Jeunesse

Le Monde de Narnia ; Tome 2 : Le Lion, la Sorcière Blanche et l’Armoire magique de C.S. Lewis

Le Monde de Narnia ; Tome 2 : Le Lion, la Sorcière Blanche et l’Armoire magique de C.S. Lewis

Editions Gallimard
Illustrations de Pauline Baynes
Traduction par Anne-Marie Dalmais

L’auteur :

Clive Staples Lewis, plus connu sous le nom de C. S. Lewis, né à Belfast le 29 novembre 1898 et mort à Oxford le 22 novembre 1963, est un écrivain et universitaire irlandais. Il est connu pour ses travaux sur la littérature médiévale, ses ouvrages de critique littéraire et d’apologétique du christianisme.

Plus d’informations sur Wikipédia.

Avis personnel :

Deuxième tome de la série Les chroniques de Narnia, le livre Le Lion, la Sorcière Blanche et l’Armoire magique a pourtant été publié le premier. Je connaissais l’histoire pour avoir regardé l’adaptation cinématographique plusieurs fois. Habituellement, je regarde une adaptation plus pour le film en lui-même que pour l’adaptation, car sinon il est évident que je serais déçue, le livre est généralement bien mieux que le film. Pourtant, dans ce cas-ci, le film est fidèle au livre en explorant de manière plus approfondie quelques facettes du récit original. Et je préfère de loin l’adaptation cinématographique au livre. Les images du film ne m’ont d’ailleurs pas quittée tout au long de ma lecture et impossible de ne pas effectuer des comparaisons.

Peter, Susan, Edmund et Lucy, éloignés de Londres pendant la guerre en raison des raids aériens, se retrouvent chez le professeur Digory. Oui, souvenez-vous ! Le jeune garçon de l’aventure précédente, c’est bien lui ! La jeune Lucy trouvera une armoire, celle que l’on croise à la fin du récit du premier tome, et accèdera au monde de Narnia. Elle fera la connaissance d’un faune qui lui apprendra que la neige perdure depuis plus de cent ans à cause de la malveillance de la Sorcière Blanche. Revenue chez elle, elle se heurtera à ses frères et sœur qui ne veulent pas la croire. Mais voici qu’Edmund se retrouve à son tour dans ce pays et rencontre la Sorcière Blanche…De retour chez lui, il ne raconte rien. L’aventure ne fait que commencer : nos quatre héros se trouvent peu après propulsés dans ce nouveau monde qu’ils doivent sauver.

L’histoire est intéressante et bien menée. De nombreuses aventures arrivent à nos héros. Contrairement au tome précédent, j’ai pu apprécier les nombreux personnages. Peut-être en raison des impressions du film que j’avais en tête mais en tout cas, entre les enfants, Aslan et Mr Tumnus, de nombreux personnages ont retenu mon attention. L’univers créé est très bien représenté, on arrive à le visualiser grâce aux nombreuses descriptions. Les événements s’enchaînent un peu trop rapidement à mon goût et la bataille finale est terminée en quelques phrases seulement. Je m’attendais à ce que cela fasse au moins un chapitre mais non, deux paragraphes, chacun dans un chapitre différent, et c’est terminé ! J’ai donc été déçue par ce côté-là. C’était pour moi un des éléments à développer et heureusement, le film offre une jolie scène pour cette bataille.

Le livre est divisé en de nombreux chapitres, chacun très court, parfois trop. Certains chapitres auraient pu être regroupés ensemble puisqu’il y a des coupures pour certaines scènes. Dernier détail, le style de l’auteur. Bien que je n’y ai pas adhéré dans le premier tome, me paraissant trop vieux et moralisateur, ici, il m’a parfois horripilé. Destiné à la jeunesse, il est toujours simple mais cette fois-ci, je n’ai pas vu ce côté édifiant, ou très peu. Par contre, l’auteur essaye d’interpeller le lecteur de nombreuses fois et ce n’est pas réussi, bien au contraire. Chercher la connivence avec le liseur de temps à autre peut passer mais quand c’est lourd, c’est très agaçant. Certains auteurs y parviennent sans difficulté mais dans ce livre-ci, c’était vraiment visible et ennuyant. Répéter une énième fois qu’il faut laisser la porte de l’armoire ouverte n’était absolument pas utile. De plus, je ne sais pas si c’est la traduction ou le texte original, mais l’auteur abuse de la conjonction de coordination « et ». Il peut parfois y en avoir au moins quatre dans une phrase, les uns à la suite des autres.

En résumé :

Un univers très riche, une foule de personnages très intéressants mais un style ennuyeux voire agaçant. Je pense que l’adaptation cinématographique est à préférer.

Commander ce livre ?

Lecture commune : Livre lu dans le cadre d’une LC de l’intégrale Le Monde de Narnia à raison d’un chapitre par mois. Vous pouvez retrouver l’avis de mes co-lecteurs en cliquant sur leurs noms : Iluze, Frankie, TheChouille, Simi, Mandy88, KactusssLolo, Felina, bebere, mia62Harmony, comicboy, Sunflo, ptitelfe.

Challenge : Participation au challenge Magie et Sorcellerie Littéraires.

Fantasy & Fantastique

Sianim ; Tome 1 : Masques de Patricia Briggs

Sianim ; Tome 1 : Masques de Patricia Briggs

Editions Milady – 462 Pages
Traduction de Zeynep Diker

Quatrième de couverture :

Aralorn est une changeforme qui a délaissé les privilèges d’une noble naissance pour une vie d’espionnage et d’aventures. Elle a croisé Loup au cours d’une mission et tous deux sont devenus d’inséparables amis, car elle sait qu’il dissimule sa véritable nature sous son apparence animale. Mais des circonstances dramatiques vont l’amener à se poser encore plus de questions sur son énigmatique compagnon et sur l’ampleur de ses pouvoirs. Quant à lui, il fera tout pour protéger Aralorn du danger mortel qui la guette, quitte à se dévoiler, quitte à mettre sa vie et son âme en péril.

L’auteur :

Née en 1965 à Butte dans le Montana, Patricia Briggs est une auteure renommée pour ses personnages pleins de vie et ses dialogues humoristiques. Ayant débutée sa carrière d’écrivain en 1990, l’auteur rédige quelques ouvrages de Fantasy jusqu’à ce que son éditeur lui propose de se lancer dans l’Urban Fantasy. C’est ainsi qu’elle donne naissance à Mercy Thompson, qui reste à ce jour son plus gros succès.

Avis personnel :

Tout d’abord, un grand merci à Livraddict et aux éditions Milady pour cette jolie découverte !

Masques est le premier écrit de l’auteur. Elle nous explique dans une courte introduction sa création et sa légère modification pour cette nouvelle édition. Ainsi, elle n’a rien enlevé du récit initial mais a tenté de l’harmoniser au mieux. J’ai trouvé un côté parfois brouillon mais cela n’enlève rien au charme du livre. Un premier contact réussi avec cette auteur qui m’encourage à découvrir Mercy Thompson.

L’histoire commence par un prologue narrant la rencontre entre les deux protagonistes. Les personnages nous sont brièvement présentés mais nous en découvrirons plus sur eux tout au long du récit. D’un côté, nous avons Aralorn, jeune mercenaire, douée pour les langues et le déguisement – en tant que changeforme, elle peut modifier son apparence. Et de l’autre, Loup, comme son nom l’indique un loup mais derrière ce masque se cache un puissant magicien. Evidemment, ces deux personnages sont liés par une très grande affection. Si Loup éprouve une très grande méfiance envers les individus, il apprendra à se livrer un peu avec Aralorn. Une confiance mutuelle s’est installée entre eux au fil des années. Si nous avons déjà quelques informations sur Aralorn au début du roman, Loup reste aussi mystérieux pour Aralorn que pour nous. Nous en apprenons plus au fur et à mesure de l’histoire et que Loup se dévoile à Aralorn.

L’intrigue se met en place doucement. Tout d’abord, on nous présente les protagonistes et quelques autres personnages. Certains passages prennent sens plus loin lorsque Aralorn comprend ce qu’il s’est passé. L’ae’Magi acquiert de plus en plus de puissance et soumet les peuples voisins à sa volonté. Loup, Aralorn et les réfugiés sous les ordres du prince Myr tenteront de vaincre l’ae’Magi tout en essayant de survivre…

A part Aralorn et Loup, il y a beaucoup de personnages secondaires qui auraient mérité d’être plus développés. Le prince Myr est mis en avant à plusieurs reprises mais reste finalement trop en retrait. Le camp de réfugiés comporte plusieurs individus et nous faisons connaissance avec certains mais sans aller en profondeur. Il aurait pu être intéressant d’en apprendre plus sur certains, surtout sur les enfants qui sont souvent propices à la lecture d’un conte. Aralorn est très friande de récits, que ce soit des contes, des mythes ou des légendes qu’elle aime autant récolter que raconter. Un autre personnage dont nous avons qu’un bref aperçu est Ren. Pendant quelques paragraphes, une focalisation sur ce personnage nous permet d’en savoir plus sur lui mais il est complètement oublié par la suite, excepté lorsque Aralorn l’évoque quelques fois. J’ai été déçue de ne pas le voir réapparaître par la suite. On sent réellement vivre les personnages et on s’attache à eux. Même si Aralorn et Loup sont les vrais héros de ce roman, de nombreux autres personnages sont très importants et je regrette de ne pas les avoir tous suivis. Je me suis totalement immergée dans cet univers et je me suis attachée à de nombreux personnages. Loup, très mystérieux, m’a touchée. J’ai aussi beaucoup apprécié le prince Myr qui fait preuve d’humanité. Aralorn est aussi une héroïne très vivante.

L’univers développé dans ce livre-ci est captivant mais parfois un peu trop complexe. J’ai été un peu perdue avec tous les noms et de nombreuses choses ne sont pas expliquées. Nous sommes immergés dans un univers inconnu mais qui n’est pas présenté comme tel. Les créatures magiques, les sorts et les différentes formes de magie sont montrés mais ne sont guère éclaircis. Le récit présente aussi certaines lourdeurs comme lorsque Aralorn se parle à elle-même ou à son cheval pour qu’on sache ce qu’il se passe. Mais l’histoire présente un rythme soutenu, avec de multiples rebondissements que l’on est facilement entraîné dans ce monde. Malgré les difficultés à se repérer et les explications qui viennent parfois un peu tard, nous prenons plaisir à suivre les aventures d’Aralorn et Loup. Finalement, à la fin de cette lecture, quelques questions demeurent sur l’univers mais l’intrigue sujette à de nombreux bouleversements est parfaitement résolue.

En résumé :

Une très jolie découverte. Un univers pas toujours expliqué mais une intrigue riche en événements et des personnages très attachants.

Commander ce livre ?

Challenge : Participation au challenge Magie et Sorcellerie Littéraires.

Challenges

Bilan Découverte des Mangas : 4 mois

Le Challenge Découverte des Mangas a pour but de lire des mangas mais surtout de découvrir ce genre.

Nous sommes toujours peu nombreux après quatre mois mais si vous souhaitez nous rejoindre, n’hésitez surtout pas ! Pour en savoir plus et s’inscrire, c’est ici.

Voici un récapitulatif après ces quatre mois de challenge : 2 inscrits et 13 billets publiés.

Les inscrits sont : Gaya et moi-même, toutes les deux au rang Sama donc ayant pour objectif 15 mangas à lire.

Les billets sont :
Comme elles [T1] de Sakura Fujisue ; Par Luthien
Twilight ; Fascination [V1] de Stephenie Meyer et Young Kim ; Par Luthien
Quartier lointain de Jirô Taniguchi ; Par Gaya
Negima ! [T1] de Ken Akamatsu ; Par Gaya
Au temps de l’amour de Yamaji Ebine ; Par Gaya
Shin Shunkaden de CLAMP ; Par Luthien
Pink Diary [T1] de Jenny ; Par Luthien
Celle que je ne suis pas [T1] et Celle que je voudrais être [T2] de Vanyda ; Par Luthien
Kaze No Shô de Jirô Taniguchi & Kan Furuyama ; Par Gaya
Tsubasa Reservoir Chronicle [T1 et T2] de CLAMP ; Par Gaya
The Best Selection [T1] de Yuu Watase ; Par Luthien
Orange de Benjamin ; Par Luthien
Inazuma Eleven [T1] de Tenya Yabuno ; Par Luthien

Albums

Lenny Lapinet de Julie Falce et Sébastien Naert

Lenny Lapinet de Julie Falce et Sébastien Naert

Editions Le Téètras Magic
24 Pages – Format 22/27 cm
Prix : 12 euros

Présentation de l’éditeur :

Lenny Lapinet décide de sortir tout seul de chez lui pour la première fois. Mais est- ce bien prudent ? Sur le chemin, Lenny va en effet faire de bien drôles de rencontres…

Avis personnel :

Merci aux éditions Le Téétras Magic et au site Les agents littéraires ayant pour but de promouvoir les petits éditeurs pour la découverte de ce titre.

Commençons cette chronique par nous interroger sur l’aspect visuel de l’album. Pour qu’un enfant puisse s’y intéresser, il faut que la couverture soit attirante. Pari réussi de ce côté-ci ! Nous avons une image simple, avec les noms des auteurs en haut à gauche et celui de l’éditeur en bas à droite. Sur un fond reposant mêlant blanc et rose pâle, un lapin est dessiné. Il prend beaucoup de place et permet ainsi d’attirer l’attention. Le titre du livre à gauche est parfaitement lisible et présente une certaine originalité avec la carotte à la place du ‘i’. Un seul détail négatif : la couverture cartonnée où l’image est collée. Cela n’est pas très esthétique mais ça se comprend vu qu’il s’agit d’un petit éditeur. Le prix de 12 euros n’est pas exorbitant pour un album et contrebalance cet effet.

Passons à l’intérieur de l’album tout en restant au visuel. En ouvrant l’album, le carton est déjà déchiré à la pliure. Je ne sais pas si c’est exceptionnel pour cet exemplaire-ci mais je pense que c’est dû au carton. Léger détail qui ne dérange pas vraiment puisque cela est caché. Les pages sont glacées, le dessin et le texte sont parfaitement imprimés. L’image prend le pas sur le texte. Le format de l’album permet de très grandes images, tout à fait appréciable par les enfants. La forme des images alterne d’une page à l’autre ce qui permet à l’enfant de regarder partout. Le texte est écrit dans une police de caractère de taille correcte. Par contre, je trouve personnellement qu’il y a un peu trop de texte et qu’il prend parfois trop de place. Etant un album dédié aux enfants à partir de quatre ans, ceux-ci devront le lire avec l’aide d’un adulte. S’ils le feuillettent seuls, le texte peut donc les gêner lorsqu’il est trop présent.

Finalement, j’aborderai un dernier point : l’histoire. Elle est simple et bien menée. Elle plaira sans soucis à des enfants en bas âge qui est le public visé. Les dessins sont assez simples mais sympathiques. J’aime particulièrement l’utilisation des couleurs. Le texte et l’image se correspondent parfaitement. N’hésitez pas à suivre Lenny Lapinet dans ses aventures, de la cueillette d’une carotte à la rencontre d’une foule de personnages diversifiés !