle est plus structurée que les pièces de Ionesco. Sous l’absurde, il y a un schéma assez évident que l’on voit alors que pour La cantatrice chauve, ça part dans toutes les directions possibles et imaginables. ^^

  2. Je n’ai pas lu La cantatrice chauve, seulement Le Roi se meurt, qui était aussi pas mal dans le genre. Le théâtre de l’absurde est un genre tout à fait particulier, et je ne sais pas si j’accroche plus que ça. J’avais lu Fin de partie de Beckett et ça ne m’a pas plus parlé que ça.

    • C’est en effet un genre très particulier. La cantatrice chauve m’a valu de nombreuses moues étonnées. Je ne sais pas si j’apprécierai toutes les oeuvres mais en tout cas celle-ci m’a bien plu !
      Je compte lire les deux autres titres que tu as cités. 🙂

  3. Je dois dire que ces deux pièces ne m’ont pas vraiment touchées, même pas du tout. Le burlesque n’est définitivement pas mon truc !
    Adorant Rhinocéros, je pensais avoir de la matière à réfléchir, voir une critique de la société derrière les lignes… Mais j’ai l’impression que la priorité de ces textes est plutôt de nous faire rire.
    J’en suis ressortie très déçue mais je ne compte pas pour autant bouder Ionesco 🙂
    Merci d’être passée et bonne semaine…

    • Je ne saurais dire si j’ai préféré La cantatrice chauve à Rhinocéros. C’est tellement absurde mais j’ai trouvé la lecture très plaisante. Je pense qu’il y a une critique derrière, comme dans beaucoup de choses, mais qu’il vise avant tout à nous amuser.
      Bonne semaine à toi aussi. ^_^

  4. Aaah j’avais adoré étudier La Cantatrice Chauve au lycée ! Et on a eu la chance de voir une représentation à Paris, c’était totalement dingue et loufoque… Et c’est ce qui fait la fraicheur de cette pièce.

  5. Oui, bien sur qu’il y a une critique derrière tout ça, mais vu que je ne suis pas fana de ce genre d’humour, j’aurais préféré qu’elle soit en première place, ce qui n’est pas vraiment le cas… tant pis pour moi !
    Et quand je n’aime pas, je me focalise dessus… alors l’histoire est un peu passée à la trappe.
    En lisant ton avis, j’ai vu qu’au final j’avais loupé pas mal de choses, je retendrais sans doute cette lecture un peu plus tard !
    Merci d’être passée 🙂

  6. J’ai un livre de cet auteur à lire pour le challenge ABC, j’aime bien le théâtre, ton avis me donne envie, je pense que je ne vais pas tarder à passer à l’acte 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s