Bandes Dessinées

Celle que je ne suis pas [Tome 1] et Celle que je voudrais être [Tome 2] de Vanyda

Celle que je ne suis pas [T1] et Celle que je voudrais être [T2] de Vanyda

Editions Dargaud
Série en 3 tomes :
Celle que je ne suis pas [Tome 1] – 192 Pages
Celle que je voudrais être [Tome 2] – 192 Pages
Celle que je suis [Tome 3]

Tome 1 :

Valentine a 14 ans et aime Felix en secret. Personne ne s’en doute. Normal, même dans son groupe de copines, Valentine a du mal à être elle-même.

Tome 2 :

Valentine est maintenant au lycée et son groupe de copines est dispersé dans différentes classes. Elles se font de nouveaux amis, chacune de son côté. C’est peut-être l’occasion de faire de nouvelles rencontres, voire de se rapprocher de Felix…

Vanyda :

Vanyda Savatier (plus connue sous son seul prénom), née le 8 octobre 1979, est une auteur d’origine franco-laotienne de bande dessinée apparentée à La Nouvelle Manga.

Plus d’informations sur son site personnel.

Avis personnel :

Dans le premier tome, nous rencontrons Valentine, l’héroïne, âgée de 14 ans. Nous découvrons son univers, son groupe d’amies et sa vie de collégienne. Une vie d’adolescente assez banale, des amies différentes partageant plus ou moins quelques points communs, ce manga est assez simple.

Dans le deuxième tome, Valentine apprend à sortir de son groupe d’amies qui est désormais séparé. Elle s’affirmera peu à peu, fera de nouvelles rencontres et oubliera certaines de ses anciennes amies.

Les dessins sont sympathiques. Chacun des personnages a ses propres caractéristiques, du point de vue moral ou vestimentaire, ce qui entre autre permet de faire varier les styles des tenues.

C’est plus une bande dessinée qu’un manga mais je n’entrerai pas dans cette différence ici. C’est plutôt destiné aux adolescentes. L’histoire est simple, sans intrigue réelle. On suit l’héroïne qui apprend à grandir et qui prend de l’assurance pour devenir celle qu’elle est vraiment.

Commander ce manga ? Tome 1Tome 2

Challenge : Participation pour mon challenge Découverte des mangas.

Mangas, Manwhas, etc

Pink Diary ; Tome 1 de Jenny

Pink Diary ; Tome 1 de Jenny

Editions Delcourt – 192 Pages
Série en 8 tomes – Shojo
Manga français

Quatrième de couverture :

Kiyoko Tominari, 16 ans, découvre avec horreur que le garçon à qui elle avait tenté maladroitement de déclarer sa flamme quatre ans plus tôt, sera dans son lycée à la rentrée. Elle voit d’un très mauvais œil Tommy agir comme si rien ne s’était passé. Sans compter qu’il lui présente sa petite amie qui, elle, n’a qu’une envie : devenir la meilleure amie de Kiyoko ! La mort dans l’âme, Kiyoko s’apprête à vivre une rentrée très mouvementée.

Jenny :

Né le 27 février 1979 à Madagascar, cette jeune dessinatrice et scénariste a suivi une formation de deux ans dans le cinéma d’animation à l’Ecole des Gobelins.
Elle publie en 2005 sa première bande dessinée : Pink Diary et travaille actuellement sur Mathilde : Le temps des soupirs.

Avis personnel :

Cela faisait un petit moment que je voulais découvrir cette série alors quand je l’ai vu à la bibliothèque, je l’ai empruntée. Je n’aurais peut-être pas dû.

Nous découvrons Kiyoko, adolescente de 16 ans, qui, quatre ans plus tôt, a coupé tout contact pour on ne sait quelle raison avec Tommy, un ami dont elle était amoureuse. Elle s’est renfermée sur elle-même et a fuit avec sa famille et son frère jumeau Kenji. Mais surprise, Tommy et sa petite amie Sachiko vont étudier au même lycée que Kiyoko et Kenji. La jeune fille se confie alors à son journal intime et c’est un des biais par lequel nous suivons l’histoire. Elle essaye de rester indifférente mais c’est peine perdue car Tommy souhaite avoir des explications.

Un premier tome qui présente les personnages et la situation. Je n’apprécie aucun des personnages qui sont insupportables et ne savent pas quel comportement adopter. Entre certains personnages qui semblent n’avoir aucun caractère et d’autres qui en ont un agaçant immédiatement, l’histoire basique ne remonte pas mon intérêt pour ce manga.
Finalement, à la fin de ce premier tome, on ne sait pas quelle raison a poussé Kiyoko a stoppé toute relation avec Tommy même si on s’en doute (ou si la quatrième de couverture le révèle…). On a juste subi toutes les crises de colère ou de larmes de Kiyoko.

Ma critique est assez négative et je ne lirai certainement pas la suite. Mais c’est un manga qui plaira certainement aux jeunes adolescentes.

Challenge : Nouvelle participation à mon challenge Découverte des Mangas.

Mangas, Manwhas, etc

Shin Shunkaden de CLAMP

Shin Shunkaden de CLAMP

Editions Glénat – 240 Pages
Oneshot – Shonen

Synopsis :

Cette histoire se déroule en Corée. Ce pays recense plus de 300 villes et villages, tous régis par le gouvernement central, appelé « Chunan ». Pour chaque ville et village, le « Chunan » désigne un gouverneur, le « Ryanban », noble chargé d’administrer la commune. Au total, on recense 321 « Ryanban ». Le gouvernement accorde au Ryanban un mandat d’une durée de dix ans. Les gouverneurs choisis par le Chunan sont supposés être intègres. Cependant, parmi les 321 élus, certains font le bonheur de leur population, tandis que d’autres abusent de leur pouvoir.

CLAMP :

Ce groupe de mangakas est composé de quatre auteurs féminines. Elles ont écrit de nombreuses oeuvres, très diverses dans leur longueur ou dans le thème abordé. Elles se remarquent par leur univers complexe ainsi que par leurs personnages qui ne cessent d’évoluer. De plus, leurs dessins sont extrêmement détaillés et tout simplement magnifiques.

Avis personnel :

Dans cet oneshot (tome unique), les CLAMP s’attaquent à un classique de la littérature coréenne qu’elles revisitent. Les personnages principaux sont gardés mais certains traits de caractères sont un peu plus renforcés ou changés pour que le manga puisse faire sourire avec quelques situations comiques.

Le manga est divisé en quatre histoires, plus ou moins longues.
La première présente la jeune Chu Nyan, qui essaye de défendre sa mère et se dresse face au gouverneur qui tyrannise la cité. Elle fera la rencontre de Muron, un mystérieux jeune homme, qui l’assistera dans sa tâche.
Dans le deuxième chapitre, Chu Nyan et Muron viendront en aide à une cité où il ne pleut plus. Il fera plusieurs rencontres dont deux jeunes filles qui font tomber la pluie en dansant.
La troisième histoire raconte un épisode de l’enfance de Chu Nyan. Nous pouvons voir tout l’amour qu’elle porte à sa mère.
La dernière histoire est très courte. Elle présente Muron et Chu Nyan sur quelques pages qui s’arrêtent dans un restaurant pour pouvoir se restaurer. Nous serons étonnés par la capacité de Muron à avaler d’un seul coup son repas tandis que Chu Nyan se montre beaucoup plus distinguée.

De petites histoires sympathiques avec de magnifiques illustrations. Quelques questions peuvent demeurer en suspens puisque seulement quelques traits sont abordés et que les épisodes sont très courts.

Un manga agréable que tout passionné de CLAMP devra avoir lu !

Challenges : Une autre participation à mon challenge Découverte des Mangas et première au challenge CLAMP.