Fantasy & Fantastique

Indiana Teller ; Tome 1 : Lune de printemps de Sophie Audouin-Mamikonian

Indiana Teller ; Tome 1 : Lune de printemps de Sophie Audouin-Mamikonian

Editions Michel Lafon – 376 Pages

Quatrième de couverture :

Dans les interminables plaines du Montana s’étend le Lykos Ranch. Alentour, les voisins sont loin de se douteur que ses occupants sont les membres de l’un des clans de loups-garous les plus puissants d’Amérique du Nord. Parmi eux, un seul humain a sa place : Indiana Teller.

Né de l’union d’une humaine aux pouvoirs mystérieux et d’un loup-garou, Indiana est le petit-fils et seul héritier du chef de la meute. Se sentant étranger parmi les siens, il part en quête d’une vie normale et rejoint l’université du Montana. Là-bas, il fait la connaissance de la troublante Katerina O’Hara et de Tyler Brandkel, le fils d’un éternel rival de son grand-père.
Quand Indiana sort miraculeusement indemne d’un terrible accident en se volatilisant au dernier moment, il comprend qu’il a le pouvoir de rebrousser le temps lorsqu’il est en danger. Voilà un atout précieux, car son accident semble suspect. Quelqu’un a-t-il tenté de l’éliminer ? La sécurité des loups n’a jamais été aussi menacée.

Avis personnel :

Je n’avais encore jamais lu de livre de Sophie Audouin-Mamikonian qui est entre autre très célèbre pour sa série Tara Duncan et cela a été un réel plaisir de la découvrir ! J’ai beaucoup apprécié ce premier tome d’Indiana Teller et je pense qu’il est d’un niveau plus élevé que Tara Duncan, disons peut-être un peu moins enfantin.

Dans ce premier tome, nous suivons les aventures d’Indiana Teller, un jeune homme appartenant à un des clans de loups-garous les plus puissants. Mais il n’est pourtant pas comme les siens. En effet, né de l’union d’un loup-garou et d’une humaine, il ne développe pas ses pouvoirs lupins. Enfin, c’est ce qu’il croit. Certes, il n’est pas un loup-garou mais il possède quelques caractéristiques qui font de lui plus qu’un simple être humain. D’ailleurs, il a aussi hérité de certains gènes de sa mère : il peut rebrousser le temps !

L’histoire est essentiellement centrée sur Indiana Teller ; nous apprenons à le connaître peu à peu. La narration à la première personne permet une proximité plus proche avec ce personnage. Ainsi, nous suivons ses pensées, ses sentiments et nous découvrons aussi bien son passé que l’action présente. Sophie Audouin-Mamikonian présente Indiana sans que l’on s’ennuie une seule seconde. On s’attache immédiatement à lui et on vit pleinement ce qui lui arrive. On comprend ce qu’il a vécu, la place qu’il n’arrive pas à se faire parmi les siens n’étant pas un loup-garou mais aussi son évolution qui lui permet de s’affirmer et de voir qui il est réellement.

A travers Indiana, nous accédons à tout ce qui l’environne. En premier lieu, nous savons des personnages ce qu’il en pense puis nous en apprenons plus en même temps que lui. Malgré cela, on peut avoir nos propres avis sur les personnages sans que cela ne contredise trop les opinions de Indiana. J’aime beaucoup Axel, le semi qui aide beaucoup notre héros ainsi que Chuck qui a l’air d’être un très bon ami. J’ai par contre un peu plus de mal avec Katerina sans réellement savoir pourquoi. Je pense que je l’apprécierai plus dans les tomes suivants.

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre pour l’histoire et j’ai été très surprise. En effet, ce n’est pas simplement Indiana qui chercher à avoir son indépendance et qui est menacé. L’intrigue touche son clan en entier et de nombreux renversements que je n’avais pas perçus viennent bouleverser le récit.

En résumé :

Un premier tome superbe avec un personnage irrésistible ! Une série en quatre tomes que je continuerai de suivre avec plaisir.

Commander ce livre ?

Liens : Site de Indiana TellerBlog de Sophie Audouin-Mamikonian

Un grand merci à Livraddict et aux éditions Michel Lafon pour cette superbe découverte !

Challenge : une participation de plus au challenge Magie et Sorcellerie Littéraires.

Fantasy & Fantastique

A comme Association ; Tome 1 : La pâle lumière des ténèbres de Erik L’Homme

A comme Association ; Tome 1 : La pâle lumière des ténèbres de Erik L’Homme

Editions Gallimard Jeunesse et Rageot Editeur
160 Pages

A comme Association : une série fantastique imaginée par Pierre Bottero et Erik L’Homme. Suivez les aventures explosives d’Ombe et Jasper, deux Agents stagiaires face aux créatures les plus inquiétantes.

Quatrième de couverture :

Prénom : Jasper
Âge : 15 ans
Description : grand, maigre, peau blafarde et yeux charbon
Profession : Agent stagiaire à l’Association et lycéen (à ses heures perdues)
Signes particuliers : pratique de la magie et joue de la cornemuse dans un groupe de rock médiéval
Aime : les mauvais jeux de mots, Donjons et Dragons, l’Agent stagiaire Ombe
Mission : démanteler un trafic de drogue chez les vampires

Erik L’Homme :

Erik L’Homme est né il y a une quarantaine d’années dans les montagnes du Dauphiné. Une enfance drômoise, au contact de la nature et des livres, lui a donné le goût des escapades en tout genre. Parti sur les traces des héros de ses lectures, bourlingueurs et poètes, ses pas l’ont entraîné aux portes de l’Asie centrale, sur la piste de l’homme sauvage, et jusqu’aux Philippines, à la recherche d’un trésor fabuleux. De retour en France, il a entrepris la rédaction d’une thèse de doctorat d’Histoire et civilisation. Il a ensuite travaillé comme journaliste dans le domaine de l’environnement. Le succès de ses romans pour la jeunesse lui a permis de vivre de sa plume et de partager son temps entre l’écriture, les voyages et les longues marches. C’est en 2008, un soir de décembre, que Pierre Bottero et lui ont imaginé une série fantastique dont ils signeraient alternativement les livres. A comme Association était né.

Avis personnel :

Le livre commence par rendre hommage à Pierre Bottero. Un témoignage touchant où Erik L’Homme nous parle de leur rencontre, de la naissance du projet A comme Association et du choix de poursuivre cette série. Ce sont deux auteurs que j’affectionne particulièrement et je suis ravie qu’il ait décidé de continuer cette aventure.

Ce premier tome, tout en donnant les informations typiques à un livre de présentation, est aussi un livre à part entière avec une aventure se vivant sans interruption. 160 pages extrêmement bien remplies et qui suffisent amplement à l’histoire même si c’est à regret que j’ai vu ce récit se terminer.

Nous suivons Jasper, jeune adolescent de quinze ans, qui outre d’être un lycéen mène des activités secrètes. En effet, il est membre stagiaire de l’Association, un groupe qui gère la cohabitation entre les Anormaux (vampires, trolls, gobelins et tout un panel d’autres créatures) et les Normaux (les êtres humains vivant sans se douter de rien). Pour cela, l’Association fait appel à des humains dotés d’aptitudes particulières nommés Paranormaux. Pour sa première mission, Jasper doit rencontrer un vampire et lui demander d’être plus discret car les êtres humains ne doivent pas avoir conscience de l’existence d’autres individus qu’eux. Cette mission va rapidement évoluer et les péripéties vont s’enchaîner.

Jasper est donc un Paranormal : il pratique la magie. Pas un coup de baguette magique comme dans Harry Potter mais en utilisant un matériel issu de la nature avec l’aide de formules magiques. Le pouvoir des mots est aussi important que les ingrédients choisis et Jasper maîtrise bien le sujet.

Toutes les choses ont un nom et sont affectées par un ensemble de son familiers liés à leur essence. Nommer une chose, c’est attirer son attention. La nommer correctement, c’est la rendre réceptive. C’est pour cela que la magie est si particulière. Elle réclame de connaître les noms des choses et de savoir les charmer, avant même de songer à les utiliser. Ces noms, on les découvre en tâtonnant, en faisant fonctionner son intuition et son intelligence.

Plus la langue est ancienne plus la magie provoquée est puissante. La langue la plus adaptée est le quenya aussi connu sous le nom de haut-elfique. Je salue le travail d’Erik L’Homme – et de Tolkien – pour l’énorme travail de recherche et sa transcription de l’Elfique.

Quelques autres personnages sont entraperçus. Walter, avec des vêtements qui ne s’associent pas du tout, Mademoiselle Rose, secrétaire à qui on ne peut rien cacher et le Sphinx, chargé de l’armurerie, sont les membres qui dirigent l’Association. Nous faisons aussi la connaissance d’Ombe, l’héroïne du deuxième tome, qui apparaît déjà comme quelqu’un de très impulsif.

Pour terminer, le style de l’auteur est très agréable. C’est un récit à la première personne qui permet de partager pleinement les aventures de Jasper et de sourire à ses nombreux jeux de mots. La plupart relèvent d’un humour assez simple mais sont tout de même très drôles. De plus, Erik L’Homme fait de nombreuses références à des œuvres très diverses comme à Dracula de Bram Stocker et au film Nosferatu de Murnau en situant le lieu de rendez-vous avec les vampires à l’angle de la rue Vram-Stocker et du passage Murnau. Il joue de plus avec ses propres œuvres et celles de son ami en les nommant « Le Livre d’Ezétoal et l’Immonde Ewilan ». Bref, un livre qui se savoure de bout en bout !

En résumé :

Un livre très agréable propice à de nombreux jeux de mots et à une aventure qui se découle en plusieurs. La suite s’annonce palpitante !

Commander ce livre ?

Lien : Etes-vous prêts à rejoindre l’Association ?

Lecture commune : Cette lecture était une participation à une LC sur Livraddict. Vous pouvez retrouver l’avis de mes co-lecteurs ICI.

Challenge : Participation au challenge Magie et Sorcellerie Littéraires.

Mangas, Manwhas, etc

The Best Selection [Tome 1] de Yuu Watase

The Best Selection [Tome 1] de Yuu Watase

Editions Tonkam
256 Pages – Shojo

Yuu Watase :

Yū Watase est une dessinatrice de manga née dans la ville de Kishiwada à Osaka le 5 mars 1970. Ses histoires sont principalement des romances mêlant humour et fantastique. Elle est essentiellement connue pour ses séries Fushigi Yugi et Ayashi no Ceres.

Quatrième de couverture :

Toucher, c’est voler
Miyuki souffre d’une phobie qui l’empêche de se trouver un petit ami. Parviendra-t-elle enfin à accepter qu’un garçon la touche ?

Couple
Inaho qui vient enfin de former un couple avec Takumi, le garçon dont elle rêvait, saura-t-elle résister à la malédiction de Benten ?

Hatsuki Triangle
Pourquoi Hatsuki prend-t-elle la personnalité d’un garçon dès qu’elle aperçoit un accessoire de kendo ? Kenshi, un membre du club de kendo, trouvera-t-il la clef de l’énigme ?

Illusions Mortelles
Rei a le pouvoir de ressentir les émotions des gens… dont la peur. De curieuses affaires criminelles se produisent autour d’elle…

Un bleu de 700 jours
Masumi se souvient du responsable de son club d’arts plastiques d’il y a deux ans, Yasunari Kurachi. Celui-ci avait réalisé un tableau d’un bleu que Masumi aimerait bien reproduire…

Avis personnel :

Ce recueil présente cinq nouvelles de Yuu Watase. Même si elles ont toutes en commun une romance, elles différent beaucoup par l’histoire. Ainsi, nous abordons plusieurs univers tout en restant dans un contexte scolaire. L’humour est présent quand il le faut, sans jamais en ajouter trop. Les dessins sont sympathiques avec de nombreuses expressions très justes.

Les personnages sont assez différents ce qui permet de présenter de nombreux caractères et avoir des réactions inattendues. Le couple Hatsuki/Kenchi est très drôle et de multiples situations permettent de les confronter.

J’aime bien toutes les nouvelles, avec une légère préférence pour Un bleu de 700 jours qui présente entre autre un superbe dessin représentant le tableau que Masumi doit peindre.

En résumé, un manga très agréable que j’ai lu et relu et que je conseille vivement !

Commander ce manga ?

Challenge : Autre participation pour mon challenge Découverte des mangas.