Fantasy & Fantastique

A comme Association ; Tome 1 : La pâle lumière des ténèbres de Erik L’Homme

A comme Association ; Tome 1 : La pâle lumière des ténèbres de Erik L’Homme

Editions Gallimard Jeunesse et Rageot Editeur
160 Pages

A comme Association : une série fantastique imaginée par Pierre Bottero et Erik L’Homme. Suivez les aventures explosives d’Ombe et Jasper, deux Agents stagiaires face aux créatures les plus inquiétantes.

Quatrième de couverture :

Prénom : Jasper
Âge : 15 ans
Description : grand, maigre, peau blafarde et yeux charbon
Profession : Agent stagiaire à l’Association et lycéen (à ses heures perdues)
Signes particuliers : pratique de la magie et joue de la cornemuse dans un groupe de rock médiéval
Aime : les mauvais jeux de mots, Donjons et Dragons, l’Agent stagiaire Ombe
Mission : démanteler un trafic de drogue chez les vampires

Erik L’Homme :

Erik L’Homme est né il y a une quarantaine d’années dans les montagnes du Dauphiné. Une enfance drômoise, au contact de la nature et des livres, lui a donné le goût des escapades en tout genre. Parti sur les traces des héros de ses lectures, bourlingueurs et poètes, ses pas l’ont entraîné aux portes de l’Asie centrale, sur la piste de l’homme sauvage, et jusqu’aux Philippines, à la recherche d’un trésor fabuleux. De retour en France, il a entrepris la rédaction d’une thèse de doctorat d’Histoire et civilisation. Il a ensuite travaillé comme journaliste dans le domaine de l’environnement. Le succès de ses romans pour la jeunesse lui a permis de vivre de sa plume et de partager son temps entre l’écriture, les voyages et les longues marches. C’est en 2008, un soir de décembre, que Pierre Bottero et lui ont imaginé une série fantastique dont ils signeraient alternativement les livres. A comme Association était né.

Avis personnel :

Le livre commence par rendre hommage à Pierre Bottero. Un témoignage touchant où Erik L’Homme nous parle de leur rencontre, de la naissance du projet A comme Association et du choix de poursuivre cette série. Ce sont deux auteurs que j’affectionne particulièrement et je suis ravie qu’il ait décidé de continuer cette aventure.

Ce premier tome, tout en donnant les informations typiques à un livre de présentation, est aussi un livre à part entière avec une aventure se vivant sans interruption. 160 pages extrêmement bien remplies et qui suffisent amplement à l’histoire même si c’est à regret que j’ai vu ce récit se terminer.

Nous suivons Jasper, jeune adolescent de quinze ans, qui outre d’être un lycéen mène des activités secrètes. En effet, il est membre stagiaire de l’Association, un groupe qui gère la cohabitation entre les Anormaux (vampires, trolls, gobelins et tout un panel d’autres créatures) et les Normaux (les êtres humains vivant sans se douter de rien). Pour cela, l’Association fait appel à des humains dotés d’aptitudes particulières nommés Paranormaux. Pour sa première mission, Jasper doit rencontrer un vampire et lui demander d’être plus discret car les êtres humains ne doivent pas avoir conscience de l’existence d’autres individus qu’eux. Cette mission va rapidement évoluer et les péripéties vont s’enchaîner.

Jasper est donc un Paranormal : il pratique la magie. Pas un coup de baguette magique comme dans Harry Potter mais en utilisant un matériel issu de la nature avec l’aide de formules magiques. Le pouvoir des mots est aussi important que les ingrédients choisis et Jasper maîtrise bien le sujet.

Toutes les choses ont un nom et sont affectées par un ensemble de son familiers liés à leur essence. Nommer une chose, c’est attirer son attention. La nommer correctement, c’est la rendre réceptive. C’est pour cela que la magie est si particulière. Elle réclame de connaître les noms des choses et de savoir les charmer, avant même de songer à les utiliser. Ces noms, on les découvre en tâtonnant, en faisant fonctionner son intuition et son intelligence.

Plus la langue est ancienne plus la magie provoquée est puissante. La langue la plus adaptée est le quenya aussi connu sous le nom de haut-elfique. Je salue le travail d’Erik L’Homme – et de Tolkien – pour l’énorme travail de recherche et sa transcription de l’Elfique.

Quelques autres personnages sont entraperçus. Walter, avec des vêtements qui ne s’associent pas du tout, Mademoiselle Rose, secrétaire à qui on ne peut rien cacher et le Sphinx, chargé de l’armurerie, sont les membres qui dirigent l’Association. Nous faisons aussi la connaissance d’Ombe, l’héroïne du deuxième tome, qui apparaît déjà comme quelqu’un de très impulsif.

Pour terminer, le style de l’auteur est très agréable. C’est un récit à la première personne qui permet de partager pleinement les aventures de Jasper et de sourire à ses nombreux jeux de mots. La plupart relèvent d’un humour assez simple mais sont tout de même très drôles. De plus, Erik L’Homme fait de nombreuses références à des œuvres très diverses comme à Dracula de Bram Stocker et au film Nosferatu de Murnau en situant le lieu de rendez-vous avec les vampires à l’angle de la rue Vram-Stocker et du passage Murnau. Il joue de plus avec ses propres œuvres et celles de son ami en les nommant « Le Livre d’Ezétoal et l’Immonde Ewilan ». Bref, un livre qui se savoure de bout en bout !

En résumé :

Un livre très agréable propice à de nombreux jeux de mots et à une aventure qui se découle en plusieurs. La suite s’annonce palpitante !

Commander ce livre ?

Lien : Etes-vous prêts à rejoindre l’Association ?

Lecture commune : Cette lecture était une participation à une LC sur Livraddict. Vous pouvez retrouver l’avis de mes co-lecteurs ICI.

Challenge : Participation au challenge Magie et Sorcellerie Littéraires.